Quand mamie Angelina débarque à l’improviste en plein repas du midi, Armand est ravi ! Elle est toujours de bonne humeur, a des tas d’idées loufoques qui font pester ses parents et avec elle, on se marre bien. Mais aujourd’hui, c’est différent. Sur le palier, avec son chapeau à fleurs et sa grosse valise à la main, mamie n’a plus l’air de rire du tout. Ou peut-être que c’est justement parce qu’elle ne riait pas assez qu’elle a décidé de mettre les voiles. Ras le bol ! Mamie quitte papi Hubert, demande le divorce… et vient s’installer chez sa fille qui n’en demandait pas tant !

Une sombre histoire de papier peint et c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Mamie n’a plus du tout envie de s’encombrer de son vieux ronchon de mari qui la laisse se dépatouiller de toutes les corvées sans lever le petit doigt. Mamie ce qu’elle voudrait, c’est retrouver le papi Hubert d’avant, celui qui était plein de mots doux et de sourires amoureux.

Est-ce que l’amour ça se périme ? Est-ce que l’amour se fait de plus en plus petit quand on grandit ? Est-ce qu’il faut l’entretenir comme un beau jardin pour qu’il s’épanouisse ? Et si il y avait un moyen pour que mamie Angelina se rabiboche avec papi Hubert ? Et si Armand, du haut de ses six ans, pouvait donner un petit coup de pouce au destin ?

– Il existe des centaines de façons de prendre soin de l’amour. Ce qui compte, c’est d’y faire attention, peu importent les moyens finalement.

– Et l’amour, il peut tomber malade à tous les âges, même quand on est vieux comme toi et pépé ?

– Il n’y a pas d’âge, Armand, pour manquer d’amour…

Un sympathique petit roman bourré d’humour pour parler d’amour. Celui qui s’entretient et qui peut dépérir. Celui qui peut se faner si on n’en prend pas soin. Celui qui a besoin d’air pour se sentir vivant. Et à soixante-cinq ans, mamie Angelina sait très bien ce qu’elle veut… et ce qu’elle ne veut plus. Le petit Armand lui est un peu perdu entre sa joie d’avoir sa mamie chez lui et ses questions sans réponses sur tous ces problèmes de grandes personnes. Surtout que ses parents à lui semblent en profiter pour vivre une seconde lune de miel.

Une jolie réflexion sur l’amour, tendre et à hauteur d’enfant. Et une bien jolie pépite jeunesse que je partage comme chaque mardi avec Jérôme.

De Gwladys Constant sur le blog : La révolte des personnagesPhilibert Merlin, apprenti enchanteur Mamie gâteau s’emmêle le tricot

Éditions du Rouergue (Mars 2019)

Collection Dacodac

77 p.

 

Prix : 8,50 €

ISBN : 978-2-8126-1752-2

pepites_jeunesse


4 commentaires

Nathalie · 19 mars 2019 à 08h05

Mignon ! J’avais bien aimé Mamie s’emmêle le tricot.

luocine · 19 mars 2019 à 11h56

j’aime bien l’idée de ce roman et en plus c’est gai et drôle. Parfait!

Jerome · 20 mars 2019 à 13h19

Un petit roman frais et rigolo comme tout 😉

Céline · 22 mars 2019 à 17h20

Repéré chez Jérôme, il me fait de l’oeil pour rigoler avec ma louloute celui-là !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *