épiphanie frayeur

« Arrête ! Arrête ! Tu me serres trop fort.

Tu… Tu me fais mal.

Je… J’étouffe…

 

Pourquoi tu fais ça ? Tu prends toujours tellement de place.

Je n’arrive plus à respirer. Tu ne me laisses jamais respirer.

Tu dois t’en aller… Tu dois me laisser. Tu… me fais mal. »

 

Où qu’elle aille, quoi qu’elle fasse, Épiphanie n’est jamais seule. Dans ses pas, fidèle comme une ombre, sa peur ne la quitte pas d’une semelle. Épiphanie a 8 ans et demi, comme sa peur. Elles ont grandi ensemble, mais pas vraiment à la même vitesse. La peur d’Épiphanie grandit, grandit, grandit… effrayante et démesurée… jusqu’à prendre bien trop de place. Et aujourd’hui Épiphanie est bien décidée à se débarrasser d’elle, même si pour cela elle devra affronter les dédales de cette forêt sombre et mystérieuse qui semble renfermer bien des secrets. Même si pour cela elle devra aller à la rencontre de l’énigmatique Docteur Psyché…

Surmonter ses peurs. Réussir à les apprivoiser. Arriver à les faire taire… Couper ce cordon invisible qui relie Épiphanie à cette peur viscérale qui la possède toute entière. Il n’est pas certain que les personnages bienveillants et bien intentionnés que croisera la petite fille sur son chemin lui soient d’un grand secours. Hasard des rencontres, étonnantes entrevues, guides fantasques, inadaptés ou visionnaires, comme Alice ou Dorothée avant elle Épiphanie se heurte aux questions sans réponses. Et devra grandir seule…

Attention bijou ! Aller à la rencontre d’Épiphanie Frayeur, c’est un peu retrouver ses rêves et ses peurs d’enfant. Celles qui vous empêchent d’avancer, vous hantent et vous rongent mais font aussi, curieusement, partie de vous. C’est voir ressurgir toutes ces questions qu’on se posait avec toute la candeur de l’enfance. Et qu’on se pose encore parfois…

Délicat, poétique et divinement riche, l’album se pare des plus beaux atours pour s’offrir aux yeux des jeunes lecteurs. Foisonnant, inquiétant, fantasque et joliment absurde, L’Épouvantable peur d’Épiphanie Frayeur est un voyage magique aux confins des peurs enfantines. Teinté de douce folie, le dessin de Clément Lefèvre est étrangement accueillant. A la frontière du rêve, on se coule avec bonheur dans cet univers à la fois doux et torturé qui colle si bien à la quête de la jeune Épiphanie. Une quête magnifiquement mise en mots par la talentueuse Séverine Gauthier qui a décidément plusieurs cordes à son arc… Somptueux et indispensable, tout simplement…! ♥

L’avis de Mo’ qui a glissé cette merveille entre mes mains (mille merci… ♥), ceux de Moka et de Yaneck

 

D’autres (sublimes) albums de Séverine Gauthier sur le blog : GaranceMon arbreCœur de PierreL’homme montagne

[slideshow]

 Éditions Soleil (Octobre 2016)

Collection Métamorphose

92 p.

 

Prix : 18,95 €

ISBN : 978-2-302-05385-4

BD de la semaine saumon

C’était ma BD de la semaine…

…aujourd’hui chez Stephie

challenge12016br

37/18

Challenge 3% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout »

chez Hérisson et Léa Touch Book


17 commentaires

Mo · 8 février 2017 à 04h37

Je savais bien que tu allais craquer pour la jeune Epiphanie ! 😀

framboise · 8 février 2017 à 09h20

ça me plait, ça me plait, ça me plait !

Mylene · 8 février 2017 à 10h20

ça a l’air trop beau <3 <3

Mélo · 8 février 2017 à 11h32

Comme d’habitude chez toi, un billet extrêmement tentant ! Mais je n’arrive ni à voir la couv’ ni les illustrations. un bug ?

Au Fil des Plumes · 8 février 2017 à 12h35

Oh mon Dieu! J’ai des étoiles dans les yeux!

Moka · 8 février 2017 à 16h41

Lu à sa sortie. J’ai adoré suivre cette héroïne et ses frayeurs…

Jerome · 8 février 2017 à 17h40

Un bijou qui m’irait à ravir j’ai l’impression^^

Saxaoul · 8 février 2017 à 17h46

Pour les élèves, hein ? « Coeur de Pierre » a son petit succès chez moi.

lasardine · 8 février 2017 à 18h09

je récupère ce bijou en fin de semaine! hâte!

Violette · 8 février 2017 à 18h54

bon je vais encore craquer !!!

Antigone · 8 février 2017 à 21h12

Tout cela a l’air très délicat en effet 😉

Hilde · 8 février 2017 à 22h53

J’ai repéré cette BD il y a quelques temps et j’ai vraiment envie de me la procurer. Les dessins me plaisent beaucoup.

Karine · 9 février 2017 à 01h43

Bijou, rien de moins? Il me le faut, donc! Les dessins ont l’air over cute en plus!

Marie-Claude · 9 février 2017 à 02h37

Vilaine tentatrice! Je le note illico.

Blandine · 9 février 2017 à 11h42

Ton billet donne envie! Je le note!

L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur – Les.lectures.de.Caro · 8 mars 2017 à 07h01

[…] en parle sur les blogs : La bibliothèque de Noukette, Au milieu des livres, Chroniques de l’invisible, Capocapesdoc, Phylactères de K, […]

L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur – Séverine Gauthier et Clément Lefèvre | 22h05 rue des Dames · 30 mai 2017 à 21h49

[…] de Noukette : « Délicat, poétique et divinement riche, l’album se pare des plus beaux atours […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *