Le Diable, tout le temps – Donald Ray Pollock

Donald-Ray-Pollock-Le-diable-tout-le-tempsIl y a du bon à lire un livre culte après tout le monde. On se dit que finalement on n’a pas attendu pour rien, que ça valait sacrément le coup de se garder une pépite pareille sous le coude, qu’on l’aurait peut-être moins aimé, qui sait, si on l’avait lu à sa sortie pour faire comme tout le monde…

 

Le fait est que ce bouquin là, c’est de la bombe. Du type explosif. Du genre à laisser des éclaboussures un peu partout. Salissant et carrément dégueulasse. Une mixture immonde qui curieusement n’a rien d’indigeste… Curiosité malsaine ou attraction morbide, on s’y enfonce jusqu’au cou, fascinés par ces personnages frapadingues aux prises avec leur destin. Peut-être parce que suivre les péripéties d’énergumènes de cette trempe, quelque part, ça nous rassure. Et parce qu’en littérature, finalement, on peut tout se permettre…

 

« Seigneur, le monde se mettait à devenir un endroit terrible. »

 

Donald Ray Pollock se fiche bien de suivre les codes. Il les balaye d’un revers de main et se vautre avec bonheur dans la démesure. Le fait est que ce premier roman ne rentre dans aucune case et ne tolère aucune étiquette. Un roman génial, foutraque, barré et flippant. Un roman délirant fichtrement bien construit qui flirte avec le roman noir tout en s’amusant à faire des incursions dans tous les « mauvais genres » existant… Ça fout les jetons, ça égratigne et pourtant on en redemande. Bigre, c’est vertigineux un truc pareil…!

 

L’Amérique profonde et ses paumés. Une belle brochette de losers, de fous, de dépravés et de dégénérés, souillés jusqu’à la moelle et pourtant furieusement attachants. Des gars perdus, malsains, malmenés par un dieu fantoche aux abonnés absents. C’est cruel, cru, fascinant et bluffant. En un mot, brillant !

 

A découvrir d’urgence si ce n’est pas encore fait…!

 

 

Les avis de Alex, Anne, Athalie, Eva, Jérôme, LaFée, Laure, Meelly, Sandrine, Séverine, Un chocolat dans mon roman

 

 

Éditions Albin Michel (Février 2012)

Collection Terres d’Amérique

369 p.

Traduit de l’américain par Christophe Mercuer

 

Prix : 22,30 €

ISBN : 978-2-226-24000-2

Parution au Livre de Poche en janvier 2014

16 commentaires sur “Le Diable, tout le temps – Donald Ray Pollock

  1. Voilà un an que j’ai lu ce livre et je crois que le photographe et son copine (la soeur du shérif je crois, celle qui aime tant les autostoppeurs) sont ceux qui m’ont le plus marquée : froidement effrayants !

  2. Je l’ai noté il y a un moment, il fait super envie, j’aime bien ce genre de cadre et le côté horrible a l’air intéressant. J’aime bien la maquette du livre de poche aussi, ce qui ne gâche rien ^^

  3. Comme dit Sandrine, le couple qui aime les autostopeurs est fascinant de dégoût et les illuminés religieux ne sont pas piqués des vers ! J’ai les nouvelles de l’auteur en stock.

  4. erf pas lu, je ne sais pas, il est là, il me regarde, il me fait de l’œil et moi, je résiste, je résiste ! ptêtre que ton délicieux billet va me donner une folle envie de m’y plonger !
    bisous ma copine <3

  5. Depuis le temps que je tannais pour que tu le lises, j’aime autant te dire que je suis ravi, ravi, ravi de constater que tu l’as apprécié à ce point. Il faut que tu plonges dans ses nouvelles maintenant, c’est du tout bon aussi 😉

  6. Bonjour Noukette, avec ce billet foutraque et brillant, tu me donnes envie de découvrir ce roman (mais pas tout de suite), j’en ai beaucoup d’autres avant. Bonne après-midi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *