Sam a toujours été un crack en français. Il est d’ailleurs le seul à ne pas subir les foudres du redouté et redoutable monsieur Lachique qui se désole sur tous les tons de l’indigence des rédactions qu’il est obligé d’ingurgiter chaque semaine. Quel que soit le sujet, Sam réussit toujours à tirer son épingle du jeu, arrivant à incarner tous les personnages et à rendre crédible n’importe quelle situation sortie de sa fertile imagination. Au grand dam de ses camarades qui collectionnent les mauvaises notes. Et de Victor, son meilleur ami, ridiculisé devant toute la classe et surtout devant Julia, dont il est follement amoureux, par un Lachique fort inspiré et peu délicat. Le drame…

Désespéré d’arriver à conquérir le cœur de sa bien-aimée après ce camouflé public, Victor est au plus mal. Claire, la grande sœur un peu peste de Sam, lui suggère de lui écrire une lettre d’amour pour rentrer à nouveau dans ses bonnes grâces. Et d’ailleurs, avec son talent en français, Sam pourrait même l’aider… voire même écrire cette lettre à sa place. Pour aider son meilleur copain, Sam accepte de jouer le porte-plume et se lance dans une correspondance passionnée qui plongera la belle Julia dans les bras de Victor. Le succès est total. A tel point que les bruits commencent à courir et que Sam se trouve vite sollicité par les autres garçons de la classe. Une affaire qui prend de telles proportions qu’une véritable organisation est mise en place pour que les apprentis Dom Juan arrivent à leurs fins. Mais que se passerait-il si les filles venaient à découvrir le pot aux roses… ?

Les mots s’enchaînent. C’est drôle, je ne pensais pas être capable d’aligner des lignes et des lignes de sucreries et autres guimauves aussi facilement et avec autant de plaisir. C’est grisant. Pour un peu, je me laisserais prendre à mon propre piège.

Quel chouette roman ! J’ai été moi aussi prise dans le piège tendu par la facétieuse Sarah Turoche-Dromery qui revisite Cyrano de Bergerac de façon ludique et moderne. Elle se glisse dans la peau du jeune Sam avec aisance, montrant comment les réticences du départ se changent en réelle addiction, quand l’impatience de déchiffrer les lignes manuscrites des filles amoureuses d’autres que lui lui font presque battre le cœur un peu plus fort. Sam est Téo, Jules, Ryan, Simon et Victor…. et Sam découvre chaque jour un peu plus Jeanne, Aliya, Zoé, Amel et Julia qui se livrent à cœur ouvert. « Une vie sur papier tellement plus drôle et riche » que celle qu’il vit chaque jour au collège que Sam se demande s’il n’est pas allé trop loin. Au point d’oublier parfois quel est son rôle, celui de « l’écrivain public » et non de l’amoureux…

Pétillant, drôle, décalé et plein de pep’s, Sam de Bergerac est un petit bonbon ! Ou comment un jeune adolescent qui déteste l’amour et trouve que Cupidon est un con se retrouve pris à son propre piège… pour le plus grand plaisir des lecteurs ! A découvrir dès 8 ans avant de s’attaquer au chef-d’œuvre d’Edmond Rostand !

 

Une lecture que je partage avec Jérôme, comme (presque) chaque mardi.

 

Sam de Bergerac est lauréat du Prix Gulli du roman 2019

Le site de l’autrice

 

Éditions Thierry Magnier (Avril 2019)

Collection En voiture, Simone !

135 p.

 

Prix : 7,40 €

ISBN : 979-10-352-0244-6 

pepites_jeunesse

 


2 commentaires

Caro · 12 février 2020 à 15h23

Je l’ai justement ajouté dans ma dernière commande du CDI ! 😉

Jérôme · 16 février 2020 à 15h31

Une petite bulle de fraîcheur qui fait beaucoup de bien, ça nous change un peu des pépites plus « dramatiques ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *