La question qui tue – Audren

La question qui tueMadame Lamourette est morte et tout est de la faute de Wendy. Du moins, elle en est persuadée… Cette fois ci elle était allée trop loin en posant « la question qui tue »…

 

Il faut dire que Wendy a le chic de perturber les cours avec ses questions étranges, absurdes et complètement hors de propos, des questions qui n’ont de sens que pour elle : « Comment colle-t-on un sparadrap sur une limace ? »« Y a t-il des vents qui ne soufflent pas ? ». Convoqué une énième fois pour évoquer le « cas » de sa fille, le père de Wendy ne comprend pas ce qu’on lui reproche réellement. C’est une petite fille curieuse et gentille, pas le genre à chercher les ennuis. Pour faire plaisir à son père et se faire un peu oublier, Wendy se tient à carreau pendant une semaine. C’est long une semaine…

 

Et puis un jour, n’y tenant plus, une question lui brûle les lèvres : « Est-ce que les fleurs sont des soupirs ? » Pour madame Lamourette, c’est la question de trop, la question qui tue… Le lendemain, la maîtresse est morte… Convaincue d’en être la responsable, Wendy décide de ne plus jamais ouvrir la bouche de peur de ne pas pouvoir maitriser les mots qui en sortent…

 

Wendy est une gamine à part qui vit dans son monde. Originale et bourrée d’imagination, elle ne réfléchit pas et pose toutes les questions qui lui passent par la tête, même les plus saugrenues. Parce que pour elle, elles n’ont rien de bizarre justement… Mais quand elle pose « la question qui tue », tout change. Wendy se sent responsable et coupable du plus grave des crimes. Et ce pouvoir, il est bien trop lourd à porter… Heureusement, il y a Tobias, un camarade de classe que les autres surnomment cruellement Simplet…

 

C’est subtil, c’est drôle, c’est intelligent… c’est du Audren ! L’air de rien, ce petit roman parle de la culpabilité, de la famille, de l’amitié, de la solidarité, de la différence… Oui, tout ça, et de bien d’autres chose encore. Les mots et leur pouvoir « magique », les peurs et les angoisses de l’enfance, les adultes et leur œillères… Comme dans Ma grand-mère m’a mordu, j’ai adoré la fraicheur et l’impertinence d’Audren. J’en redemande !

 

 

Une lecture que je partage à nouveau avec Jérôme

 

 

Premières phrases : « C’était la troisième fois cette année que madame Lamourette, ma maîtresse, convoquait mon père. Aujourd’hui, elle m’avait demandé d’être présente au rendez-vous.

– Nous sommes toujours confrontés au même problème, dit-elle. Tu vois de quoi je veux parler ?

– Je vois, mais je ne comprends pas ce qui ne va pas, répondis-je d’une petite voix.

– C’est bien pour ça que j’ai demandé à ton papa de revenir. J’ai l’impression que nous devons faire le point tous ensemble. »

 

Au hasard des pages : « J’avais très peur de devenir une serial killeuse. C’était si facile. Un petit mot bien placé et tac, ils tombaient tous raides. C’était inquiétant et terriblement grisant. Je me sentais si puissante tout à coup. Pourtant, dès que je repensais à madame Lamourette, les larmes grimpaient dans mes yeux et la culpabilité m’envahissait de nouveau. Pour respecter sa mémoire, je me fis la promesse de ne plus jamais utiliser la question qui tue, même en cas de force majeure. Je n’avais pas le droit de décider ainsi de la mort des gens. Pour madame Lamourette, je n’avais pas fait exprès, mon acte n’était donc pas prémédité, mais pour l’autre, je méritais des années de prison. Quelle horreur ! » (p. 35-36)

 

 

Éditions École des loisirs (Septembre 2011)

Collection Neuf

80 p.

 

 

audren-300x240

by Stephie !

21 commentaires sur “La question qui tue – Audren

  1. Subtil, je crois que c’est le mot juste. J’ai vraiment beaucoup aimé, c’est plein de finesse. Dis donc, il n’y a rien à jeter dans nos 3 lectures communes de la semaine 😉

  2. Je ne connais pas l’auteur. J’ai relevé son nom suite au RV de Stéphie. J’aime bien ce que tu en dis. Je file voir Jérôme…

  3. Comme beaucoup, je ne connais pas, mais cette histoire est bien tentante. Si les questions sont originales il doit bien y avoir des réponses, et ça m’intrigue, qu’est-ce qu’ils ont bien pu répondre..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *