couv-weegee-620x840

New York, Lower East Side, fin des années 30.

 

Cigare aux lèvres, feutre mou abaissé sur les yeux, imper et appareil photo prêt à être dégainé, Weegee n’a pas de temps à perdre. Au sol, un macchabée encore frais nage dans son sang. Autour, une foule de badauds agglutinés, mi effrayés, mi fascinés. Toujours dans les bons plans, Weegee est sur les lieux avant l’arrivée de la police. Le temps pour lui de rendre la scène de crime plus « esthétique » et plus vendable… Dans quelques heures, ses clichés se vendront à prix d’or aux tabloïds qui font leurs choux gras de la misère du monde…

 

« Murder is my business. »

 

Pas très réglo, certes, mais dans sa partie Weegee est le meilleur. Et New York est à la fois son terrain de chasse et son terrain de jeux. Ses bas-fonds, il les connait comme sa poche. Il y a grandi. Et il connaît par cœur ses oubliés et ses laissés pour compte. Ses règlements de comptes qui la gangrène de l’intérieur, ses faits divers sordides, ses cadavres qui pullulent, voilà le fonds de commerce de ce photographe de presse qui se joue de tout code de déontologie. Branché H24 sur les fréquences de la police, en cheville avec un petit flic du quartier qui le rencarde sur les affaires en cours, Weegee passe la plupart de ses nuits dans sa voiture à attendre que le vent tourne dans sa direction. Et ça paye. Toujours là au bon endroit au bon moment, Weegee tire son épingle du jeu en ces temps de crise. Tout en rêvant d’autre chose…

 

« Depuis que j’ai 15 ans je photographie les clodos, la rue, les macchabées. C’est ce que j’ai toujours connu. Et j’aimerais bien que ma vie, ça soit pas que ça. Je veux être le meilleur photographe de New York, pas le meilleur photographe de macchabées du Lower East Side ! Tu piges ? »

 

Passionnante biographie à peine romancée du célèbre photographe américain d’origine hongroise Arthur Fellig (1899 – 1968), plus connu sous le nom de Weegee. Un personnage qui a réussi à façonner sa propre légende. Tête de malfrat, attitudes de vautour, opportuniste mais véritable génie de l’objectif, capable de capter sur pellicule l’âme même de New York. Témoin privilégié de la société américaine en plein marasme, observateur sans filtre des inégalités et des discriminations qu’elle laisse perdurer, Weegee est un peu le grain de sable dans l’engrenage. Max de Radiguès s’empare à merveille du mythe et nous le rend extrêmement attachant.

 

Au dessin, Wauter Mannaert, jeune dessinateur belge dont je découvre le travail. Un noir et blanc qui ne m’a pas subjuguée mais qui colle à merveille à l’ambiance poisseuse du New York des années 30 qu’il restitue à merveille. Résultat, on dévore cette biographie et on file admirer les clichés de ce photographe hors normes autant encensé que décrié…

 

[slideshow]

 Éditions Sarbacane (Août 2016)

128 p.

 

Prix : 22,50 €

ISBN : 978-2-84865-913-8

 

BD de la semaine saumon

C’était ma BD de la semaine…

…aujourd’hui chez Stephie

 

 

challenge12016br

11/18

Challenge 1% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout »

chez Hérisson et Léa Touch Book


12 commentaires

luocine · 21 septembre 2016 à 03h55

Quelle horreur de vie! Passer sa vie à photographier des cadavres résultats de meurtres ! . Si on me demandait d’imaginer un enfer sur terre , cette occupation viendrait dans le peloton de tête.

Sandrine · 21 septembre 2016 à 06h42

Une biographie romancée en BD : tout à fait ce qu’il me faut, surtout avec un type comme celui-là. Il n’a pas dû rigoler tous les jours…

Mo · 21 septembre 2016 à 07h51

Ça a l’air chouette !! En voyant la couverture et les visuels intérieurs, ça fait penser à une ambiance de polar. J’irai regarder ça de plus près par contre, les auteurs ont intégré des photos de Weegee dans les planches ou ce n’est que du dessin ?

Sandrine · 21 septembre 2016 à 08h09

BD, photographe et New York : des thèmes qui peuvent m’intéresser .

Saxaoul · 21 septembre 2016 à 09h25

Je ne suis pas vraiment tentée par le sujet…

framboise · 21 septembre 2016 à 10h19

vais aller voir de plus près si ça me plait :-p
merci pour la découverte copine <3

Moka · 21 septembre 2016 à 13h15

On m’ a fait découvrir ce photographe l’année dernière et j’avoue que je suis curieuse d’en apprendre un peu plus sur lui…

Jerome · 21 septembre 2016 à 13h28

J’aime beaucoup le dessin moi. Et la vie de ce monsieur a tout pour me plaire 😉

krol · 21 septembre 2016 à 20h36

Etonnante cette vie ! Je ne connais pas ce photographe !

sabine · 22 septembre 2016 à 04h35

un album qui a tout pour me plaire aussi ! Et je suis bien d’accord sur le côté polar de la couverture. C’est une période que j’aime beaucoup.

Stephie · 24 septembre 2016 à 20h37

Mouais… non, en fait 🙂

Noctenbule · 22 avril 2017 à 07h39

J’ai beaucoup aimé aussi cette bd. J’ai d’ailleurs réservé un livre de photo sur lui à la médiathèque.
Si tu as bien aimé, je te conseille l’exposition sur Paris sur le magazine Détective à la Bilipo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *