Une balle, on n’a encore rien inventé de mieux pour dire adieu aux secrets qui nous tourmentent.

Mais l’oubli est un privilège accordé aux seuls vivants. Les morts, eux, se souviennent. C’est même le pire de leurs tourments.

La journée promettait d’être belle. Un ciel d’azur, un soleil éclatant, une balade en décapotable, une nappe étalée à l’ombre d’un arbre… la famille Montale profite de la parenthèse que leur offre ce pique-nique champêtre loin de la ville. Une parenthèse qui tourne au drame quand les deux hommes de main d’un parrain local viennent régler son compte au père, mauvais payeur et bookmaker encombrant. Une balle dans la tête, devant sa femme et son fils Andrea, l’affaire est réglée. Pris dans leur élan meurtrier, l’un des deux hommes s’applique à violer la mère, toujours devant les yeux d’Andrea, forcé de ne rien rater du spectacle… Le rideau se ferme sur le suicide de la mère qui se jette de la falaise après avoir giflé son fils, impuissant et tétanisé… Andrea Montale, 15 ans, bientôt 16, n’est plus un enfant…

Quand Orso débarque sur les lieux, c’est pour constater que la situation a clairement échappé à ses sbires. Irrité, il tue ses hommes de mains et libère Andrea du coffre de la voiture où ils l’avaient enfermé pour l’empêcher de commettre l’irréparable. Les apparences sont trompeuses… et que faire d’autre sinon les croire..? Le signor Damiani a vengé la mort de ses parents… Andrea Montale, perdu, s’en remet à lui. Sans le savoir, il confie sa vie au plus dangereux des parrains… De son côté, Orso prend son rôle au sérieux et accueille Andrea dans sa famille comme son propre fils…

Dans toute histoire d’amour, il faut un perdant, pas vrai ?

Il y a 8 ans, La peau de l’ours était un de mes tous premiers Zidrou, et encore aujourd’hui c’est l’un de mes préférés. C’est aussi l’album qui m’avait fait découvrir le trait d’Oriol, séduisant et enlevé, impeccable pour mettre en scène cette histoire de vengeance, d’amour, d’amitié et de méchants mafieux… J’ai d’abord crû à une suite, il n’en est rien. L’univers est le même, violence, histoire d’amour impossible et règlements de compte dans l’Italie des années 30… mais les personnages sont différents et les histoires complètement indépendantes. Messieurs… si l’envie d’une série vous titille, ne vous en privez pas…!

J’ai relu le premier tome dans la foulée et oui, il y a une cohérence, un fil qui se tire, une ambiance quelque peu malsaine, cruelle et amorale qui imprègne les deux albums. Comme Don Palermo dans le premier tome, le jeune Andrea évolue dans un monde qui n’est pas le sien, un monde dont il n’a pas les codes mais dont il va finir par respecter les règles… tout en les bafouant de la façon la plus intime. Construction impeccable, scénario tout en nuances, dialogues au scalpel, Zidrou est à son meilleur quand il s’agit d’explorer l’âme humaine et ses tréfonds, c’est brillant…

Brut, anguleux, contrasté mais aussi paradoxalement plein de douceur, le dessin atypique d’Oriol a encore gagné en intensité et en fièvre. Les aplats de couleurs associés à la noirceur du trait donnent une incroyable identité graphique à cette tragédie atemporelle. Depuis le sublime Natures mortes, là encore en duo avec Zidrou, je suis convaincue du talent insolent de ce jeune auteur.

Que vous ayez lu le premier tome ou non… foncez. Et si vous ne l’avez pas lu, lisez l’autre aussi. Une vraie tuerie ! ♥

Éditions Dargaud (Janvier 2020)

Collection Long courrier

64 p.

 

Prix : 15,00 €

ISBN : 978-2-505-07215-7

 

BD de la semaine saumon

D’autres bulles à découvrir chez…

 

             

                           Fanny                                      Gambadou                                      Sylire

 

             

                              Enna                                            Karine                                        Mylène

 

               

                             Cristie                                   Amandine                                      Sabine

 

             

                         Nathalie                                         Caro                                       Pativore

 

             

                             Hilde                                           Blandine                                      Mo’

 

             

                              Moka                                        Jérôme                                          Bouma

 

             

                           Soukee                                        Alice                                              Stephie


24 commentaires

Mo' · 22 janvier 2020 à 05h59

Je l’ai ce tome. Il m’attend. Je suis assez curieuse de le découvrir d’ailleurs parce que le premier tome ne m’avait pas du tout accroché. Du tout.

Hilde · 22 janvier 2020 à 07h26

Je n’ai toujours rien lu de Zidrou! A découvrir donc! A l’époque, j’avais déjà noté plusieurs titres.Je vais reprendre ma liste infernale! Bon mercredi et merci de m’avoir permis de revenir parmi vous. 🙂

manU · 22 janvier 2020 à 08h16

Très tentant une fois de plus !

Stephie · 22 janvier 2020 à 08h32

Impossible de ne pas en avoir envie !!

Blandine · 22 janvier 2020 à 08h43

Voilà qui donne terriblement envie de découvrir cet album!

Cristie · 22 janvier 2020 à 08h55

Irrésistible Noukette ! J’adore tes pépites !

Nathalie · 22 janvier 2020 à 08h56

Bon visiblement on a pas le choix, il faut le lire !! 😉

Enna · 22 janvier 2020 à 09h25

Tu en parles très bien et le mélange de violence et de douceur est attractif! Je le note!

eimelle · 22 janvier 2020 à 09h44

je fonce le noter alors!

gambadou · 22 janvier 2020 à 11h57

ouch, c’est très sombre quand même, et très violent …

Soukee · 22 janvier 2020 à 12h00

Bon alors je vais commencer par le premier ! 😉

sylire · 22 janvier 2020 à 13h29

J’avoue que cette BD me glace un peu… Pas sûre d’avoir envie de m’y frotter.

Jerome · 22 janvier 2020 à 14h48

8 ans entre les deux, j’avais pas conscience d’un tel écart ! Pas gênant du coup que les histoires soient indépendantes, c’est même mieux finalement.

Caro · 22 janvier 2020 à 15h04

8 ans quand même, c’est là qu’on réalise que le temps file vite… Il faudrait que je relise le premier, pour me remettre dans l’ambiance, avant de me lancer dans celui-ci…

Alex-Mot-à-Mots · 23 janvier 2020 à 15h56

La couverture donne des frissons….

Moka · 23 janvier 2020 à 19h18

Effectivement, 8 ans c’est sacrément long. Je vais relire le 1 avant de me lancer dans celui-ci !

Amandine · 25 janvier 2020 à 18h37

J’avais adoré le premier tome et c’est sans hésitation que je lirai le deuxième tome.

Mylene · 26 janvier 2020 à 07h49

faut que je découvre tout ça !!

Fanny · 26 janvier 2020 à 17h30

C’est vrai que le trait des dessins est très beau. Je vais aller voir du côté du tome 1.

Karine · 29 janvier 2020 à 01h19

Zidrou et moi, ça fonctionne pratiquement toujours. Je ne connaissais pas du tout ce titre ou même le premier. L’ambiance me fait un peu peur parce que des fois, j’ai du mal avec le trop sombre en BD (on VOIT quand même…) mais pourquoi pas! Je vais voir s’ils l’ont à ma biblio

Alice · 3 février 2020 à 21h17

Il faut absolument que je lise ces deux albums !!!

Mister Miracle (King & Norton & Gerads) – Bar à BD · 22 janvier 2020 à 05h46

[…] petite « BD de la semaine » qui se réunit aujourd’hui chez Noukette […]

Ma LAL (Liste A Lire) : les livres qui me font envie – Enna lit, Enna Vit! · 22 janvier 2020 à 10h09

[…] La peau de l’ours (tome 2) – Zidrou / Oriol (repéré chez Noukette) […]

La peau de l'ours - BD ⋆ Délivrer Des Livres · 6 mai 2020 à 06h58

[…] en fan absolue de Zidrou (et je la comprends !) a présenté les deux tomes : tome 1, tome 2 (qui peuvent se lire indépendamment l’un de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *