Il suffirait parfois de presque rien. Un sourire tout juste esquissé. Un geste un peu plus appuyé. Quelque chose pour dire ce lien un peu à part. Quelque chose pour rappeler qu’il existe quand il semble se distendre…

Il suffirait parfois de quelques mots. Quelques mots pour rompre la distance. Quelques mots pour faire rejaillir l’enfance. Quelques mots pour faire renaître la complicité d’avant…

Lucas a grandi. Peut-être un peu trop vite pour son père qui n’a rien vu venir. Ou qui n’a pas voulu voir. Qu’importe après tout. Le temps a passé et ces deux là se sont perdus. Aucune rancœur, pas de conflit, juste l’enfance qui fiche le camp sans crier gare et des mots qu’on n’arrive plus à partager.

L’enfance. Un jour ça s’en va. Je pensais que je ne m’en apercevrais pas. Mais ça fait un bruit terrifiant. Un bruit d’orage.

Ce petit livre là ne fait pas un bruit et remue tout. Madeline Roth avance sur la pointe des pieds et chuchote à notre oreille une histoire toute en retenue qui donne corps aux silences. Elle parle de l’enfance qui s’en va, de ces adolescents qui nous échappent, de ces pères qui oublient parfois l’enfant qu’ils ont été et laissent le temps filer entre leurs doigts.

Ce petit livre là fait tant d’échos qu’il en est assourdissant. Il bruisse de toutes ces secondes chances qu’on oublie parfois de saisir. Dans ce vieux chalet perdu au cœur des alpages, Lucas et son père retissent les liens aussi lentement qu’ils s’étaient desserrés. S’apprennent. S’attendent. Leurs deux voix alternent et les dévoilent. Une conversation muette, intime, aussi troublante qu’émouvante où chaque mot tu ou dit a son importance.

Y a des mots qui ne sont pas prononcés, mais on les entend quand même. Suffit de s’appliquer, peut-être. Suffit d’écouter. Pas avec les oreilles – avec le cœur. Ouvert.

Un vrai bijou que je partage avec Jérôme, comme (presque) chaque mardi.

Et lire, encore et encore… A ma source gardéeTant que mon cœur bat

 

Éditions du Rouergue (Octobre 2019)

Collection DoAdo

64 p.

 

Prix : 9,00 €

ISBN : 978-2-8126-1884-0

 

pepites_jeunesse

By Hérisson 


6 commentaires

manU · 22 octobre 2019 à 08h37

Comme Jérôme, tu donnes envie de le découvrir…

Didi · 22 octobre 2019 à 20h01

« Suffit d’écouter. Pas avec les oreilles. Avec le cœur »
J’aime beaucoup.
Des liens entre père et fils
Bises et bonnes vacances

krol · 22 octobre 2019 à 21h43

Je me souviens lorsque vous m’aviez envoyé A ma source gardée… On est en confiance avec cette auteure.

Alex-Mot-à-Mots · 23 octobre 2019 à 13h20

Il n’est pas un peu lent pour des ados ?

Fanny · 23 octobre 2019 à 13h22

Vous êtes tous les deux sous le charme…je le serai aussi c’est sûr! (Surtout que j’avais adoré les deux précédents)

Jérôme · 24 octobre 2019 à 09h35

Un petit roman magistral ! Il ne fait pas de bruit non, mais il rapproche les cœurs avec une retenue et une sensibilité qui bouleversent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *