pause

« Bonjour, je vous appelle parce qu’il se trouve que je n’ai pas de nouvelle de mon inspiration depuis plusieurs semaines, je commence à m’inquiéter… Alors en attendant je fais des saynètes autobios mais bon…

« Pouvez-vous me donner votre nom et votre numéro d’ordre ? »

« Caro, Fabrice, n°92303… »

« Ah oui, effectivement, on a un petit souci avec votre inspiration… »

 

Voilà. C’est tout le problème quand on pond une bande dessinée à succès. C’est que le lecteur est exigeant voyez vous. Il veut rire et pas qu’un peu. Il veut de l’absurde, de l’intelligent, du grinçant, du qui pique, du qui gratte, du drôle, du foutraque. En gros, il veut du Zaï Zaï Zaï Zaï… Aïe… 25 bouquins en 10 ans… sans compter les travaux de commande écrits sous pseudo… On fait comment pour se renouveler tout en faisant du Fabcaro pour ne pas décevoir ses fans ? « S’affranchir et se désaliéner des gens qui ont aimé le dernier bouquin et qui s’attendent à ce qu’on fasse le même »… vous voyez le genre ? Autant tenter de résoudre la quadrature du cercle. Et si on faisait… une pause ?

 

« Tu es sur quoi en ce moment ? »

 

Pause. A la fois journal de bord de l’auteur en mal d’inspiration, chronique du quotidien et joyeux fourre-tout de strips hilarants mêlant anecdotes personnelles, questionnements existentiels et réflexion sur les conséquences du succès, Fabcaro s’offre une thérapie drolatique tout en pointant du doigt par effet de ricochet nos divers défauts. Et c’est peu dire que le lecteur se réjouit de le suivre dans ses pérégrinations d’auteur débordé tendance hypocondriaque-sous pression devenu « bankable ». Plongé dans les méandres de l’esprit d’un Fabcaro aussi impertinent que lucide, on se délecte des trouvailles de génie (mention spéciale à l’inspiration intérimaire et au fameux bandeau de couverture, gloussements garantis !), du rythme qui ne faiblit pas et de cette capacité à faire évoluer un dessin apparemment simplissime dans tout un tas de directions différentes. Du tout bon !

 

Un album décalé… et inspiré ! (…par l’auteur de Zaï Zaï Zaï Zaï – oups – non – un peu too much les bandeaux de couverture… ! 😀 ) J’ai ri. Et pas qu’un peu !

 

Une lecture revigorante qui offre une parenthèse bienvenue… que je partage avec joie avec Mo’ qui m’a fait découvrir ce chenapan de Fabcaro..!

 
[slideshow]

Éditions La Cafetière (Avril 2017)

Collection Corazon

64 p.

 

Prix : 13,00 €

ISBN : 978-2-84774-025-7

 

BD de la semaine saumon

C’était ma BD de la semaine…

…aujourd’hui chez Mo’


23 commentaires

Mo · 26 avril 2017 à 06h06

Sympa et rassurant le contenu de cet album. Pas facile de garder la tête sur les épaules après un succès et malgré les doutes qui l’assaillent, je trouve qu’il s’en sort parfaitement bien !

enna · 26 avril 2017 à 07h01

vous donnez envie toutes les deux de découvrir ce qui passe par la tête d’un auteur de BD dans cette situation!

keisha · 26 avril 2017 à 08h06

Je ne réfléchis même pas, je le veux!

framboise · 26 avril 2017 à 09h29

Ahhhh tu as ri, punaise, exactement ce qu’il me faut là de suite :-p
Merkiiiii <3 pour ça et pour tout le reste
pis des baisers immenses <3

Hélène · 26 avril 2017 à 10h17

j’avais adoré « zai zai zai » !!

Sophie Herisson · 26 avril 2017 à 12h12

Comme dit j’ai Mo, je vais me laisser convaincre… à découvrir cet auteur, mais peut être pas ce titre en premier !

soukee · 26 avril 2017 à 13h01

Je redis ce que j’ai dit chez Mo’ : je vais courir le découvrir les yeux fermés tant j’avais ri avec Zaï Zaï Zaï Zaï ! 🙂

Bouma · 26 avril 2017 à 13h41

entre toi et Mo, il va bien falloir la lire cette bd 😉

Jerome · 26 avril 2017 à 13h49

Décalé et inspiré, c’est tout Fabcaro ça ! Forcément je vais le lire.

Blandine (Vivrelivre) · 26 avril 2017 à 13h56

Toutes les deux vous me donnez bien envie de le découvrir, l’album comme l’auteur d’ailleurs!

Antigone · 26 avril 2017 à 15h04

J’avais eu du mal avec l’absurde de Zai Zai Zai ce qui ne laisse pas de m’étonner encore… Je suis complètement passé à côté, mais je tenterais bien de nouveau l’aventure avec celui-ci quand même… 😉

Au Fil des Plumes · 26 avril 2017 à 16h08

Même si celui- ci me botte, je commencerai sûrement par Zaï zaï zaï zaï

Cristie · 26 avril 2017 à 16h44

Je n’ai pas pu aller jusqu’au bout de Zaïe zaïe zaïe mais je ne ferme pas la porte à celle-ci !

luocine · 26 avril 2017 à 18h50

je suis fan de Zaï Zaî alors j’ai très envie de lire celle-là surtout si tu as ri j’ai envie de rire en ce moment

A_girl_from_earth · 26 avril 2017 à 22h04

Aaaah Fabcaro, auteur chouchou ! C’est son dernier ? Hiiiiiii ! Sûr et certain que je le lirai celui-là !

Violette · 27 avril 2017 à 19h11

tu m’étonnes, ça doit être de la balle!!! :)) j’ai très hâte!

Karine · 27 avril 2017 à 23h04

Je vais certainement me laisser tenter. Le thème me plait beaucoup! Et ça a l’air un peu étrange, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Natiora · 28 avril 2017 à 10h07

Je commencerai par Zaï Zaï Zaï Zaï, que je ne connaissais pas du tout !

athalie · 29 avril 2017 à 10h08

Tu veux dire que ce titre est aussi excellent que « ZaÏ zaÏ zaÏ » ? Dans ce cas là, je prends tout de suite, car j’ai lu depuis cette découverte géniale d’autres BD de cet auteur, bien plus moyennes (voire bof ….), mais toujours décalées, c’est certain !

Océane · 1 mai 2017 à 13h00

On sent l’autodérision et quand même un vraie questionnement sur le « métier » d’artiste. Très intéressant !

Sylvie · 1 mai 2017 à 13h43

J’ai adoré l’humour de Zai zai zai zai. Fabcaro fait partie des auteurs de BD que je vais suivre désormais.

Moka · 6 mai 2017 à 10h23

Le chouchou de ces dames à l’honneur. (Et je ne parle pas de Jérôme.)

Pause (Fabcaro) – Bar à BD · 26 avril 2017 à 05h58

[…] Noukette :                                 Enna :                                        Enna : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *