Il y a beaucoup moins de soleil et de rires dans la vie de Pablo depuis qu’il a dû fuir la Colombie. Beaucoup plus de gris et de béton aussi, mais malgré tout la vie est là maintenant, entre ces tours et au milieu des siens, exilés loin de leurs racines. Ici sa langue chante encore, elle vibre dans la cour de l’immeuble, serpente entre les coursives et résonne dans les cœurs.

 

Pas de plantations de café à perte de vue dans lesquelles s’évader après la classe. Mais Pablo n’a pas perdu ses habitudes. Il marche, sans but, pour faire taire l’angoisse et éloigner la colère qui gronde parfois quand il repense à ces mots qui tourbillonnent encore dans sa tête. « Colombien, vaurien, voleur ». C’est ce que certains disent dans la cour de récréation. Pourtant Pablo ne fait jamais de vagues, bien trop dangereux quand on vit sans papiers dans un pays qui n’est pas le sien.

 

Il est loin le soleil de Colombie. A La Courneuve, Pablo va devoir se trouver un nouveau jardin pour y grandir et planter ses racines. Et il ne sera pas seul pour ça… Une petite fille qui se dit princesse en son palais, une vieille femme mi-sorcière mi-fée, un homme au cœur d’or et au sourire vrai. Elle est peut-être là la vie, maintenant, au cœur de La Courneuve… Et si on creuse un peu, possible qu’on y trouve le bonheur.

 

La réédition d’un petit bijou de Cécile Roumiguière, le portrait tout en finesse de Pablo le Colombien devenu un peu malgré lui Pablo de La Courneuve. Une fleur dans le bitume qui ne demande qu’à s’épanouir si tant est que les conditions soient réunies. Un peu de bienveillance, une famille baume au cœur, des confidences qui font grandir, des mots béquilles, des amis providentiels un peu tombés du ciel…

Il fait du bien ce petit roman. Il fait du bien parce qu’il est tendre, juste et terriblement actuel. Il fait du bien parce qu’il fait la part belle à l’amitié et aux belles valeurs. Il fait du bien parce qu’il est optimiste mais ne triche pas. Du Cécile Roumiguière comme on l’aime, traversé par une vraie bouffée d’amour et une langue toujours aussi ciselée qui touche en plein cœur.

 

Et une bien jolie pépite jeunesse que je partage avec Jérôme, comme chaque mardi.

 

Les avis de Martine, Saxaoul

 

Le blog de l’auteure

 

Éditions Seuil jeunesse (Septembre 2017)

93 p.

Première édition 2008

 

 

Prix : 10,00 €

ISBN : 979-10-235-0977-9

 

pepites_jeunesse

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


12 commentaires

Mo · 3 octobre 2017 à 07h41

Vous avez les mots Jérôme et toi ! Je ne connaissais pas, une aubaine cette réédition !

Alex-Mot-à-Mots · 3 octobre 2017 à 09h55

Moi, j’aime bien les mardis des pépites jeunesses. Mercis.

Laeti · 3 octobre 2017 à 10h15

Pareil pour moi! C’est l’occasion de reparler de ce roman, donc. Et ce ne sera pas compliqué de le trouver à la bibliothèque, je le retiens 😉

Saxaoul · 3 octobre 2017 à 11h15

Elle est belle cette première de couverture. Moins angoissante que celle de l’édition d’origine.

Syl. · 3 octobre 2017 à 11h31

J’ai envie de noter ce titre pour l’espoir qu’il suscite.

Jerome · 3 octobre 2017 à 12h49

Il fait du bien ce petit roman, oui. Il apporte de l’espoir dans la grisaille ambiante et ça n’a pas de prix.

framboise · 3 octobre 2017 à 12h58

oh oui oui oui oui…. c’est noté les copains !

Valérie · 3 octobre 2017 à 18h52

J’ai eu la chance de rencontrer l’auteure lors de sa résidence dans la ville où je travaille. Elle avait lu des extraits de Pablo et c’était touchant.

krol · 3 octobre 2017 à 19h34

Une belle réédition alors ! Je note.

Marie-Claude · 3 octobre 2017 à 20h54

Je ne connaissais pas du tout, mais je le note. Il semble trop bien et bon…

Moka · 7 octobre 2017 à 09h06

Cécile, évidemment…

Stephie · 18 octobre 2017 à 06h20

Dès quel âge, dis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *