The girls – Emma Cline

girls

« Dès que je les aperçus qui traversaient le parc, mon attention resta fixée sur les filles. Celle aux cheveux noirs et sa bande ; leurs rires étaient un reproche adressé à ma solitude. J’attendais quelque chose, sans savoir quoi. »

 

Quand je lis un premier roman, je suis un peu fébrile. J’attends d’y entendre une voix, d’y découvrir un univers. J’attends une émotion particulière, une originalité qui donne des envies d’encore…

 

Alors quand l’alchimie a lieu, c’est un peu magique. Découvrir une plume prometteuse, une nouvelle façon de dire et d’écrire le monde, de le donner en partage, c’est quand même quelque chose. 

 

Ce roman-là est de cette trempe. Emma Cline est une toute jeune femme et la sortie de son roman outre-manche a créé un raz de marée. Multiples traductions, adaptation cinématographique en vue, The girls a tout du phénomène. Au vu du sujet, j’avais tout de même pas mal d’appréhensions, l’histoire s’inspirant du sordide fait divers « Charles Manson » à la fin des années 60. Mais ne vous y trompez pas, Emma Cline a bel et bien écrit un roman, et un très bon roman. Et quelques pages ont suffi à dissiper mes doutes… Car l’auteure n’a pas choisi la voie du sensationnalisme. Au contraire. Elle s’attache à l’histoire particulière d’une adolescente rongée par l’ennui qui petit à petit se laissera prendre dans les rouages d’une secte au leader charismatique, pourtant loin d’être le « héros » du roman. Elle s’insinue dans le quotidien d’une jeune fille mal dans sa peau prête à tout pour se sentir enfin exister. Une victime facile, proie de choix, qui se choisit une « famille ».

 

« J’aime imaginer que cela prît plus de temps que ça. Qu’il fallût me convaincre pendant des mois, me forcer la main lentement. Me courtiser avec prudence comme une amoureuse. Mais j’étais une cible enthousiaste, impatiente de m’offrir. »

 

Rien d’original ? Si justement. Emma Cline n’a pas écrit un roman noir. The girls est un roman psychologique à la mécanique implacable et cruelle. Comme l’héroïne, le lecteur est très vite pris dans les mailles du filet, sous le « charme » de cette bande de filles « aussi racées et inconscientes que des requins qui fendent les flots. » Hypnotiques. Dérangeantes. Malsaines. Libres jusqu’à l’overdose…

Ça bouscule, ça gratte un peu aux entournures. Impuissant, consentant, le lecteur assiste à un drame programmé sans aucune possibilité de retour en arrière… Intéressant d’ailleurs que l’auteure ait choisi de faire parler son héroïne des années après le drame. Devenue adulte, fragile en dedans, friable au dehors, Evie jette un regard où l’on décèle encore l’obsession d’alors…

 

Formidable portrait de femme, hallucinante plongée dans les méandres de l’adolescence, The girls est un roman torturé saisissant de réalisme. Le roman finalement très intime d’une génération perdue en quête d’ailleurs. Le roman d’une époque troublée et étonnamment libre. Féroce et brillant. A lire d’urgence…!

 

Une lecture marquante de cette rentrée que j’ai le grand plaisir de partager avec miss Cajou, une première !

 

Les avis de Keisha, Léa Touch Book et Valérie

 

Éditions La Table Ronde (Août 2016)

Collection Quai Voltaire

336 p.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean Esch

 

Prix : 21,00 €

ISBN : 978-2-7103-7656-9

 

 

challenge12016br

3/18

Challenge 1% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout »

chez Hérisson et Léa Touch Book

25 commentaires sur “The girls – Emma Cline

  1. J’ai pas pu m’empêcher d’aller lire quelques articles traitant de l’affaire Manson et de sa « famille ».. c’est absolument terrifiant!
    Je ne sais pas si je veux être à ce point dérangée, j’ai plutôt envie d’amour et de bisounours. Je passe mon tour. 😉

  2. Encore un roman de la rentrée qui m’attend et que j’appréhende un peu. Grâce à ton avis je vois que l’optique psychologique est très présente et ça me rassure, ça me fait un peu penser à Joyce Carol Oates.

  3. Vais pas tarder à le recevoir ! J’ai hâte, un des romans de la rentrée qui me fait le plus de l’œil 😉
    Bisous copine <3

  4. Un des titres de la rentré qui a déjà fait beaucoup de bruit outre-Atlantique avant d ‘arriver chez nous…où il en fait, pour le moment au moins, tout autant.
    Pour autant, même si tu renforces mon intérêt pour ce livre, je vais attendre un peu avant de m’y atteler, non pas à cause du thème, mais plus du style.

  5. D’accord 100% avec ton billet (et moi je découvre le battage outre atlantique autour du bouquin, heureusement je l’ai lu tranquille, comme un roman, un bon roman)

  6. Repéré chez Keisha mais tu connais l’état de ma PAL, haha ! J’aborde donc cette rentrée littéraire avec un bouclier anti-PAL très solide, je ne dois rien noter avant, disons, novembre ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *