Les bibliothèques sont comme les empreintes digitales, il n’y en a pas deux identiques au monde. Quand bien même deux ou trois contiendraient pratiquement les mêmes livres, au moins un ferait la différence. J’aime bien cette idée que pas deux parois de livres ne se ressemblent parce que rien ne contient autant d’intimité qu’une bibliothèque. La mienne s’est adaptée à mes déménagements, à mes ruptures, à mes époques. Certains livres sont là depuis quarante ans, d’autres se sont fait une place de choix, d’autres, je ne saurais l’expliquer, ont survécu aux purges des cartons et du manque de place. (…) Si vous voulez savoir qui je suis, passez un moment devant ma bibliothèque, elle en sait plus sur moi que je n’en sais moi-même. Elle est mon portrait le plus intime.

Je ne connais pas David Thomas mais je l’aime. J’aime tous les petits bouts de lui qu’il semble mettre dans ses nouvelles. Tous les petits indices qu’il sème un peu partout. J’aime sa fausse assurance et sa vraie gentillesse. Ses failles. Son intelligence et sa discrétion. Le regard sans complaisance qu’il pose sur lui et ses semblables. Sa façon d’effleurer les choses tout en disant tellement…

Je ne connais pas David Thomas mais je crois qu’il me ressemble un peu. Il se tient au bord du monde, penché à sa fenêtre, et il observe. Le monde qui court, les gens qui avancent, renoncent, reculent ou s’entêtent. Ceux qui hésitent à être totalement eux-mêmes et bouillonnent d’une vie intérieure tellement plus brouillonne et moins sage. Ceux qui doutent, passent parfois à côte d’eux-mêmes et ne s’écoutent pas assez…

Je ne connais pas David Thomas mais lui connait sacrément bien ceux qu’il croque en quelques lignes. Et on les voit, tous ces autres qui pourraient être nous. On les voit tous ceux qu’on croise chaque jour sans les voir. Ils sont là sous nos yeux, avec leurs gouffres d’incertitude, à ne jamais se résoudre…

Le quotidien est un torrent contre lequel il est vain de lutter. Il est capable d’emporter des rochers de deux tonnes, alors des écrivains…

Je ne me lasse pas de cette façon qu’a David Thomas d’observer le monde et de saisir l’instant. Une centaine de petits textes et des tas de pincements au cœur en voyant défiler ce bestiaire humain follement juste. C’est doux-amer, tendre, drôle… réconfortant, j’adore ! ♥

David Thomas fait partie des quatre finalistes pour le Goncourt de la Nouvelle qui sera remis le mardi 4 mai 2021, je croise tout !

Et lire et relire… On ne va pas se raconter d’histoiresLa patience des buffles sous la pluieLe poids du monde est amour Un homme à sa fenêtre

Il y a les petits tracas, les emmerdes, les impedimenta, les complications, les problèmes à régler qui font le quotidien. Et il y a les gestes, les regards, les silences et les mots veloutés qui font le jour. Ma vie de couple est dans le quotidien mais tant que ma femme sera dans le jour, le quotidien ne sera qu’un petit nain face au jour. (Le quotidien et le jour)

Je me lance avec ce titre dans le challenge « Mai en nouvelles » organisé par Marie-Claude et Electra, ravie je suis !

Seul entouré de chiens qui mordent de David Thomas

Éditions de l’Olivier (Mars 2021)

272 p. / Prix : 18,00 / ISBN : 978-2-8236-1680-4 


14 commentaires

cathulu1 · 1 mai 2021 à 08h26

je m’inscris illico au fan club !:)

Nuages douvrages · 1 mai 2021 à 08h29

Très belle chronique qui donne vraiment envie de découvrir David Thomas et ses nouvelles!

Amandine · 1 mai 2021 à 10h59

Je ne connais pas non plus cet auteur mais j’avoue que ce que tu en dis, donne envie d’en savoir plus!

Moka · 1 mai 2021 à 13h38

Un auteur qui me plaît. Mais que j’ai peu lu finalement.
Il faudrait que je ressorte Le Poids du monde qui je n’avais pas terminé.

Delphine-Olympe · 1 mai 2021 à 17h05

Je ne le connais pas non plus… mais c’est vrai que les nouvelles et moi…

Jérôme · 2 mai 2021 à 10h21

Un auteur chouchou pour moi aussi, tu le sais 😉
Ce recueil m’attend sagement et il ne va évidemment pas rester longtemps dans ma pal.

Marie-Claude · 2 mai 2021 à 16h54

Je ne connais pas David Thomas, mais je vais y remédier de ce pas. Ton billet et les citations choisies est sublimes. Comment ne pas avoir envie d’aller plus loin?
Je suis ravie de ta participation à notre petit challenge. Ça commence très fort!

Cristie · 2 mai 2021 à 21h06

Je ne le connais pas non plus mais tu me donnes envie de le découvrir !

Géraldine · 4 mai 2021 à 10h07

Je ne connais pas David Thomas mais tu me donnes très envie de le connaître !

Alex-Mot-à-Mots · 4 mai 2021 à 11h05

Une bien belle déclaration à David Thomas.

krol · 5 mai 2021 à 17h47

J’ai aimé beaucoup beaucoup Les buffles… depuis je n’en ai pas lu d’autres, mais tu en parles tellement bien que cela ne donne qu’une envie : dégoter ce recueil et fissa !

Electra · 10 mai 2021 à 22h52

Merci ! Je le connais de nom pour un autre recueil (les buffles) que je veux lire depuis longtemps ! donc merci du rappel !!!

Antigone · 13 juin 2021 à 15h02

Plein de coups de coeur dans mon bilan sont tirés de ce challenge de nouvelles, comme quoi ! 😉

Les Bâtardes · Seul entouré de chiens qui mordent – hop! sous la couette · 7 juin 2021 à 05h03

[…] billet de Noukette m’a harponnée. Je ne connaissais rien de David […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *