tant que mon coeur bat« On ne sait jamais vraiment. Où s’arrête l’enfance lorsqu’on imagine que s’en iront avec elle les écorchures et le passé, comme les yeux que l’on ferme. Elle sait désormais qu’en chaque nouveau jour il y a le jour d’hier. Elle avance comme ça, blessée et bancale sur les routes qu’il faut prendre. Elle pensait – mais qui sait ça, enfant ? – elle pensait que grandir ça s’arrêtait un jour. Que l’enfance et l’adolescence bâtissaient la vie d’après, apaisée. Elle croyait qu’avec l’âge elle trouverait cet apaisement. L’hiver on attend le printemps. »

Tant que le cœur bat…

C’est qu’il reste encore un soupçon d’espoir. Une lumière allumée. Un petit coin de ciel bleu. Une main qui se tend, des bras qui vous serrent, une voix qui rassure. Même si dehors tout vacille. Même si dedans tout chavire…

Les héros de Madeline Roth aiment sans demi-mesure. Parfois avec déraison. Parfois jusqu’à la folie. Parfois à en mourir… Ils se donnent tout entier, prêts à tous les sacrifices et capables de tous les excès. Une mise à nu qui peut s’avérer dangereuse quand l’amour qu’on accorde sans compter n’est pas partagé…

Aimer avec toute la force et l’urgence des premières fois. Souffrir. Tomber. Et ne pas arriver à se relever… Mais comment oublier les corps qui s’épousent ?

Esra a 17 ans quand elle rencontre Antoine et tombe folle amoureuse de lui. Antoine est plus âgé qu’elle, c’est un artiste et il la fascine. Lui la brise chaque jour un peu plus, la poussant doucement vers la folie… Emprisonnée dans une relation malsaine, Esra n’a pas la force de dire non. Bastien, un ami de lycée secrètement amoureux d’elle, l’aidera à accepter l’inacceptable, malgré la douleur lancinante, malgré les larmes…

Laura s’est suicidée. Cyril l’apprend un peu par hasard. Dix années se sont écoulées depuis leur rencontre et leur courte idylle. Laura aimait en silence, supportant de ne voir Cyril que furtivement pour une partie de jambes en l’air vite expédiée. Mais Cyril ne pouvait pas savoir… Ce trou béant dans sa poitrine. Cette marque au fer rouge dans sa chair. Ces souvenirs honteux qui l’empêchaient de grandir droit…

Douloureuses et intenses. Tristes et belles. Les deux histoires que nous raconte Madeline Roth prennent aux tripes et au cœur. Ses héroïnes sont blessées au plus profond de leur être, se rendent esclaves d’un amour qui entrave. Un amour qui leur prendra tout et les laissera exsangues… Ses héros se débattent avec leurs démons, tentent de tendre la main ou de peuvent plus être d’aucun secours. Tous doivent réapprendre à vivre…

Elle est troublante la voix de Madeline Roth. Elle embrasse, elle enlace. Elle griffe et elle lacère. Elle donne corps aux silences, sublime les petits instants de grâce, enfonce un peu plus le couteau dans les plaies encore suintantes… Bouleversant…

Une pépite que je partage avec Jérôme, comme chaque mardi ou presque…

A lire aussi, le sublime A ma source gardée… ♥

 

Éditions Thierry Magnier (Septembre 2016)

96 p.

 

Prix : 9,50 €

ISBN : 978-2-36474-940-5

 

pepites_jeunesse

 

challenge12016br

10/18

Challenge 1% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout »

chez Hérisson et Léa Touch Book


8 commentaires

Fanny · 20 septembre 2016 à 06h01

J’avais tellement aimé « à ma source gardée »! Je pense que ce petit bijou ne ferait pas exception!

Yueyin · 20 septembre 2016 à 07h27

Une auteure à découvrir peut-être même si le sujet m’effraie quelque peu 🙂

luocine · 20 septembre 2016 à 08h50

On voudrait pouvoir protéger les ados, ils sont si fragiles. Mais ce ne sont plus des enfants. Les aimer ne suffit pas, il faut aussi les aider à se protéger d’un monde hostile.

framboise · 20 septembre 2016 à 09h24

Je note évidemment 🙂 Comment passer à côté, avais aussi tellement aimé « A ma source gardée »
Des bisous jolie fée <3

Jerome · 20 septembre 2016 à 13h00

Troublant, dérangeant, fascinant, il y a tout ça dans l’écriture et les histoires de Madeline Roth. Sans doute la raison pour laquelle son univers nous plait autant. A l’évidence une de nos plus belles pépites de l’année !

Alex-Mot-à-Mots · 20 septembre 2016 à 13h45

Ca a l’air plutôt à vif comme texte.

Moka · 21 septembre 2016 à 15h46

J’attends un peu avant de me lancer. Mais c’est un titre que j’attendais.

Nadine · 25 septembre 2016 à 17h59

Qu’il a l’air beau ce livre et tu en parles si bien, ton billet est magnifique :-*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *