Come Prima – Alfred

Come primaJuillet 1958, quelque part en France. Fabio vient de perdre son énième match de boxe, rien de nouveau sous le soleil à vrai dire. Sur le ring, comme dans la vie, c’est un loser… A la sortie de la salle, son frère Giovanni l’attend. Dix ans qu’il ne l’a pas revu. Dix ans passés à fuir, à mentir et à se mentir. Dix ans à se planquer, à ne pas donner signe de vie, à ne pas prendre de nouvelles des siens. Et voilà que son jeune frère se pointe, sans prévenir. Il l’a retrouvé, il l’a cherché donc…

 

Mais Giovanni n’est pas venu seul. Il est venu avec leur père. Du moins ce qu’il en reste… L’urne funéraire sous le bras, il est bien décidé à ramener les cendres du défunt sur sa terre natale, en Italie. Et il ne compte pas le faire seul. Fabio l’accompagnera… Dans la Fiat 500 brinquebalante de papa.

 

Fabio ne veut pas de ce voyage. Le passé est derrière lui, les souvenirs définitivement enterrés. Quant à son présent, il n’est guère reluisant… Des dettes, beaucoup, les sous qui ne rentrent pas, et la pression continuelle de sa douce pour qu’il se bouge enfin. Alors ce voyage il va le faire, pas de gaité de cœur certes mais l’héritage de papa est une motivation suffisante. Que Giovanni ne s’attende pas par contre à ce qu’il lui fasse la conversation. On roule, droit devant. Il récupère le fric et il disparait, à nouveau… Pour les souvenirs, les regrets et tout le reste, on repassera. Mais la route prend parfois des virages inattendus…

 

Quel plaisir de retrouver Alfred ! J’ai encore en tête son adaptation du Je mourrai pas gibier de Guillaume Guéraud, bluffante, et l’incroyable Pourquoi j’ai tué Pierre… 

Dans Come Prima, son premier one-shot en solo, Alfred prouve une fois de plus l’étendue de son talent. Sur un mode plus intimiste, moins noir, tout en nuances.

La confrontation entre les deux frères fait tout le sel de cette histoire finalement assez banale de retrouvailles sous haute tension. Des non-dits, beaucoup de silences, une bonne dose d’aigreur et de rancœur, des règlements de compte aussi.

Leurs routes se sont séparées à la fin des années 30. Fabio a fuit pour tenter d’être libre. Giovanni a choisi de rester. Et là, dans cette minuscule voiture sur la route qui les ramène au pays de leur enfance, les souvenirs reviennent. De flashback en flashback, le lecteur reconstruit l’histoire commune des deux frères, comprend ce qui les a séparés… même s’il n’est pas au bout de ses surprises. Les couleurs et les ambiances changent, place à des tons et des ambiances plus contrastées d’une grande force d’évocation. Du grand art.

 

Avec Come Prima, Alfred nous offre une vraie belle histoire. Celle de deux frères qui se rapprochent enfin… Un album attachant qu’on voudrait ne jamais devoir reposer…

 

Un coup de cœur que j’ai encore une fois le plaisir de partager avec Jérôme…

 

Les avis de Mo’, L’encreuseJ.Viel

 come_prima_planche03© Alfred / Delcourt

 

 

Éditions Delcourt (Octobre 2013)

Collection Mirages

224 p.

 

C’était ma logo BD Mango rouge !

Chez Mango et chez les autres !

 

topbd_2013.jpg

 

by Yaneck

17/20

 

 

21 commentaires sur “Come Prima – Alfred

  1. Un magnifique album. Rien d’original pourtant au départ mais Alfred a su faire de son histoire un récit poignant tout en émotion. Comme tu dis, c’est du grand art.

  2. Pfff !!! je viens de dire à Jérôme que je n’allais pas le noter mais que si je le voyais à la bibli…
    Bon, je note ! Ne dit-on pas « Souvent femme varie… » ?

    • Tu peux… c’est vrai que les visages sont toujours un peu taillés à la hache chez Alfred mais je t’assure que ça colle parfaitement avec les ambiances et les émotions de la BD…!

  3. Ici, c’est un véritable gros coup de coeur !! J’ai fermé l’album la gorge serrée avec de l’émotion qui bouillonnait en moi. Cet Alfred a le chic pour m’amener à chaque fois au bord des larmes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>