Couv750J’écris sur mes feuilles de papier tout ce que j’ai dans la tête, tout ce que j’imagine, tout ce que je ressens. Môman disait que c’est chouette de lire ce que j’écris parce que j’écris comme je pense et comme je pense simplement, j’écris simplement…

Je n’aime pas trop les livres où les messieurs et les dames utilisent des tas de mots compliqués. Ça me fait trop mal à la tête. Moi, j’invente des histoires pour tout le monde mais surtout pour les enfants parce que les grands, ils sont quand même bizarres…

Ernest n’est jamais vraiment sorti de la maison qui l’a vu naître. Tout y est un peu vieillot, l’escalier est vermoulu et rien ne tient vraiment droit mais il n’y a qu’ici qu’il se sente vraiment bien. Ici qu’il a ses repères et ses habitudes de vieux garçon qui ne s’est jamais vraiment éloigné de sa môman même après son départ… Petit, il ne ressemblait pas autres bébés joufflus et bien portants. Aucun son n’est jamais sorti de sa bouche. Et pour éviter les regards apitoyés ou méprisants sur son visage atypique et ses yeux globuleux, Ernest s’est coupé du monde pour ne sortir que la nuit : là où il ne risquait de croiser que des chats de gouttière et des chauves-souris…

Mais pour s’évader loin, Ernest a sa vieille Remington et tout un tas d’histoires qui lui passent par la tête. Quand il s’installe devant sa machine à écrire, le monde n’a plus de frontières et tout devient enfin possible : ça fourmille, ça se bouscule, ça frétille. Depuis le jour où sa môman l’a quitté, c’est même sa seule occupation et les seuls voyages qu’il s’autorise…

Depuis ce triste jour, je reste enfermé dans ma chambre et j’écris encore et encore… J’ai imaginé tellement d’histoires que maintenant mes tiroirs et mes placards débordent de partout.

Jusqu’au jour où Ernest tombe par hasard sur une émission à la télévision. Dans le poste, un monsieur passionné qui parle de son métier, « le plus beau métier du monde »… Peut-être que les histoires d’Ernest plairaient à monsieur l’Éditeur s’il les lui envoyait ? Peut-être que des enfants pourraient les lire… et les aimer ?

Ouvrir les premières pages de ce bel album et tomber instantanément en amour pour Ernest… Un petit être sans âge, à l’air constamment étonné, à mi chemin entre l’elfe et le lutin. Un enfant qui n’aurait jamais vraiment grandi coincé dans un corps d’adulte un peu bancal. Un adulte qui a choisi de vivre dans le monde merveilleux et naïf qu’il crée de toutes pièces tant celui des « grands » n’est pas à sa mesure. Ernest n’est pas comme les autres non… Vraisemblablement atteint du syndrome de Williams, son univers unique nous fascine autant qu’il nous émeut…

Un album extrêmement riche et visuellement somptueux. Le texte de Laurent Souillé est tout en délicatesse, porté par la voix enfantine incomparable d’Ernest. L’auteur n’a pas son pareil pour faire naître l’émotion… Difficile de ne pas fondre devant sa description du lien indestructible qui lie Ernest à sa mère. Difficile de ne pas être touché par ce monde dans lequel il se réfugie pour oublier sa différence et sa maladie qui ne dit pas son nom : celui de l’imagination, du rêve et de l’enfance. Et quel bel hommage au métier d’écrire…!

Les illustrations de Paul Mager sont incroyables… Lumineuses, tendres, riches de détails, elles sont au diapason du texte de Laurent Souillé. Une mise en page variée et dynamique, un trait rond, chaleureux et doux qui renvoie au monde de l’enfance, on ne peut que succomber à l’univers magique créé par l’artiste…

L’écriture, c’est ma musique à moi…

Sous le charme ! Un album propulsé « pépite jeunesse » pour ce rendez-vous du mardi traditionnellement dévolu aux lectures adolescentes. Un album coup de cœur partagé avec Jérôme que je vous conseille chaudement de vous procurer au plus vite !

 

 [slideshow]

 Éditions Des ronds dans l’O (Juin 2016)

38 p.

 

Prix : 16,00 €

ISBN : 978-2-917237-96-0

pepites_jeunesse

 

logoalbums2016


10 commentaires

framboise · 28 juin 2016 à 08h57

Ok ok ok ok ok 😉
comment vous résister ?!!!

Syl. · 28 juin 2016 à 10h55

Bonjour Noukette, je viens de noter Ernest sur mon carnet. Histoire et illustrations me plaisent beaucoup.

Violette · 28 juin 2016 à 11h32

whaouh ! Et une lecture de vacances en famille, cool !

Moka · 28 juin 2016 à 18h24

Et voilà, envie de rencontrer Ernest maintenant…

manU · 28 juin 2016 à 19h02

Il me tente beaucoup !

Jerome · 29 juin 2016 à 12h42

C’est vrai qu’il est beau cet album. Et le propos est particulièrement intelligent, ce qui ne gâche rien !

Mo · 29 juin 2016 à 13h41

Tu es diablement convaincante !! Il me plait déjà ce petit bonhomme 🙂

Livresse des Mots · 30 juin 2016 à 13h23

Je l’avais repéré celui-là ! Il a l’air magnifique !
Très jolie chronique Noukette <3

Marion · 2 juillet 2016 à 12h40

Visuellement c’est tout ce que j’aime !

Littératures | Pearltrees · 28 juin 2016 à 21h32

[…] Chroniques Lunaires, tome 1 : Cinder. Jury NRP pour le prix littéraire jeunesse – Takalirsa ! Livre de la Réunion : Dans mon soubik (volume 1), Contes de la Réunion et de Madagascar par Anny Grondin, Sully Andoche, Florette Ratiazandry, Charly Lesquelin chez Epsilon éditions. Ronde comme la lune – Mireille Disdero. 7 livres pour sensibiliser les ados aux dangers du net – Livresse des Mots. Association des critiques et journalistes de bande dessinée. Yako et Poko, Etsuko Mizusawa, éditions Komikku, 2015. Lecture Jeunesse. Moi, Ernest… – Laurent Souillé / Paul Mager. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *