bufflesIl m’attendait sagement ce petit recueil là. Je me le gardais au chaud depuis mon coup de coeur king-size pour On ne va pas se raconter d’histoires… Un coup de foudre plutôt, à tel point que j’avais pris soin de faire une razzia chez mon libraire de tous les autres titres de David Thomas. Oui, tous. Il faut faire provision de ces petites parenthèses enchantées, elles sont finalement assez rares…

 

Je suis complètement sous le charme de la plume de cet auteur. Amoureuse même. Tout ici est intelligent, fin, subtil… et incroyablement juste. Rien à voir avec le catalogue de petits bonheurs convenus et anecdotiques de Philippe Delerm et ses réflexions faussement naïves sur ces fameux « plaisirs minuscules ».

 

Chez David Thomas, aucun faux-semblant. Les hommes y apparaissent sans fard, dans toute leur complexité, et ils n’en sont que plus touchants. En peu de mots, il arrive à dire l’essentiel, avec ce regard acéré, bienveillant autant qu’accusateur, sur nos failles et nos travers, nos espoirs déçus et nos désirs souvent troubles… 

 

J’ai tout aimé. Cet arrière goût un peu aigre-doux qui persiste longtemps après lecture. Ces petits bouts de vies qui nous rappellent la nôtre, ces fins brutales, ces renoncements, ces petits arrangements qui rendent les échecs supportables. Ces vertiges qui montent à la tête et ces grands vides dans lesquels on s’enlise. Ces caresses après les claques qui mettent du baume sur les blessures…

 

Il nous emmène en balade David. Dans ces recoins qu’il nous est difficile d’explorer tant ils font ressurgir cette facette si peu reluisante de nous-mêmes. Avec légèreté, humour et tendresse.

C’est piquant et savoureux. Tout au long de ces histoires, je me suis sentie chez moi. A la maison. Très personnel comme réaction mais cet auteur me fait du bien…! Je l’avais découvert grâce à Jérôme, c’est donc tout logiquement que je partage cette nouvelle lecture avec lui aujourd’hui, il n’y a pas de hasard…

 

Quelques morceaux choisis pour vous mettre en appétit…

 

 

Recommandé

 

« Quand je l’ai rencontrée, j’étais tellement heureux que je me suis écrit une longue lettre dans laquelle j’ai raconté tout mon bonheur dans les moindres détails, je n’ai rien oublié, tout ce qu’on a vécu, tout ce que j’éprouvais, tout ce que je pensais, tout ce qu’elle disait, tout, même les choses les plus insignifiantes. Ensuite je me suis envoyé la lettre en recommandé avec accusé de réception, et quand je l’ai reçue, je l’ai rangée dans un coin. Quelques années plus tard, on était toujours ensemble et, franchement, c’était plus pareil. On avait tous les deux changé, on s’aimait plus du tout de la même façon, notre amour était beaucoup plus sourd, enfoui, tellement enfoui que c’était à se demander si on s’aimait encore. A tel point que j’ai pensé à me barrer. Alors j’ai décacheté la lettre. Ça m’a suffit pour me convaincre de rester. » (p. 38)

 

 

Mots doux

 

« J’ai horreur des mots doux. Pour moi, c’est comme si on me tendait un bonbon après l’avoir mis dans sa bouche, je trouve ça collant. Les types qui me lancent des regards Walt Disney en me disant que je suis jolie ou je ne sais quoi, ils font jamais long feu avec moi. C’est pas que je sois dure, mais j’arrive jamais à les croire. Moi, j’aime qu’on me drague de front, quand on me drague en biais ça me fait fuir. Faut pas m’offrir des fleurs, faut me dire qu’on a envie de moi, qu’on a envie de me baiser. Après, tout ce qu’ils veulent. S’ils trouvent que j’ai un regard de biche et que ça les rend un peu mielleux, je peux l’admettre, mais avant, franchement, ça me coupe toute envie. Avec moi c’est après que tout se passe, jamais avant, mais il faut y passer. C’est pas d’abord les mots et après le corps, c’est l’inverse. Les corps, ça ment pas, ça cache rien. La façon dont il bouge, comme il se tend, se contracte, se love, se raidit, se donne ou se méfie, tout ça pour moi ça a un sens, tout ça c’est du vrai. Pour connaître un homme, j’ai besoin de coucher avec lui, je sais tout de suite le lire, je me suis jamais trompée. Je suis une experte. » (p. 90)

 

 

16 224 minutes

 

« Trois fois par semaine je vais prendre ma femme dans le centre-ville en rentrant du boulot. Elle sort plus tôt que moi et elle en profite toujours pour voir ses copines ou faire des courses. Ma femme n’est jamais arrivée une seule fois à l’heure à ces rendez-vous. A chaque fois, elle me fait poireauter entre dix et quinze minutes. J’ai fait le calcul, depuis que nous sommes ensemble, j’ai attendu ma femme 16224 minutes. Un soir, je suis arrivé au rendez-vous pile à l’heure, comme à mon habitude, et comme c’était à prévoir, elle n’était pas là. Alors je suis parti. Je suis rentré onze jours, six heures et vingt-quatre minutes plus tard. On est quittes. » (p. 134)

 

 

Les avis de Asphodèle, Cathulu, Clara, Hélène, Jostein, Liliba, Luocine, Sophie, Yv

 

 

Le Livre de Poche (Juin 2011)

155 p.

 

Prix : 6,10 €

ISBN : 978-2-253-12948-6


41 commentaires

Geneviève · 22 janvier 2016 à 00h30

Oh, ce livre ! C’est celui qui m’a accompagnée dans les moments les plus difficiles. Je me souviens l’avoir lu à 2 heures du matin, dans le hall d’un hôtel à Paris alors que j’essayais tant bien que mal de sécher mes larmes.
David Thomas parle avec sincérité des hauts et des bas, de tout, de rien, du vrai, surtout… mais tu as dit cela bien mieux que moi, Noukette.
Je partage d’ailleurs ce billet avec mes amis parce que tes mots expriment mieux mes pensées que je ne saurais le faire.

    Noukette · 27 janvier 2016 à 22h46

    Ton commentaire me touche beaucoup Geneviève…! Je comprends bien l’importance de ce petit livre pour toi, on ne peut que se retrouver dans ces mots, ces petits instants de vies, ces petits riens… Je ne sais pas si tu as lu On ne va pas se raconter d’histoires mais si ce n’est pas le cas précipite toi ! Tu y retrouveras tout ce que tu as aimé, comme moi, dans ce formidable recueil…! ♥

      Geneviève · 2 février 2016 à 01h16

      Je te remercie du conseil, Noukette. J’ai commandé le livre et je l’attends avec impatience. <3

        Noukette · 25 février 2016 à 16h21

        Il a dû arriver depuis… Alors..? Verdict…? 😉

Sandrine · 22 janvier 2016 à 07h03

Eh bien, moi aussi j’en veux de l’intelligent, du fin et du subtil… et je vois que je n’ai pas noté cet auteur (j’ai dû affreusement zapper ton coup de foudre : honte à moi !).

    Noukette · 27 janvier 2016 à 22h47

    Il est toujours temps de le découvrir, j’espère sincèrement que tu aimeras…!

keisha · 22 janvier 2016 à 07h39

Marrant! Tu as remarqué des passages similaires aux miens (et pas du tout ceux de Jérôme) , mais il faut dire qu’il faut choisir les plus courts. Vraiment un chouette recueil, excellent de bout en bout!

    Noukette · 27 janvier 2016 à 22h47

    Excellent oui, je ne vois pas d’autres mots ! Je suis persuadée que je le relirai !

yueyin · 22 janvier 2016 à 07h58

Je ne suis pas attirée par les nouvelle habituellement mais les morceaux que tu cites sont tentants 🙂

    Noukette · 27 janvier 2016 à 22h48

    Et tout est à l’avenant…! J’aime, que dis-je, j’adoooore David Thomas…!

Hélène · 22 janvier 2016 à 08h02

Je l’ai lu à sa sortie, j’avais adoré, tant que j’ai écrit mon premier billet de blog sur lui ! Et puis quel homme discret, intelligent, depuis j’ai tout lu de lui

    Noukette · 27 janvier 2016 à 22h51

    Ton tout premier billet…. ♥ Tu sais, j’ai tout acheté de lui, de façon complètement impulsive, après ma lecture de On ne va pas se raconter d’histoires… Je vais faire durer le plaisir maintenant !

luocine · 22 janvier 2016 à 08h19

Je le relis souvent, il est tout abîmé comme un livre qu’on trimballe partout. En revanche, je n’ai rien lu d’autre de cet auteur et j’ai visiblement tort.

    Noukette · 27 janvier 2016 à 22h51

    Dans ce cas tu vas adorer On ne va pas se raconter d’histoires…! J’ai eu un véritable coup de foudre pour ce recueil !

Stephie · 22 janvier 2016 à 08h26

Ton billet et le commentaire de Geneviève me donnent vraiment envie de succomber 😉

    Noukette · 27 janvier 2016 à 22h52

    Tu peux pas savoir comme ce genre de lecture fait du bien…! ♥

Louise · 22 janvier 2016 à 08h39

Je succombe déjà!!! toutes ces citations me plaisent et me parlent. C’est malin je n’ai qu’une envie: lire ce David Thomas!!!
Ils sont beau vos coups de foudre.

    Noukette · 27 janvier 2016 à 22h53

    Et celui ci c’est un grand et beau coup de foudre, crois moi ! ♥

L'Irrégulière · 22 janvier 2016 à 11h00

Le titre m’intrigue…

    Noukette · 27 janvier 2016 à 22h53

    Je pense que tu adorerais piocher dans ce petit livre, il est magique…!

Jerome · 22 janvier 2016 à 13h23

Quel régal, mais quel régal ! Je ne pouvais que le lire avec toi ce petit livre. Déjà parce que c’est toi qui me l’a offert, et ensuite parce que cette écriture, cette saveur aigre-douce et tout le reste, c’est exactement ce que l’on aime tous les deux 😉 .

    Noukette · 27 janvier 2016 à 22h54

    Je suis bien contente qu’on ait pu le lire ensemble ce livre là, et précisément ce jour là… 😉
    C’est un auteur pour nous je crois, on en relira d’autres, plein !

Alex-Mot-à-Mots · 22 janvier 2016 à 13h59

Il va falloir que je le sorte de ma PAL, alors.

    Noukette · 27 janvier 2016 à 22h58

    I ne faut pas l’oublier non, il mérite au contraire toute ton attention ! 😉

Framboise · 22 janvier 2016 à 14h02

Voilà qui tombe à point, exactement la lecture qu’il me faut !
mille mercis copine <3

    Noukette · 27 janvier 2016 à 22h58

    Mais oui, mais oui ! Il est formidable de livre, tout à fait pour toi…!!

Sophie Hérisson · 22 janvier 2016 à 16h02

Un coup de coeur qui date déjà un peu, mais tu me donnes envie de m’y replonger !

    Noukette · 27 janvier 2016 à 22h59

    J’ai attendu pour le découvrir mais je ne regrette pas le voyage ! Une pépite !

krol · 22 janvier 2016 à 22h04

Ah oui ! C’est bien ! J’adore aussi !

templeuve · 22 janvier 2016 à 22h27

Tellement inclassable qu’on peut l’offrir à tout le monde, même éventuellement à des « non-lecteurs » Ca marche à tous les coups ! Je garde en réserve On ne va pas se raconter d’histoires comme une gourmandise à déguster plus tard, ce qui est idiot puisque je ne me lasse pas de La patience des buffles sous la pluie, lu,relu et relu.

    Noukette · 27 janvier 2016 à 23h00

    Tu ne peux qu’aimer On ne va pas se raconter d’histoires, c’est avec ce livre que j’ai découvert l’auteur et il est tout de suite devenu un de mes chouchous !

A_girl_from_earth · 22 janvier 2016 à 23h36

Hé bé là, difficile de contourner ce livre et l’auteur ! Je vais devoir aller explorer tout ça ! Damned !

    Noukette · 27 janvier 2016 à 23h01

    Interdit de lever le bouclier pour ce livre là, il te le faut !!

zazy · 23 janvier 2016 à 17h06

Je l’ai noté, Jérôme et toi en dites si grand bien

    Noukette · 27 janvier 2016 à 23h01

    Et je peux t’assurer que ces éloges sont mérités !

Une ribambelle · 24 janvier 2016 à 10h50

Que d’enthousiasme ! Un auteur que je ne connaissais pas du tout.

    Noukette · 27 janvier 2016 à 23h02

    Il n’est jamais trop tard pour découvrir des petits bijoux comme celui ci ! 😉

laurielit · 28 janvier 2016 à 21h41

il me le faut, je l’ai noté. J’avais tellement aimé « on ne va pas se raconter d’histoires » découvert grâce à toi que forcément c’est à coup sûr mon prochain achat!! bisous

Chroniks Expresss #30 – Bar à BD · 31 janvier 2017 à 00h31

[…] chroniques de Jérôme et de Noukette (merci pour la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *