Comme neige – Colombe Boncenne

neige

 

Diablement malin ce petit roman. Et sacrément bien ficelé aussi. Du genre à vous prendre dans ses filets dès les premières lignes, subtilement, sans en faire des tonnes, en jouant habilement sur ce qui attire les bibliophiles comme des mouches sur un pot de miel : les livres. C’était prévisible, j’ai succombé…

 

Un puzzle dont on essaye en vain d’agencer les différentes pièces. Un ingénieux casse-tête dont on se demande si on arrivera à trouver la solution. Un jeu de piste où les indices disséminés ça et là ne parviennent finalement qu’à nous embrouiller l’esprit. Comme Constantin Caillaud, le héros de ce roman aussi futé que farceur, le lecteur se prend au jeu et se demande s’il ne devient pas un peu fou…

 

Au cœur de l’intrigue, un roman intitulé Neige noire. Un « inédit » de l’écrivain Émilien Petit déniché par hasard dans un carton de livres soldés. Pour Constantin, qui pensait avoir tout lu de son auteur fétiche, c’est une trouvaille inestimable et en même temps assez inexplicable : impensable que ce roman publié en 2000 ait pu lui échapper. En refermant la dernière page du roman le soir même, il ne peut s’empêcher de penser à Hélène, sa maitresse, à qui il doit sa première rencontre avec l’auteur. Quand il la met au courant de sa découverte, elle s’avère sceptique. Et quand le livre « disparait », il devient plus que compliqué de la convaincre de son existence. Aucune trace du dit roman sur internet ou au catalogue de l’éditeur… Quitte à en perdre la raison, Constantin part à la recherche du titre fantôme qu’il a pourtant bien eu entre les mains. L’auteur se faisant discret, l’éditeur affirmant que ce titre n’a jamais fait partie de sa bibliographie, il ira jusqu’à écrire à ses amis littéraires (Jean-Philippe Toussaint, Olivier Rolin et Antoine Volodine) pour tenter d’élucider le mystère…

 

Je me suis régalée, c’est aussi simple que ça. J’adore qu’on me raconte des histoires et Colombe Boncenne, avec son petit côté sale gosse maligne, le fait à merveille. Comme neige est donc l’histoire d’un livre qui n’existe pas. Un livre qui se dérobe et qui obnubile notre héros au point de mettre sa vie entre parenthèses pour en prouver l’existence.

 

Fascinant de voir la toile se tisser sous nos yeux… Étonnant ce jeu de dupe qui brouille les frontières entre réalité et fiction… Piégé, le lecteur se retrouve au cœur d’une enquête obsessionnelle dont il est finalement le principal acteur. L’écriture de Colombe Boncenne est séduisante, ludique et un brin culottée. Maitrisé de bout en bout, son premier roman est un jeu de marelle où on oscille constamment d’un pied sur l’autre… Un vrai bonbon à faire doucement fondre sous la langue pour en apprécier toutes les saveurs…!

 

 

Les avis de Clara, Charlotte, Delphine-Olympe, Laure, Nicole

 

 

Au hasard des pages : « Émilien Petit orchestrait habilement les récits et emportait son lecteur dans une mise en abyme vertigineuse : on cherche ce qu’on cherche pour chercher à se chercher (ou quelque-chose de cet ordre-là). Quand je l’avais lu la première fois, j’avais été bouleversé par ce texte. Je compris, en le parcourant à nouveau, ce qui m’avait tant ébranlé : je pressentais qu’Hélène m’échapperait toujours et que je ne cesserais de lui courir après ; ce texte me confrontait au fait que c’était moi que je ne cesserais de chercher. » (p. 47)

 

 

Éditions Buchet-Chastel (Janvier 2016)

Collection Qui Vive

115 p.

 

Prix : 11,00 €

ISBN : 978-2-283-02939-8

 

 

Challenge-Rentrée-littéraire-janvier-2016

21 commentaires sur “Comme neige – Colombe Boncenne

  1. En lisant ton billet, j’ai pensé à « l’ombre du vent » à cause de la quête d’un livre disparu. Mais ce n’est peut être que le seul point commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *