pieter-et-le-lokken-768x1005Olaf Grenouillot, le père de Pieter est chasseur de Lokkens. Il parait qu’avant leur arrivée, la vie dans ces montagnes enneigées était paisible, il y avait même des oiseaux qui chantaient dans les arbres… Un temps que Pieter ne peut que se contenter d’imaginer. D’ailleurs, il n’a jamais vu de Lokken, leur chasse est réservée aux adultes et les approcher serait bien trop dangereux. A l’état de larves, elles paraissent inoffensives… c’est pourtant le moment idéal pour les exterminer, avant qu’elles ne grossissent et ne deviennent des créatures monstrueuses grâce aux rêves dont elles se nourrissent chaque nuit venue…

 

Pieter en a marre d’attendre d’être grand. Si au moins les autres enfants du village voulaient bien l’accepter dans leur bande, il se sentirait moins seul. Mais pour ça, il va falloir qu’il relève un défi : pénétrer dans la forêt interdite, repère des Lokkens, et y dénicher un fruit qui pue… Là, sous des bourrasques de neige, il tombe nez à nez avec une larve de Lokken recroquevillée dans son cocon. Prêt à prouver à son père qu’il est capable d’être lui aussi un terrible chasseur, Pieter s’arme d’un bâton et s’apprête à la tuer… jusqu’à ce qu’il entende sa voix. Une toute petite voix, douce et plaintive, qui lui assure qu’elle ne lui veut aucun mal et qu’il doit la protéger. En échange, elle lui montrera la couleur de ses rêves…

 

Comme hypnotisé, en confiance et persuadé que les adultes se trompent en prêtant des intentions malfaisantes à ces petites créatures sans défense, Pieter ramène le Lokken dans la ferme et le cache dans l’écurie. Le loup est dans la bergerie…

 

Deuxième excursion dans la très belle collection Les enfants gâtés chez Delcourt après La poudre d’escampette, pétillant album de Chloé Cruchaudet. Et ça se confirme, voilà une belle caverne à pépites ! Toujours ce format king-size et ces grandes pages qui font la part belle aux illustrations, toujours cette volonté de proposer aux plus jeunes lecteurs une passerelle entre l’album jeunesse illustré et la bande dessinée, toujours ces récits courts qui captivent et emmènent loin. L’idée est belle, et quand on voit qui sont les auteurs aux manettes… on ne peut qu’applaudir des deux mains !

 

Avec Pieter et le Lokken, Olivier Ka et Olivier Supiot nous offrent un bien joli conte, à la fois merveilleux et légèrement effrayant. Mention spéciale au dessin, coloré et minutieux, qui donne l’impression d’être immergé dans une toile de Brueghel. Je piétine déjà de découvrir les futurs titres de cette bien jolie collection à recommander chaudement aux petits lecteurs dès 7 ans…!

 

Les avis de Choco, Leiloona, Orbe, Un amour de BD

 

Le blog d’Olivier Ka

 

 

[slideshow]

 

Editions Delcourt (Novembre 2015)

Collection Les enfants gâtés

24 p.

 

Prix : 14,50 €

ISBN : 978-2-7560-7635-5

 

BD de la semaine saumon

C’était ma BD de la semaine…

…aujourd’hui chez Stephie


18 commentaires

lasardine · 9 mars 2016 à 07h43

Celui là, et la poudre d’escampette, notés, évidement!!

    Noukette · 2 avril 2016 à 16h07

    J’adore cette nouvelle collection, rien que le titre déjà ! 😉

Nathalie · 9 mars 2016 à 08h19

Pareil pour moi, je vais acheter les deux pour la bibli !!

jacques · 9 mars 2016 à 08h34

Un album apprécié de par chez nous. Merci Noukette.

Leiloona · 9 mars 2016 à 08h53

Oh que oui, quelle merveille que cette BD ! Bon, 7 ans, hum … je ne me vois pas la lire à mon fils dans un an, certaines images sont hard. Mais un peu plus grand 9 ans ? 🙂

    Noukette · 3 avril 2016 à 22h27

    Ma pitchounette de presque 7 ans a beaucoup aimé, même pas peur ! 😉

Framboise · 9 mars 2016 à 09h22

Oh j’aime ! Voilà une collec’ qui devrait drôlement plaire à ma poulette <3
je t'embrasse comme du bon pain copine <3

Mo · 9 mars 2016 à 09h26

Tu confirmes !! Yes ! 🙂 J’avais repéré le bouquin suite à la chronique de Choco. Ça semble sympathique et si un de mes loustics m’accompagne dans la lecture, on risque la régalade 😀

Bouma · 9 mars 2016 à 09h45

toujours pas eu l’occasion de découvrir cette collection, il faut que je répare cette erreur

Jerome · 9 mars 2016 à 13h17

Une collection à laquelle je vais devoir me frotter un jour, pas possible autrement 😉

Moka · 9 mars 2016 à 18h10

Repérée à sa sortie. Évidemment, j’ai très envie de la lire.

luocine · 9 mars 2016 à 18h56

belle histoire que j’aimerais offrir mais je sais que les parents râlent sur les grands formats (question de rangement!

Sophie Hérisson · 9 mars 2016 à 19h39

Je l’ai beaucoup aimé aussi ! 🙂

Violette · 9 mars 2016 à 20h49

si c’est d’Olivier Ka… Luocine a raison, les grands formats sont sympas quand on n’en a qu’un ou deux… plus, on ne sait plus où les caser!

sabine · 10 mars 2016 à 17h06

J enote même si les albums jeunesse ne sont pas ma priorité.

Le Cheval qui ne voulait plus être une œuvre d’art (Supiot) – Bar à BD · 30 novembre 2016 à 00h32

[…] Je connais peu le travail d’Olivier Supiot si ce n’est un album que j’avais découvert par hasard lorsque mon grand avait 3 ans ½ ; en 2009, j’avais écrit une chronique toute bancale sur l’un de ses albums : « Tatoo ». Malgré le plaisir que nous avions eu avec ce livre jeunesse, j’ai peu fouillé sa bibliographie passée et récente. On peut toutefois difficilement passez à côté du très remarqué « Pieter et le Lokken ». […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *