Quand Joseph descend du bus qui le ramène enfin au bercail, il ne précipite pas le pas pour retrouver les siens. Le visage fermé, le regard lointain, il sait qu’ici personne ne l’attend vraiment et que les effusions de joie ne seront pas de mise. Dans le champ proche de la ferme familiale, il aperçoit son père qui quand il le reconnait s’empresse de se cacher derrière un arbre. Sa mère, heureuse malgré tout, est partagée entre le bonheur de retrouver son fils et l’angoisse de l’accueil qui lui sera réservé.

1961. Joseph revient d’Algérie mais pas en héros… S’occuper de paperasse à l’État-major, loin des zones de combat, ce n’est pas être un soldat au service de la patrie. Pour les habitants du village, il restera à jamais un planqué, un feignant, un lâche. En son absence, les travaux à la ferme sont retombés entièrement sur les épaules de son père et de son frère, pourtant promis à une grande carrière de coureur cycliste. Une carrière enterrée suite à un accident de tracteur qui lui aura coûté l’usage de ses jambes.

Alors Joseph courbe l’échine, tente de se faire oublier et de redorer son blason auprès de ceux qui comptent. Le temps a passé, la vie a suivi son cours et ceux qui avaient une place dans la sienne ont continué sans lui ou l’ont remplacé dans leur cœur. Et Mathilde ne l’a pas attendu… Celui qu’ils attendent tous, le vrai héros, l’enfant prodige du village, c’est Michel, qui lui a réellement risqué sa vie en combattant…

Tout est réussi dans cet album, à commencer par sa sublime couverture qui souligne toute l’ambivalence du personnage principal qui garde longtemps son aura de mystère. Tout ce qu’on sait de Joseph, c’est qu’il revient d’Algérie et qu’il n’est pas le bienvenu. De son quotidien là-bas, personne ne sait rien mais tout le monde a un avis. Aveuglés par leurs certitudes, les villageois ont rendu leur jugement. Joseph, lui, tente de retrouver sa place. Et il a peut-être une bonne raison de garder le silence sur ce qui s’est réellement passé là-bas…

Scénario habile, suspense savamment entretenu, personnage ambivalent… l’histoire imaginée par Philippe Pelaez (Un peu de tarte aux épinards) ne se contente pas d’aborder la culpabilité et le difficile retour à la vie de ces soldats revenus du front. La réflexion est dense, bien plus profonde que ce que cachent les apparences. Puisqu’il faut des hommes… Joseph s’est porté volontaire pour aller « là-bas ». Et de « sa » guerre, personne ne sait rien…

Graphiquement, j’ai retrouvé avec plaisir le trait de Victor L. Pinel (La maison de la plage). Une douceur de surface, beaucoup d’expressivité dans les regards, cette faculté de suggérer tout ce que le héros ne dit pas… c’est un sans faute. Il y aura d’autres récits dans cette série qui n’en est pas vraiment une. Le prochain se déroulera lors de la Première Guerre mondiale, sera dessiné par Francis Porcel et devrait s’intituler Ferdinand. Une nouvelle série donc, avec à chaque fois un dessinateur différent, où Philippe Pelaez racontera l’histoire d’un personnage qui subit malgré lui la guerre. Je serai au rendez-vous…!

Une lecture marquante et les émotions qui vont avec partagées avec Sabine

Les avis de Amandine, Mo’ et Sab.

Éditions Bamboo (Janvier 2020)

Collection Grand Angle

56 p.

 

Prix : 15,90 €

ISBN : 978-2-8189-6907-6

BD de la semaine saumon

… chez Moka 


15 commentaires

Aifelle · 10 juin 2020 à 06h50

C’est très tentant cette histoire.

Cristie · 10 juin 2020 à 08h48

Coucou Noukette,
Je viens de lire le post de Sabine et il est déjà très dur de résister quand tu passes sur son blog alors si vous vous y mettez à deux ça ne va pas le faire ! 😀

eimelle · 10 juin 2020 à 11h27

une belle force de conviction à vous deux!

luocine · 10 juin 2020 à 13h25

je trouve que tu parles bien de cette BD et le sujet ma plaît

Bidib · 10 juin 2020 à 16h24

comme je disait à Sabine, je note, mais pas tout de suite. Les histoire de geurre sa me remouet toujours, celle-ci à l’ait intéressante, j’attendrais le bon moment pour la découvrir

Moka · 10 juin 2020 à 19h12

Je crois qu’elle a tout pour me plaire cette BD !

Enna · 10 juin 2020 à 20h50

je suis très tentée!

Nathalie · 11 juin 2020 à 09h17

Intéressant, d’autant plus que c’est une guerre dont on parle peu en France !

Alex-Mot-à-Mots · 11 juin 2020 à 09h33

Intéressantx ces deux retour différent d’Algérie.

Jérôme · 11 juin 2020 à 13h42

Très tenté sur ce coup-là !

krol · 11 juin 2020 à 19h53

Elle me tente énormément cette BD !

Karine · 14 juin 2020 à 02h03

Si vous vous y mettez à deux… comment résister.

Fanny · 15 juin 2020 à 11h45

L’histoire de cette bd a tout pour me plaire.

Géraldine · 2 juillet 2020 à 22h57

Il me semble que j’ai vu cet album à ma bib’ ! Ton billet me motive pour l’emprunter dès que possible !

Un travail comme un autre – Alex W. Inker – Moka – Au milieu des livres · 10 juin 2020 à 08h28

[…] Noukette              Karine                   Enna                  Bidib […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *