Paris, juin 2000. Malgré ses multiples demandes au service social, impossible pour Lisa d’obtenir une chambre en cité U. Et malgré l’insistance de son petit ami Théo, elle ne souhaite pas s’installer dans son petit 16m2. La jeune femme prépare des concours et a besoin de pouvoir travailler au calme. C’est pourtant grâce à lui qu’elle trouvera une solution. Un des amis de Théo recherche de la compagnie pour son père qui vit seul dans son appartement, elle y aurait sa propre chambre.

Veuf et taiseux, le vieux Mohamed ne voit pas l’arrivée de Lisa d’un très bon œil. Il a ses petites manies, ses exigences et vit très bien avec le souvenir de sa femme Louise partie bien trop tôt. C’est de son ancien bureau qu’hérite Lisa pour s’installer, son petit secrétaire y trône encore. Elle y passe d’ailleurs le plus clair de son temps vu que ses tentatives pour partager un repas ou juste un instant convivial avec Mohamed se soldent tous par un échec. Bourru et solitaire, le retraité semble à tout prix vouloir éviter une véritable cohabitation.

Mais qu’importent les trajectoires, les rencontres ont toujours un sens… Tombée par hasard sur des cassettes audio dévoilant le passé de harki de Mohamed, Lisa découvre un homme vivant avec ses fantômes et ses démons, hanté par le rôle qu’il a dû jouer au cœur de la guerre qui a ravagé son pays. Un homme blessé, trahi, qui aujourd’hui encore et comme des milliers d’autres, n’a toujours pas le droit de retourner sur la terre qui l’a vu naître…

Pourquoi vous avez choisi de vous battre pour la France ?

Quoi ?

Pourquoi vous avez…

On vous apprend vraiment rien à l’école. Je ne savais même pas que c’était la guerre.

Coup de cœur immédiat pour l’ambiance graphique et la belle humanité qui se dégage de cet album. Aux côtés de Lisa et Mohamed, le lecteur reçoit ce témoignage du passé et plonge dans les zones sombres de notre histoire. Les souvenirs s’égrènent, d’abord timides, souvent parcellaires. Et les fils se dénouent. Les silences explosent. Mohamed n’a rien oublié. A travers lui, Julien Frey met en mots le destin douloureux des harkis et donne la parole à tous ces engagés devenus apatrides. Des émotions justes pour dire les années sombres de la guerre d’Algérie, cette France multiculturelle qui se cherche encore et ces blessures encore suintantes…

La mise en couleur et le trait doux de Mayalen Goust sont véritablement idéals pour donner vie à cette histoire pleine de nuances. Une douceur de surface, beaucoup d’expressivité dans les regards, une faculté à suggérer tout ce que le héros ne dit pas… c’est un sans faute. J’ai beaucoup, beaucoup aimé !

Éditions Futuropolis (Avril 2021)

112 p.

 

Prix : 20,00 €

ISBN : 978-2-7548-2856-7

BD de la semaine saumon

D’autres bulles à découvrir chez…

 

   

                       Amandine                                    Eimelle                                          Pati

 

   

                           Maël                                            Mylène                                        Fanny

 

   

                           Cristie                                        Sabine                                            Caro

 

   

                         Moka                                             Blandine                                     Noctembule

 

   

                                                     Hilde                                         Stephie


14 commentaires

Cristie · 7 avril 2021 à 08h48

Ce n’est pas celui qui m’attirait le plus dans les nouveautés chez Futuropolis mais tu viens de me faire changer d’avis !

Amandine Au Fil des Plumes · 7 avril 2021 à 09h09

J’avoue que le pitch ne me tentait pas plus que cela mais les planches sont plutôt séduisantes.

Fanny · 7 avril 2021 à 09h33

Le pitch, ton coup de coeur, les dessins… je fonds aussi!

Mes échappées livresque · 7 avril 2021 à 09h38

Lecture à venir, ça promet! 😍 J’aime beaucoup le travail de Mayalen Goust que j’ai découvert avec l’excellent Vies volées.

Blandine · 7 avril 2021 à 10h21

J’ai bien envie de faire leur connaissance !

Caro · 7 avril 2021 à 12h07

Intéressant comme sujet… Je suis curieuse de voir comment cela est traité sur la centaine de pages…

eimelle · 7 avril 2021 à 15h52

encore une belle récolte de bulles aujourd’hui!

Moka · 7 avril 2021 à 17h04

Graphiquement, ça m’attire beaucoup!

Hilde · 7 avril 2021 à 17h10

C’est un sujet vraiment intéressant et ton billet donne envie de découvrir cette BD. Elle sera peut-être à la médiathèque.

PatiVore · 7 avril 2021 à 17h27

Une belle découverte, je note !

Nathalie · 9 avril 2021 à 13h34

Un sujet intéressant dont on parle toujours assez peu…

Mylene · 11 avril 2021 à 07h15

Oki, je veux !!! merci pour la découverte !!

mamabookine · 20 avril 2021 à 17h25

Très tentée! Merci c’est noté!
Je viens de rattraper les différentes chroniques, ma liste a encore pris une claque!
Merci pour l’accueil!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *