nouvelles graphiques Afrique« A l’adolescence, je suis parti accomplir mon rêve d’enfant en devenant photographe à la capitale. J’étais passionné par le reportage. Mes retours se faisaient de plus en plus rares.

Mais on évolue tous par rapport à un repère personnel… et cette terre est ma boussole.

Il m’aura fallu un long détour à travers le monde pour retrouver mes origines. Aujourd’hui, je reviens après tant d’années, afin de réaliser des photos dans la région. Cette commande me permet de retrouver l’eau dans laquelle j’ai pris ma source.

La guerre est terminée, et le fleuve n’a pas bougé. Seulement les vieux ne sont plus et ceux de mon âge sont partis. Alors j’observe et je capture, sans fin. Poussé par je ne sais quel besoin de consolider des liens. Pensant naïvement retrouver dans ces images la sensation des choses que je croyais connaître. »

 

Ouvrir le livre de l’Afrique. Écouter son histoire, ses histoires. Voir s’esquisser une Afrique aux mille visages, insaisissable, bigarrée, nourrie de légendes ancestrales contées au coin du feu à la nuit tombée…

Inspirer profondément, écouter le chant de la terre, se gaver d’odeurs et de lumière, quand « soudain la poussière devient parfum »… L’Afrique. Si loin, si proche…

 

Un jeune homme de 21 ans raconte cette Afrique aux multiples facettes qui se dérobe et échappe à toute définition. Lui a choisi de rester, résistant aux sirènes des États-Unis ou de l’Europe. Malgré la pauvreté, malgré la corruption, malgré l’instabilité politique qui met les rêves entre parenthèses. « Nous savons, mais nous n’apprenons pas. Apprendre ne se fonde pas sur le savoir. »

 

En dix nouvelles, l’Afrique se dessine. Atemporelle et moderne. Exploitée, exsangue, fantasmée et changeante. Sous les yeux du lecteur, autant de témoignages, de portraits, d’instantanés et de petits bouts de vie capturés sur le vif. Des pensées fugaces, des réflexions construites, des questionnements de fond. A travers ces multiples regards, Laurent Bonneau nous donne à voir une Afrique en plein devenir qui tente de se libérer de ses chaînes. Une Afrique vibrante et digne, loin de l’image de carte postale… 

 

Le dessin est somptueux, mouvant et protéiforme, à l’image de ce pays à qui il rend un si bel hommage. Un trait doux et enveloppant, charbonneux, aride ou coloré qui rend à merveille le flou du désert et le vert éclatant de l’Afrique tropicale. C’est gracieux, aérien, sensible et réaliste à la fois. C’est beau, tout simplement…

 

Du même auteur sur le blog, le magnifique Ceux qui me restent

bonneau2

Éditions Des ronds dans l’O (Mai 2015)

134 p.

 

Prix : 25,00 €

ISBN : 978-2-917237-87-8

 

BD de la semaine saumon

C’était ma BD de la semaine…

aujourd’hui chez Jacques


40 commentaires

Karine:) · 27 mai 2015 à 07h26

J’adore le dessin en tout cas! Ca semble magnifique.

    Noukette · 31 mai 2015 à 23h17

    Et encore, il utilise tout un tas de techniques différentes, c’est réellement impressionnant !

Mo · 27 mai 2015 à 08h28

Encore un voyage à découvrir ! Très tentée par cet album que je découvre à l’occasion de ta chronique. Je note 😉

    Noukette · 31 mai 2015 à 23h16

    Il est tout nouveau tout beau… Ne le fais pas trop attendre ! 😉

hélène · 27 mai 2015 à 08h29

Rôô comment résister ???

jacques · 27 mai 2015 à 09h38

Oh, ca a l’air beau et envoutant. Je regarderai sans faut,. merci Noukette.

lasardine · 27 mai 2015 à 09h54

ça a l’

lasardine · 27 mai 2015 à 09h55

oups!je recommence!
ça a l’air sublime!! je note tout de suite!

Yaneck · 27 mai 2015 à 11h04

Peut-être un prochain mercredi pour moi, qui sait?
En tous cas, entre l’auteur et la qualité des dessins, je pense que c’est très ben parti!

    Noukette · 31 mai 2015 à 23h15

    J’espère bien voir cet album chez toi et ailleurs, il le mérite…!

faelys · 27 mai 2015 à 11h47

rien que ton billet laisse déjà opérer la magie. alors comment ne pas noter (encore) cette référence dans mon carnet? 😉

Anne · 27 mai 2015 à 12h48

Joli…

Jerome · 27 mai 2015 à 12h48

Il me la faut, il me le faut, il me le faut…

Alex-Mot-à-Mots · 27 mai 2015 à 13h26

Le graphisme est magnifique !

antigone · 27 mai 2015 à 14h27

J’avais aimé « ceux qui me restent… ». Très beau graphisme, je jetterai un coup d’oeil en bibli. 😉

Framboise · 27 mai 2015 à 15h53

ouiiiiiiii comment résister ??? pffff ben je note quoi 😉

    Noukette · 31 mai 2015 à 23h12

    Commence par Ceux qui me restent… une tuerie…!

      Framboise · 1 juin 2015 à 08h22

      ok je note et aujourd’hui c’est librairie (oui encore pffff !)
      un joli lundi ma copine <3

Moka · 27 mai 2015 à 21h15

Je crois que je vais adorer.

gambadou · 27 mai 2015 à 21h59

un peu comme un recueil de voyage, ça à l’air très beau et poétique

    Noukette · 31 mai 2015 à 23h11

    C’est bien plus qu’un carnet de voyage, c’est atypique et hypnotisant…!

Marion · 28 mai 2015 à 09h22

Les dessins sont magnifiques !

A_girl_from_earth · 30 mai 2015 à 15h35

Oooh merci pour cette découverte ! Il faut que je me procure ce livre !

Livresse des Mots · 3 juin 2015 à 14h34

Les dessins de Laurent Bonneau sont vraiment splendides… Quel talent !!

Marion · 14 juin 2015 à 20h07

Ça a l’air superbe !

Nouvelles graphiques d’Afrique, Laurent Bonneau – tamaculture · 28 février 2016 à 11h59

[…] Noukette en parlait déjà lors de sa parution en mai 2015 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *