triangle-rose.jpeg

En vue d’un devoir à rendre sur les camps de concentration, Alexandre propose à ses amis de rendre visite à son arrière grand-père Andréas et de l’interviewer. De son passé, Alexandre ne connaît pas grand chose, juste qu’il a été plusieurs années prisonnier d’un camp et qu’il en a survécu. Rien d’autre.

A leur arrivée, ils sont accueillis par un vieillard peu aimable et peu enclin à parler de lui, tout est déjà dans les livres, non ? Quand Andréas annonce qu’il vivait à Berlin et qu’il était allemand quand la guerre a commencé, Alexandre n’en croit pas ses oreilles… Comment a-t-il pu être envoyé en camp de concentration dans ce cas ?

La larme à l’oeil, Andréas se souvient de ces années où tout a basculé…

 

Au début des années 30, Andréas vit ouvertement son homosexualité, ça ne choque personne, pas même sa mère qui accepte son fils tel qu’il est. Et puis, petit à petit, le nazisme gagne du terrain, Hitler est nommé chancelier et vote des lois de plus en plus discriminantes. Andréas, en tant que « bon allemand », se pense à l’abri et ne s’inquiète pas outre mesure. Il est vrai que Röhm, à la tête des sections d’assaut, est un homosexuel notoire… Puis vient la nuit des Longs Couteaux et ses assassinats en nombre de membres des SA par les SS. Le « paragraphe 175 » refait surface, cet article du code pénal allemand qui déclare qu’ « Un acte sexuel contre nature entre des personnes de sexe masculin ou entre des êtres humains et des animaux est punissable d’emprisonnement ; la perte des droits civils peut aussi être imposée.«  Dénoncé par la concierge de son immeuble, il est fortement « conseillé » à Andréas de rentrer dans le droit chemin, d’épouser une belle allemande et de lui faire plein de beaux petits aryens. Jugé comme un criminel, il passera plusieurs années en prison avant d’être arrêté par la Gestapo en envoyé dans un camp de concentration…

 

Mais de tout ça, Alexandre et ses amis ne sauront rien. Andréas vit avec ses souvenirs mais ne les partage pas. Lui, le bon allemand, a été considéré comme un être anormal, nuisible et inutile. Comme des milliers d’autres, il a porté le triangle rose de la honte et a fait partie des toutes premières victimes du régime de terreur et de déshumanisation instauré par Hitler. Incarcéré parce qu’il relevait du fameux « paragraphe 175 », il ne pourra prétendre à une quelconque indemnisation à sa sortie des camps.

 

La déportation des homosexuels, voilà un sujet pas banal pour une bande dessinée et ma foi fort bien traitée ici. Le découpage en trois parties est intéressant : le présent, les souvenirs enfouis d’Andréas et les années noires du camp de concentration. Pourtant, Andréas ne se livrera pas et gardera pour lui ses souvenirs… Et malheureusement, il reste un personnage antipathique qu’on peine à apprécier… Voilà toute l’ambivalence de ce récit qui finalement met un peu mal à l’aise. J’aurais préféré m’attacher un peu à cet Andréas, ce ne fut pas le cas… et je le déplore…

Néanmoins, l’histoire racontée ici est importante parce que longtemps occultée. Le gouvernement de Vichy avait lui aussi introduit le « paragraphe 175 » dans le code pénal français en 1942. Sachez tout de même qu’il n’a été supprimé qu’en 1982… et que la loi n’a été abolie qu’en 1994 dans l’Allemagne réunifiée…

 

Les avis de Yaneck, Joëlle, InColdBlog, Cécile

 

Lecture des 6 premières planches sur DigiBiDi

 

 

Éditions Soleil (Septembre 2011)

Collection Quadrants

127 p.

 

C’était ma logo BD Mango rouge !

Chez Mango et chez les autres !

 

Top-BD-des-blogueurs-v3

 

by Yaneck

15/20

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-triangle-rose-dufranne-vicanovic-maza-lerolle-109089336.html

Catégories : Bande dessinée

24 commentaires

Commentaire n°1 posté par Mo' · 15 août 2012 à 11h02

Il faut que je le lise cet album. Je l’avais découvert chez Joelle et je crois qu’il pourrait me plaire

    Noukette · 20 août 2012 à 00h43

    Oui, il pourrait effectivement te plaire. Le thème est bien traité je trouve…

Commentaire n°2 posté par Marion · 15 août 2012 à 11h06

Les dessins me plaisent assez peu au vu des premières pages, mais l’histoire pourrait me plaire! Je vais essayer de la trouver à la BM. 😉

    Noukette · 20 août 2012 à 00h44

    La couleur, ce n’est qu’au début… Le passé est retranscrit en sépia et en noir et blanc, c’est plutôt bien rendu… A lire pour se faire une idée ! 😉

Commentaire n°3 posté par Valérie · 15 août 2012 à 11h31

Voilà une BD qui vient contredire ce qu’affirme Serge Karlsfed, c’est à dire qu’aucun homosexuel n’a été arrêté parce qu’il était homosexuel. 

    Noukette · 20 août 2012 à 00h45

    Effectivement, elle dit même tout le contraire !

Commentaire n°4 posté par yoshi73 · 15 août 2012 à 13h42

Cette bd a le mérite de parler d’un sujet qui a été très longtemps occulté et qui refait surface depuis quelques années (tout comme la déportation des tsiganes).

    Noukette · 20 août 2012 à 00h45

    Oui, c’est une des raisons qui m’a poussée à lire cette BD d’ailleurs…

Commentaire n°5 posté par Natiora · 15 août 2012 à 13h50

Elle va me plaire cette BD, je note, merci pour la découverte Noukette 🙂

    Noukette · 20 août 2012 à 00h46

    J’espère qu’elle te plaira… C’est une BD qui a le mérite de parler d’un sujet longtemps passé sous silence.

Commentaire n°6 posté par 0titi85 · 15 août 2012 à 15h42

J’ai beaucoup aimé cette BD. Elle rend bien compte de la difficulté du devoir de méméoire qui ne prend pas en compte les victimes avec égalité.

    Noukette · 20 août 2012 à 00h47

    Oui, c’est une lecture nécessaire…

Commentaire n°7 posté par Yvan · 15 août 2012 à 18h30

Le sujet me tente, mais comme je t’ai déjà connu plus enthousiaste, je vais attendre que Mo’ le lise :o)

    Noukette · 20 août 2012 à 00h47

    Mo’ fera sûrement la différence…! 😉

Commentaire n°8 posté par Manu · 15 août 2012 à 19h28

On oublie souvent que de nombreux allemands ont été aussi victimes du nazisme. 

    Noukette · 20 août 2012 à 00h48

    Oui, clairement, et cette BD met les pieds dans le plat !

Commentaire n°9 posté par Mango · 16 août 2012 à 12h05

Il en aura fallu des années pour que cette réalité sorte enfin! Je l’ai découverte avec une BD sur l’exil des homosexuelss italiens sur une île au temps de Mussolini. (J’ai oublié le titre!)  C’est vrai qu’il y a eu auparavant un bon film de Ettore Scola  sur ce sujet avec Mastroïanni et Sofia Loren. 

 

    Noukette · 20 août 2012 à 00h50

    Cette BD donne en tous cas envie de creuser le sujet !

Commentaire n°10 posté par Sara · 20 août 2012 à 12h15

Je la lirai volontiers si je la trouve. Le sujet est effectivement pas banal !

    Noukette · 22 août 2012 à 15h29

    Oui, je ne crois pas avoir jamais lu quelque chose d’autre sur le sujet !

Commentaire n°11 posté par Hilde · 20 août 2012 à 23h28

Le sujet me tente aussi, je prends note. Merci pour cette découverte.

    Noukette · 22 août 2012 à 15h40

    De rien ! Je trouve cette BD très bien construite !

Commentaire n°12 posté par Cryssilda · 31 août 2012 à 10h15

Je ne suis pas très bd, mais le sujet m’intéresse… je vais voir si je le trouve à la bibliothèque.

    Noukette · 1 septembre 2012 à 23h47

    C’est la première fois que je vois ce thème traité en BD, rien que pour ça il faut la lire…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *