Oh my dearPetit village côtier d’Angleterre. Al Greenwood, taximan de son état, a 50 ans, des carpes… et une femme, Audrey. Encombrante. Bien trop encombrante…

Malheureusement, Al est bien obligé de faire avec, à la base, l’entreprise de taxi lui appartient, de même que la maison, même les carpes qu’il vénère tant sont un cadeau de sa chère épouse… Non, la vie avec elle n’est plus possible, les querelles incessantes, les scènes de ménage, trop c’est trop…

La solution ? Tuer son épouse… La pousser ni vu ni connu du haut de la falaise. Le crime parfait ! Et surtout, une question de survie.

 

Un soir de tempête, alors qu’Audrey quitte la maison furax après une énième dispute pour prendre l’air, Al la suit jusqu’à la falaise. Une poussée plus tard, la voilà qui disparait par dessus la barrière de sécurité…

 

Euphorique, Al regagne la maison et pousse la porte en hurlant un « Banzaï » libérateur… sous les yeux un brin étonnés de sa femme, alanguie devant la cheminée un verre à la main avec des intentions on ne peut plus claires…

Mais qui Al a-t-il donc bien pu pousser par dessus bord ? Des bottes, un ciré jaune, une tempête… la confusion est possible, certes… Et puis il y a la disparition aussi soudaine qu’inattendue de Miranda qu’il considère comme sa propre fille. Et si…? Non, c’est impossible, ça ne fait pas partie du plan…!

 

J’ai passé un sacré bon moment avec ce roman ! Vu comme ça, la situation a l’air tout sauf crédible et pourtant… Un ciré jaune, par grand vent et temps de pluie, de dos… et ben c’est un ciré jaune. Et puis quand on est pressé comme Al de se débarrasser de sa femme, on ne tergiverse pas cent sept ans avant de passer à l’acte ! J’ai beaucoup aimé ce personnage d’ailleurs, pourtant exécrable il faut bien le dire. Imaginez une seule seconde dans quel pétrin il se retrouve : sa femme qu’il rêvait morte est bel et bien vivante, « sa » Miranda a disparu et la police commence à fouiner partout. Sans compter les voisins dans cette petite bourgade où tout le monde se connaît, où tout le monde s’espionne et où tout finit par se savoir. Et s’il y avait des témoins…?

 

Tous les personnages secondaires qui gravitent autour de Al valent d’ailleurs leur pesant de cacahuète, à commencer par la vieille voisine accro aux joints qui a côtoyé les plus grandes stars dans sa folle jeunesse. Tous sont détestables, menteurs, jaloux ou complètement fous… Un vrai bonheur !

 

La cerise sur le gâteau ? L’humour noir très british et des dialogues particulièrement enlevés, j’avoue que je n’ai pas boudé mon plaisir ! L’intrigue est également bien menée jusqu’au dénouement final pour le moins inattendu. La quatrième de couverture annonce un roman jubilatoire et je suis bien d’accord. Il est finalement assez rare de sourire voire de rire franchement pendant une lecture, pourquoi se priver ?

 

Les avis de Karine, Keisha, Mélo, Lou

 

Premières phrases : « Comme ça, ça semblait assez simple.

« Audrey, j’ai dit. Audrey, si on allait se balader ?

– Par ce temps ?

– Ca nous rafraîchira les idées… » j’ai répondu en tirant sur mes bottes.

Elle a haussé les épaules :

– Pourquoi pas ?

– Parce que je vais te pousser de la fichue falaise, Audrey, voilà pourquoi pas. »

Je l’ai pensé, mais je ne l’ai pas dit à haute voix, bien sûr. Elle m’a quand même lancé un regard bizarre. »

 

 

Éditions Le Cherche Midi (Mai 2013)

303 p.

 

Defi-Premier Roman

Nouvelle lecture pour le challenge de Anne !

 

 

Challenge-Thrillers-Liliba-2013.jpg

Et une nouvelle lecture pour le

challenge Thrillers et Polars de Liliba !

2/8

 


23 commentaires

keisha · 4 octobre 2013 à 08h13

Oh oui, quelle lecture réjouissante! Tous plus affreux les uns que les autres…

Krol · 4 octobre 2013 à 08h47

Ca a l’air réjouissant ! Ca me donne envie de le lire !

    Noukette · 7 octobre 2013 à 23h07

    Je l’ai dévoré ! On ne rit pas si souvent finalement ! 😉

Emma · 4 octobre 2013 à 09h40

Humour noir, tous aussi affreux les uns que les autres, drôle …. Je le note, merci pour ce partage.

    Noukette · 7 octobre 2013 à 23h08

    Tu devrais passer un bon moment avec ce roman !

Mango · 4 octobre 2013 à 10h34

Ça me convient bien, tout ça. Je note, je note!

    Noukette · 7 octobre 2013 à 23h09

    Chouette, j’espère que tu aimeras ! J’en garde pour ma part un excellent souvenir !

Mélo · 4 octobre 2013 à 12h12

Une lecture savoureuse, j’avais passé un très bon moment 😉

Anne · 4 octobre 2013 à 13h01

Je dois sûrement l’avoir déjà écrit chez Keisha, mais oh que ça me plairait bien, il faut que je le re-noooote !!

    Noukette · 7 octobre 2013 à 23h10

    Ta liste de premiers romans doit être longue comme le bras !!

jerome · 4 octobre 2013 à 16h41

De l’humour noir British, je suis preneur. Quand ils donnent dans le jubilatoire, les anglais ne font en général pas les choses à moitié !

    Noukette · 7 octobre 2013 à 23h11

    Ah oui ? J’aurais pas pensé que c’était ta « came » pourtant… Tu le veux ?

Manu · 4 octobre 2013 à 20h27

C’est pas zuuuuuste, ze veux le lire maintenant !!!! 😉

le coin lecture d'Héloïse · 6 octobre 2013 à 12h17

C’est de l’humour british alors il me tente.

ohoceane · 8 octobre 2013 à 22h34

C’est le genre de roman que je surkiffe, l’humour british c’est très efficace sur moi !

    Noukette · 8 octobre 2013 à 23h58

    Et il y a des périodes où ce genre d’humour tombe à pic, parfait pour guérir les pannes de lecture !

Cess · 14 octobre 2013 à 14h33

Ohhh ça donne sacrément envie !!! Je note ! 🙂

Défi Premier Roman 2013 : le billet récapitulatif | · 4 octobre 2013 à 13h20

[…] Oh, my dear !, de T.J. Middleton […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *