Assise sur le porte-bagages de la mobylette de son oncle, Efi regarde se rapprocher l’entrée de son village avec le sourire aux lèvres. Après six mois passés loin des siens, elle est enfin de retour chez elle pour les vacances scolaires. Elle est la seule parmi ses amies à faire des études. Elle mesure sa chance d’avoir réussi à convaincre ses parents de la laisser vivre chez sa tante en ville, ils seront fiers d’elle, c’est certain. Quand elle leur montrera les excellents résultats qu’elle a obtenus ce trimestre et les très bonnes appréciations sur son carnet de notes, ils sauront qu’ils n’ont pas fait ce sacrifice pour rien.

Efi a des projets. Des grands. Un jour, elle le sait, elle sera ingénieure. Elle transformera la vie des habitants de son village et participera à la modernisation de son pays. Le progrès n’est pas encore aux portes du village mais l’avenir est à portée de ses rêves et le monde sera ce qu’elle décidera d’en faire…

Mais quelque chose a changé. Les regards des autres sur elle surtout. L’accueil de ses parents qu’elle imaginait tendre et joyeux se révèle plus tendu, presque distant. Et le couperet tombe… Finis l’insouciance de l’enfance, les après-midi à lézarder près de la rivière et les récits d’aventure qui font voyager. Efi est une fille nubile, déjà une femme, et son avenir ne lui appartient plus. Son père a décidé d’accorder sa main à un homme qu’elle ne connaît pas, un bon parti, de quinze ans son aîné. Efi a 14 ans et ce n’est vraiment pas une bonne nouvelle…

J’avais compris : on allait me marier. A ce moment dans ma tête, la guerre a éclaté. Seule sur ma paillasse, j’ai vu des centaines d’images défiler. Le meilleur comme le pire de l’humanité. J’ai vu des bombes, des morts, des injustices, des pierres sur les corps des femmes et des enfants, des hommes enchaînés, des femmes immolées, j’ai vu le monde tel qu’il est, tel qu’il me déplaît et que grâce à internet je sais que je peux changer. J’ai aussi vu le meilleur, le progrès, tout ce qui depuis que je vais au collège me fait rêver. J’ai vu des femmes dignes, fières et libres de choisir leur destin, leurs amours, leur chemin. (…) Sur ma paillasse, alors que mes parents réglaient avec les étrangers les formalités de mon avenir emprisonné, j’ai ouvert la fenêtre qui donne sur la planète et je me suis fait la promesse de ne jamais laisser personne la refermer.

Un roman court et percutant qu’on ne peut lire d’une traite, presque essoufflé, en totale empathie avec cette jeune fille qui doit trouver la force d’échapper à un destin qu’on lui impose. On ne sait où se déroule l’histoire et ça n’a finalement que peu d’importance. Efi est toutes ces filles privées de leur enfance, ces prisonnières muselées justes bonnes à obéir et à enfanter, corsetées par des traditions d’un autre temps. Elle est ce cri qu’on étouffe, cette liberté qu’on bafoue, chaque jour aux quatre coins du monde, encore aujourd’hui…

Toujours aussi juste, Jo Witek maitrise son sujet de bout en bout et nous offre un portrait d’adolescente difficile à oublier. Efi ne se résigne pas, son courage vient des tripes, c’est une question de survie. Elle a en elle les ressources pour résister. Personne ne lui prendra jamais cette rage qui la maintient éveillée, ces pensées qui la relient au monde.

L’héroïne le dit elle-même, son histoire est difficile à raconter, sûrement difficile à écouter mais elle est nécessaire. Sa voix, c’est celle des douze millions de jeunes filles mariées de force dans le monde chaque année. Le récit d’un combat, un texte engagé et militant qui résonne longtemps. A mettre entre les mains de nos ados et dans tous les CDI de collèges et de lycées.

Une lecture percutante que je partage avec Jérôme comme (presque) chaque mardi.

 

De Jo Witek sur le blog : Trop tôtY a pas de héros dans ma famille !Une fille de…Une photo de vacancesLa vieille herbe folle

 

Éditions Actes Sud junior (Février 2021)

121 p.

 

Prix : 13,50 €

ISBN : 978-2-330-14521-7

pepites_jeunesse


5 commentaires

krol · 16 mars 2021 à 09h54

Je l’ai lu ce week-end et publierai un billet bientôt. Il est effectivement très fort et indispensable.

gambadou · 16 mars 2021 à 22h24

Une très bonne auteure, et je le note pour ma prochaine commande du CDI

Alex-Mot-à-Mots · 19 mars 2021 à 11h38

Jo Witek est une valeur sûre.

Caro · 21 mars 2021 à 16h12

Jo Witek, c’est toujours aussi chouette, alors avec son nom et ton avis, je l’ajoute sur la prochaine commande pour le CDI !

Moka · 3 avril 2021 à 20h46

Toujours très curieuse de découvrir les publications de Jo Witek !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *