Sans la télé – Guillaume Guéraud

Sans-la-tele.jpg

 

J’aime énormément Guillaume Guéraud. Son côté écorché vif, son ton sans concessions, sa façon bien particulière de s’adresser aux adolescents pour qui il a choisi d’écrire. C’est toujours intelligent, souvent percutant et ses écrits marquent…

 

Dans Sans la télé, j’ai retrouvé tout ce que j’aime chez cet auteur… et bien plus. C’est que dans ce récit autobiographique, il se livre comme rarement. On apprend bien évidemment des choses sur son enfance dans la cité, sa famille, son amour du cinéma… mais on comprend surtout d’où viennent toutes ces images qui nourrissent ses romans, tous ces thèmes qui l’obsèdent, toute cette violence…

 

J’ai aimé rencontrer le Guillaume ado, celui qui ne comprend pas pourquoi il est le seul clampin à ne pas avoir la télévision chez lui, celui qui se sent tout con quand il entend les conversations de ses camarades sur les séries à la mode ou qu’il les entend chanter à tue-tête les génériques des dessins animés cultes du moment. J’ai aimé son coté à côté de la plaque. Touchant.

J’ai aimé accompagner Guillaume dans la petite salle de ciné-club où il passera, contrairement à ses camarades nourris à la télé, la plupart de son temps. J’ai aimé voir naître son amour du cinéma, j’ai aimé redécouvrir avec lui tous ces chefs-d’oeuvre du 7e art, j’ai aimé voir se forger son caractère, j’ai aimé le voir grandir et laisser progressivement l’enfance derrière lui…

J’ai aimé voir son sens critique s’affûter, ses réparties s’affirmer. Aimé aussi son regard sans complaisance sur la cité qui l’a vu grandir…

J’ai aimé la construction du livre, chapitres courts, un film mis à l’honneur à chaque fois, des répliques cultes qui claquent… J’ai aimé savoir ce qui dans ces films touche à ce point l’auteur… et j’ai tous eu envie de les voir ou de les revoir !

Et j’ai aimé son humour. L’humour Guéraud, c’est franchement quelque chose…!

 

L’écriture de Guillaume Guéraud est une merveille. On y sent toute sa rage, toute sa violence, toute sa pudeur aussi. On sent le gars à vif qui a vécu pas mal de galères et qui, même maintenant, continue de se battre contre ses vieux démons. Ce livre est une petite perle. Qui donne envie de lire tout Guéraud. Et qui confirme, si besoin est, son énorme talent !

 

A lire aussi, entres autres, l’innoubliable et percutant Je mourrai pas gibier et Anka, véritable petite bombe…

 

Les avis de La sardine, Gaëlle, Petite noisette, Canel, Fantasia, Laure, Clarabel

 

Premières phrases : « Le truc que je veux comprendre, d’abord, c’est pourquoi y’a pas la télévision chez nous. Avant même de chercher à savoir pourquoi j’ai pas de père, pourquoi j’ai les cheveux blonds alors que ma mère est brune ou pourquoi l’océan ne finit pas par déborder avec tous les fleuves qui se jettent dedans et toute cette pluie qui tombe, ce que je veux qu’on me dise avant tout, c’est pourquoi tout le monde a la télévision, sauf nous. Ma mère a une réponse. Elle dit : « La télévision, c’est pour les vieilles personnes qui ne savent plus quoi faire de leur vie. »

 

Au hasard des pages : « J’aime les filles et le cinéma. Sauf que c’est pas compatible. Parce que les filles n’aiment pas les mêmes films que moi. Leurs goûts cinématographiques ne valent rien. Ou alors ce sont mes goûts en filles qui ne valent rien. Toutes les filles que j’aime n’aiment que des films de merde. Marie, par exemple, je l’emmène une fois au cinéma et, comme je suis quand même galant, à cause de ma mère féministe et tout, je lui demande de choisir le film qu’elle veut voir.

– J’aimerais bien voir Splash ! elle me dit. J’ai vu des extraits à la télé… Ça a l’air génial !

Tu parles, une histoire d’amour avec une sirène, merde.

A la fin de la projection, les yeux de Marie sont brillants et je la trouve encore plus belle que d’habitude, mais je suis tellement dégoûté d’avoir vu un film aussi pourri que je sais déjà que je ne l’aime plus. » (p. 81)

 

Éditions du Rouergue (Septembre 2010)

Collection doAdo

101 p.

 

Gueraud.jpg

 

 

Challenge-petit-bac-2013.jpgEt une nouvelle participation au challenge Petit Bac

chez Enna !

Catégorie OBJET

 

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-sans-la-tele-guillaume-gueraud-116467662.html

12 commentaires sur “Sans la télé – Guillaume Guéraud

    • Je me l’étais gardé au chaud, je ne le regrette pas ! Envie de foncer voir tous les films dont il parle maintenant, c’est malin… J’ai déjà tellement peu de temps pour lire…! 😉

  1. Grâce à toi, j’ai noté ‘Anka’, merci ! j’avais lu et bcp aimé ‘Sans la télé’.

    Dans ce style d’humour (je ne parle pas de ‘Je mourrai pas gibier’ ), je te conseille les nouvelles ados de Hervé Giraud, si tu ne connais pas ? Petits ouvrages carré chez Thierry Magnier. Tjs ds cette collec, je m’étais régalée avec ‘par coeurs’ de Dominique Dyens…

    Mais je m’écarte du sujet ! 

    PS : depuis la terrible affaire de la métamorphose de la police en géante indomptable, je me demande quel sera l’état de mon texte, à chq fois que j’insère un smiley ! quel stress, sur ton blog ! 

    • Tu devrais aimer Anka, dans le style « grosse claque », c’est vraiment pas mal du tout…

      Hervé Giraud tu dis ? Connais pas… Je note donc !

      Et puis t’as vu, mes smileys ont été gentils avec toi aujourd’hui…!

  2. Oui dis donc, sympas tes smileys cette fois !

    Je me demande si y avait pas combinaison smiley + cop-coll d’un morceau de texte. Va falloir que je retente, ça m’intrigue ! J’aime pas vivre dangereusement, j’aime bien garder le contrôle (de mes conneries, en l’occurrence) ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *