Il marche. La tête baissée et les mains dans les poches, il part la rejoindre. Le froid ça englue, peut-être bien que ça anesthésie aussi. De quoi oublier le décor de sa vie, sa campagne pas folichonne, les perspectives bouchées, l’ennui qui colle aux basques. Danaël marche et forcément il pense à elle. Une meuf pas pour lui qu’il regardait de loin au début du lycée. Et puis va savoir… le hasard des rencontres, un écouteur partagé, Nirvana dans les tympans et c’était plié. Amoureux fou de Florine, comme ça, sans prévenir. Florine la gothique, celle qui semble t’échapper entre les doigts, corset et rangers, lignes rouges sur les poignets, des centaines de vies au compteur, sûrement…

C’est pourtant pas un crime d’aimer trop fort.

Il marche et son odeur lui revient. La poire, la vanille, l’écorce. Un mélange entêtant qui ne le quitte plus depuis leurs corps dans ces draps froissés. Ça compte quand même une première fois. Cette sensation de conclure un pacte secret, de ne plus être le même. C’est con, ça fait cliché mais Danaël il l’a là sa Florine, tatouée sous la peau. Florine, son égratignure. Alors il part la rejoindre, dans cet endroit qu’il a dégoté pour eux. Un endroit secret pour cette fille qui est son secret. Est-ce qu’elle le sait au moins à quel point il l’aime…? Est-ce qu’elle l’a jamais su…?

Je vous fais marrer, hein ?  C’est pas rigolo, un amoureux. C’est claqué au sol. Ma fierté par terre, mes viscères en calque.

Joanne Richoux se glisse dans la peau de Danaël est c’en est presque flippant. Les mots claquent comme des balles, taillent comme une lame, creusent le sillon d’une désillusion qu’on devine de plus en plus clairement à mesure que l’adolescent se met à nu. A dix-sept ans, Danaël aime pour la première fois. Entièrement. Jusqu’à perdre pied. Jusqu’à vriller. Joanne Richoux ne lui tient pas la main, elle ne l’excuse pas. Il faut être un peu sorcière pour réussir à devenir à ce point son personnage, à convoquer le monstre qui s’est réveillé, ivre d’un amour qui se refuse à lui. Elle dit tout ça, la passion qui vire folie, l’obsession qui fait dérailler… et le malaise qui va crescendo. A lire sans reprendre son souffle.

Personne n’est cool et amoureux en synchronie. C’est une balafre, aimer. Une lèpre. Ça avilit, ça enlaidit.

Une pépite jeunesse qui cogne, lue en duo avec Jérôme comme (presque) chaque mardi.

L’avis de Pépita

De Joanne Richoux sur le blog, PLS

T’as vrillé de Joanne Richoux
Éditions Actes Sud junior – Collection D’une seule voix (Mai 2021)
64 p. / 9,80 € / ISBN : 978-2-330-15054-9

pepites_jeunesse


4 commentaires

Mes échappées livresques · 8 juin 2021 à 09h52

Décidément cette collection semble regorger de belles pépites jeunesse 😍

Alex-Mot-à-Mots · 8 juin 2021 à 16h58

Ah oui, vous cognez dur aujourd’hui.

Amandine · 9 juin 2021 à 10h43

L’histoire a l’air superbe et le style magnifique. Je note ce titre de ce pas!

Jérôme · 23 juillet 2021 à 15h30

Bien flippante cette histoire, je confirme !

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *