Pour se remettre d’un examen raté, Anaïs file rejoindre les filles de son équipe de volley, il lui faut bien ça pour se détendre. Dans le bus du retour, un homme et des propos déplacés qu’elle ne relève même pas…

Mahé s’installe à la terrasse d’une brasserie pour lire au soleil. Une voiture s’arrête à sa hauteur, ses occupants lui ordonnent de soulever sa jupe pour qu’ils puissent se rincer l’oeil…

Dans un chalet de montagne, Zoé fait une rencontre qui la chavire. Il ne répondra jamais à ses messages. Pour se changer les idées, elle prend le métro pour se rendre à une soirée. Dans la foule anonyme, une main baladeuse et une pression de plus en plus malsaine…

Julie marche dans la rue pour se rendre au lycée. Sur le chemin, les gars du chantier s’en donnent à cœur joie et l’abreuvent de réflexions insultantes. Le jour où elle se rend compte qu’elle porte une jupe et des collants, elle change de chemin quitte à arriver en retard…

Lana rentre à son appartement où l’attend son petit ami. Alors qu’elle tape le code, un pervers commence à se tripoter en la regardant. Une image qui la hante et l’empêche de se confier à celui qui partage sa vie.

Agathe vient de toucher sa première paye et s’offre une paire de chaussures rouge à talons hauts qui lui fait envie depuis un moment. Elle les met le soir même pour rejoindre ses amis au restaurant pour fêter sa nouvelle vie. Sur le chemin, un pervers fortement alcoolisé la traite de « chatte à talons »…

Marion ne quitte plus son vélo même pour le plus petit déplacement de peur de se faire suivre dans la rue par des mecs louches. Alors qu’elle rejoint ses parents invités à diner chez le patron de son père,  celui ci lui rétorque que rien n’arrive jamais par hasard. Les filles qui se font suivre, c’est qu’elles l’ont cherché en s’habillant sexy. Et pourquoi prendre un compliment pour une agression ? Marion quitte la table…

Solène a mis une belle robe pour rejoindre ses copines à une soirée. Ses parents lui ordonnent d’aller se changer pour mettre une tenue décente. Quand elle raconte à sa mère le lendemain qu’elle a repoussé une main aux fesses, celle ci lui intime de ne pas être trop provocante avec les garçons…

Nous ne sommes pas coupables. Nous sommes victimes.

Il y a encore du chemin à parcourir. Parfois sous les sifflets ou les injures.

Parfois encouragées par un mot de soutien ou un regard bienveillant.

Jusqu’à devenir légitimes, enfin.

Elles sont huit. Elles sont des milliers. Honteuses. Résignées. Silencieuses… Adolescentes, étudiantes, femmes, jeunes et moins jeunes, elles se taisent de peur de s’entendre répliquer qu’il n’y a pas mort d’homme. Les regards appuyés, les gestes déplacés, les sifflets, les injures… tristement banal. Sibylline Meynet met en images l’histoire de Salomé Joly, fruit d’un long travail de recherche compilé sous forme de journal intime pour mieux rendre compte du mal-être et du malaise éprouvés par ces femmes au quotidien. Une succession d’instants, une compilation édifiante de situations qui font tellement partie de la vie de tous les jours qu’elles sont devenues tristement « normales ». Elles ne le sont pas…

Silencieuse(s) a sa place dans tous les collèges et les lycées. Les saynètes, toutes reliées par un fil rouge, dénoncent la banalisation d’un véritable phénomène de société et sensibilisent au harcèlement de rue sans utiliser de gros sabots. Le message est on ne peut plus clair et intime à toutes les jeunes filles de sortir du silence dans lequel elles s’enferment par peur du regard des autres. Elles ne sont pas des proies. Un album nécessaire pour briser le silence, libérer la prise de parole et inciter à la discussion.

 

Les avis de Jacques et Mo’

Éditions PerspectivesArt9 (Juin 2017)

104 p.

 

Prix : 14,95 €

ISBN : 978-2-37245-033-1

 

                                                            

        … chez Stephie


12 commentaires

Aifelle · 27 février 2019 à 07h38

Quand j’étais ado (donc il y a … longtemps !) j’ai entendu un voisin dire : enfermez vos poules, je lâche mon coq (c’est à dire son fils de 14 ans). Hélas, ça n’a pas beaucoup progressé et c’est aux femmes de se battre sans relâche, sinon ça ne bougera pas. Je note la BD bien sûr.

Nathalie · 27 février 2019 à 07h42

Bon. Encore un indispensable ! Dont on voudrait tellement pouvoir se passer… Mais c’est pas gagné !

Stéphie · 27 février 2019 à 09h12

Tu me la prêterais, dis ?

eimelle · 27 février 2019 à 09h29

Indispensable avec des ados! je note!

Blandine · 27 février 2019 à 09h56

Nécessaire malheureusement. Mais il me semble davantage nécessaire d’apprendre aux garçons comment se comporter…

Natiora · 27 février 2019 à 11h56

Je ne la lirai pas parce que je n’y apprendrai pas grand chose (je pense), mais pour les ados c’est intéressant. Histoire d’aider à l’éducation des garçons et montrer aux filles qu’elles ne doivent pas se laisser faire.

bouma · 27 février 2019 à 12h54

à lire donc, et à faire lire. merci pour la découverte

Amandine · 28 février 2019 à 15h42

J’ai l’impression que c’est un combat sans fin.

Mylene · 1 mars 2019 à 11h44

A lire quoi !!

Caro · 1 mars 2019 à 22h22

Cela passerait en collège sans problème ? Dès la 6e ou à partir de la 4e ? Je n’ai jamais vu cet album-là avant, et le sujet est incontournable. Merci !

Jerome · 2 mars 2019 à 15h57

Un album d’utilité public on dirait !

Karine · 3 mars 2019 à 18h00

C’est tellement différent de mon vécu, c’est fou. Je ne me rappelle avoir vécu aucune de ces situations. Jamais. Sérieux, jamais. Du coup, à lire pour comprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *