Le Horla – Guillaume Sorel / Guy de Maupassant

horlaLe narrateur, grand solitaire, mène une vie paisible dans sa demeure en bord de Seine. Plaisirs simples, promenades au bord de l’eau, contemplation des grands voiliers, longues marches en forêt… Mais depuis peu, notre homme se réveille fiévreux et se sent triste. Une étrange langueur qu’il ne s’explique pas, une sorte d’inquiétude qui le ronge, comme s’il souffrait d’un mal inconnu…

 

Puis, une nuit, cette présence invisible, ce poids sur la poitrine… Un être surnaturel semble se repaître de son énergie, se nourrir de son âme, aspirer sa vie par sa bouche. Est-ce la folie qui le guette..? Hanté par celui qu’il va nommer le « Horla », comme possédé, il semble que la seule solution pour que la créature le laisse vivre en paix soit de la tuer…

 

Dieu sait que j’avais hâte de découvrir l’adaptation de la célèbre nouvelle de Maupassant par Guillaume Sorel. Un auteur que j’ai découvert il y a peu avec le somptueux Hôtel particulier et dont le dessin m’avait complètement subjuguée. Pourtant, le pari est osé. Difficile en effet d’adapter un journal intime en bande dessinée.  Surtout quand le récit ne s’attache qu’à un seul personnage, un solitaire qui vit presque reclus.

 

Dans la nouvelle de Maupassant, le narrateur se concentre exclusivement sur ce qu’il ressent, ses sensations, son angoisse, sa peur grandissante, son épouvante de ne rien maîtriser. Quand il s’échappe, le temps d’un voyage qu’il estime salutaire pour son état mental ou lors de discussions en société, il finit toujours malgré tout par revenir à son point de départ. Et il reste néanmoins toujours seul…

 

Dans son adaptation Sorel fait intervenir un chat, ce qui est somme toute assez logique. Pour que le narrateur ne parle pas tout seul comme le fou qu’il est peut-être, il lui fallait un interlocuteur. Il parle donc à son chat, et je dois avouer que ce « dialogue » m’a gênée au départ, ayant encore fortement en tête la nouvelle originale. Pourtant, tout se tient. Certaines réactions du chat apportent même ce petit côté « il se passe quelque chose d’anormal » qui colle tout à fait à l’ambiance de l’histoire…

Mais dans l’adaptation de Sorel, aucune place à l’ambiguïté. La créature pourrait bel et bien exister… et le narrateur n’est pas forcément fou. Une des plus grosses différences avec le texte d’origine où Maupassant cultive le doute. Mais là encore, tout se tient, Sorel manie sa barque de façon très naturelle et le lecteur finit par ne plus se poser de questions. Sûrement ce qu’on appelle le talent…

 

Et du talent, Guillaume Sorel en a à revendre. Cet album est une pure merveille. Le dessin, de toute beauté, est réellement à couper le souffle ! Un régal pour les yeux qui ne cessent de s’écarquiller devant tant de maîtrise, d’élégance et de puissance. Un vrai travail d’orfèvre…! A ne pas manquer !

 

Une lecture que j’ai le plaisir de partager avec Jérôme, Leiloona et Stephie

 

Les avis de Géraldine, J Viel, Mathilde et Païkanne

 

 

le_horla_pl11

le_horla_pl15

le_horla_pl39

© Sorel / Rue de Sèvres

 

 

Éditions Rue de Sèvres (12 mars 2014)

64 p.

 

C’était ma logo BD Mango rouge !

Chez Mango et chez les autres…!

 

 

topbd_2013.jpg

 

by Yaneck

18/20

27 commentaires sur “Le Horla – Guillaume Sorel / Guy de Maupassant

  1. Le chat a un rôle très important finalement parce qu’il renforce la thèse surnaturelle. Lui aussi voit les manifestations étranges dans la maison donc cela prouverait que le narrateur n’est pas « juste » fou (enfin j’interprète là…).

  2. C’est une nouvelle de Maupassant que j’aime beaucoup ! L’adaptation en BD me semble périlleuse mais tu as l’air d’avoir aimé, alors… il faut voir… les dessins me plaisent en tout cas.

    • Tu ne peux pas être déçue je pense, du moins par les dessins…! Après, reste à voir si tu vas aimer les nécessaires changements par rapport à l’original…

  3. Les dessins me feraient déjà craquer. Puis Maupassant, c’est chez moi. Et j’ai écouté le Horla en lecture audio l’an dernier, je suis donc encore dans le sujet. Il va encore falloir attendre une éternité qu’elle arrive à la bibliothèque.

    • Je te comprends ! J’avais lu la nouvelle au lycée, je l’ai relue pour l’occasion, ça n’a pas pris une ride ! L’adaptation est vraiment très réussie !

  4. whouaw!!! que c’est alléchant!! j’avais déjà envie de la lire, encore plus maintenant!!
    je me demande quand même si je ne vais pas relire la nouvelle avant, j’hésite…

    • C’est ce que j’ai fait, pour l’avoir bien en tête… C’est intéressant pour voir les libertés par rapport à l’original… Et puis quel texte !

  5. Il s’agit de ma nouvelle préféré de Maupassant. J’ai peur d’être un petit peu déçu si tu dis qu’il n’y a pas place à l’ambiguïté. Je trouve que c’est ce qui fait tout le charme de cette nouvelle

    • C’est comme ça que je l’ai ressenti en tous cas… J’ai l’impression que Sorel privilégie l’explication fantastique, ce qui ne serait pas étonnant vu son univers…

  6. Oh, n’ayant pas encore rédigé mon avis j’ai lu le tien en croix et reviendrais le lire en détails, promis ! En tout cas j’ai vu ta conclusion et je suis d’accord avec toi pour qualifier cet album de pure merveille <3

  7. Je l’ai vu à la FNAC et il m’a beaucoup plu; mais comme il faut être raisonnable j’ai passé mon chemin et pour me consoler je me suis dit que je connaissais la nouvelle. Et finalement je suis énervée car j’aime bien les adaptations c’est une autre façon de découvrir une histoire. Voila

  8. Et bien figure toi que le 25 mars à 9h30, j’entrerai dans l’atelier de Guillaume Sorel !!! Il habite pas très loin de chez moi et j’ai demandé à Gilles Paris si c’était possible et ça l’est !!!

    • Alors là je suis hyper, hyper jalouse !!! J’espère que tu nous feras part de cette rencontre sur ton blog, je viendrai te lire avec grand intérêt…! (mais je suis hyper jalouse là, comment ça je l’ai déjà dit ? ;-) )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>