Danser-les-ombresCette incroyable capacité à faire jaillir la lumière au cœur du chaos… Ce don rare qui fait sonner les mots et donne corps aux moindres sensations… Laurent Gaudé n’a pas son pareil pour insuffler de l’espoir aux moments les plus sombres, quand tout paraît vain, quand tout semble joué d’avance. Comme souvent chez l’auteur, le lecteur bascule du réel au surnaturel sans s’en rendre compte tant le fil qui relie les deux mondes est ténu. L’écriture y est vibrante, à la fois fragile et déterminée, élégante et audacieuse, à l’image de ces personnages tous mus par une force insoupçonnée qui les fait aller de l’avant, malgré tout…

 

Ce livre est un cri. Un cri d’amour pour un pays exsangue dévasté en l’espace de quelques secondes. « La terre n’est plus terre mais bouche qui mange. Elle n’est plus sol mais gueule qui s’ouvre. A 16h53, les rues se lézardent, les murs ondulent. Toute la ville s’immobilise. Les hommes sont bouche bée, comme si la parole avait été chassée du monde. Trente-cinq secondes où les murs se gondolent, où les pierres font un bruit jamais entendu, jamais ressenti, de mâchoire qui grince. » Face à la violence de la nature, les voix et les destins de plusieurs personnages qui porteront à jamais, gravés dans leur chair, les stigmates de ce jour maudit où la terre choisit de redistribuer les cartes. Au cœur même de l’enfer, dans un décor de fin du monde, chacun d’entre eux se révèle, déterminé à vivre ou résigné à mourir, prêt à voir danser les ombres…

 

 

« Ce qui s’ouvre maintenant, c’est la peur d’après le malheur et la vie d’avant, elle,

semble n’avoir jamais existé… »

 

 

Hypnotique. Tragique et beau. Simplement se laisser porter. Accepter de perdre tout repère. Écouter ces voix qui s’élèvent et deviennent celle, unique et unie, de tout un peuple. Haïti la belle, frémissante, libre, forte. Haïti à terre. Haïti qui se relève, droite et fière. Parce que « la vie n’est plus que cela désormais : un pas prudent devant l’autre et l’avidité d’étreindre chaque instant. » Laurent Gaudé lui rend un hommage vibrant dans ce roman choral aussi déstabilisant que fascinant…

 

 

Les avis de A propos de livres, Au pouvoir des mots, Canel, Gambadou, l’Irrégulière, Leiloona, Saxaoul, Sylire, Titou, Un chocolat dans mon roman

 

 

Premières phrases : « Il avait fait chaud toute la journée et les commerçants de la rue Veuve contemplaient l’artère désespérément vide en ce demandant ce qui les retenait encore ici à cette heure où il était quasiment certain qu’il ne viendrait plus personne. »

 

Au hasard des pages : « Il avait hâte de traverser la rue, de retrouver la terrasse en bois de chez Fessou où il se ferait un jus de citron frais. Hâte de revoir le visage de Lucine qu’il ne se lassait pas de contempler. Parce qu’elle était belle aussi d’une certaine fatigue qu’il connaissait. Parce qu’elle avait en elle un grand silence de nuit et des yeux encore capables de fracas. Il sentait qu’à ses côtés, la vie revenait, non pas l’agitation fébrile des jours, mais le sens profond et joyeux d’une existence que l’on veut construire. Il sentait qu’il avait envie d’être pour elle. Et que les cinq années passées seraient bientôt balayées si elle ouvrait ses bras pour qu’il pose son front sur sa poitrine, juste là, laisser le monde bruire autour d’eux, et rester ainsi, ensemble, enlacés et silencieux. » (p. 90-91)

 

 

 

Éditions Actes Sud (Janvier 2015)

249 p.

 

Prix : 19,80 €

ISBN : 978-2-330-03971-4

 

 

Challenge-rentrée-dhiver-2015-150x149


44 commentaires

krol · 10 août 2015 à 00h20

Cela fait un moment que je n’ai pas lu Laurent Gaudé, tu me donnes bien envie de retourner dans son univers avec ce roman !

    Noukette · 12 août 2015 à 23h27

    Je l’aime d’amour lui, au panthéon de mes auteurs chouchous, juste à côté de Jeanne Benameur… 😉

Laure · 10 août 2015 à 08h12

Si je ne l’avais pas déjà lu, j’aurais très envie de le lire ! 😉

Audrey H · 10 août 2015 à 09h04

Ta chronique est extrêmement poétique, on dirait presque que tu as emprunté le style de l’auteur pour en faire l’apologie. C’est vraiment très beau et ça me donne très envie de découvrir Laurent Gaudé que je n’ai jamais lu. Bravo à toi, c’est sincère! ^^

    Noukette · 12 août 2015 à 23h28

    Merci Audrey, si j’ai réussi à te donner envie de découvrir cet auteur je suis comblée !

Leiloona · 10 août 2015 à 09h35

Un très joli billet qui rend bien compte de la magie Gaudé. 🙂

Eva · 10 août 2015 à 11h19

Comme souvent, ton billet est très beau, magnifiquement écrit!
J’avais envie de lire ce roman, mais malheureusement les nombreux avis négatifs m’en avaient dissuadé…mais ton billet est extrêmement tentant…que faire? ^^

    Noukette · 12 août 2015 à 23h31

    Merci Eva…! Les avis négatifs viennent de lecteurs peu familiers de l’univers de l’auteur je pense. Il faut accepter de se laisser porter, ou alors partir à sa découverte avec un autre roman… Le soleil des Scorta ou La mort du roi Tsongor par exemple… 😉

Moka · 10 août 2015 à 11h41

Je viens de le découvrir avec Eldorado (ah non en le disant j’avais déjà lu sa version de Médée) et autant dire que j’ai adoré son livre. Quand celui-ci sortira en poche, je me lancerai.

    Noukette · 12 août 2015 à 23h31

    Tu as encore des tas de merveilles à découvrir de cet auteur, sans compter ses pièces de théâtre… Veinarde ! 😉

Au fil des plumes · 10 août 2015 à 13h08

Je n’ai jamais lu de Gaudé et apparemment je passe vraiment à côté d’un truc! Faut que je rattrape le coche.

    Noukette · 12 août 2015 à 23h32

    C’est à mon sens un de nos grands écrivains actuels…

Marion · 10 août 2015 à 15h55

J’avais quelques hésitations sur celui-ci mais en lisant ta chronique, elles se sont envolées !

    Noukette · 12 août 2015 à 23h33

    Je ne suis peut-être pas objective quand il s’agit de Gaudé il faut dire, mais j’assume 😉

sylire · 10 août 2015 à 16h04

Très beau billet. Tu as raison, il faut accepter de perdre ses repères, ce que je n’ai pas su faire suffisamment dans ce livre.

folavoine · 10 août 2015 à 16h51

comment ne pas sentir des ailes pousser à son clavier après la lecture d’un Gaudé ? C’est vrai que la lecture n’est pas toujours facile, mais justement, Gaudé nous ramène à une exigence de lecteur qu’on perd parfois. Un de mes chouchous (comment as tu fait pour attendre si longtemps après sa sortie ? )
Et c’est sans parler de son théâtre que je découvre en ce moment….

    Noukette · 12 août 2015 à 23h36

    J’ai attendu, oui… Parce qu’une fois commencé, impossible de s’arrêter, et on aimerait tellement faire durer cette expérience de lecture plus longtemps…

Ariane · 10 août 2015 à 22h23

Très joli billet ! Et dire que je ne l’ai toujours pas lu, qu’est-ce que j’attends ???

Kathel · 11 août 2015 à 10h35

Tu donnes vraiment envie de le lire. J’ai aimé presque tous les romans de Laurent Gaudé que j’ai lus, mais celui-ci n’est pas encore arrivé jusqu’à ma pile à lire.

hélène · 11 août 2015 à 10h57

Je viens de le finir aussi -billet à mon retour- mais je suis beaucoup moins enthousiaste que toi : j’ai trouvé la première partie avant le séisme magnifique, mais après j’ai trouvé que Gaudé retrouvait ses travers en partant trop loin, en usant trop du pathétique, j’ai été déçue !

    Noukette · 12 août 2015 à 23h38

    Je n’ai pas trouvé cette seconde partie pathétique mais je crois que je comprends ce qui t’a gênée… J’ai trouvé tout ça extrêmement cohérent au contraire, et beau, très beau…

Lesviesdansent · 13 août 2015 à 12h30

Il me fait de l’oeil depuis sa sortie… Mais mon porte-monnaie me dis d’attendre le poche :/

    Noukette · 9 septembre 2015 à 23h44

    Il sortira sûrement en Babel assez vite, j’espère en tous cas !

Emma · 13 août 2015 à 14h32

Evidemment je compte le lire un jour, j’aime beaucoup (en général) ses livres.

Nadine · 13 août 2015 à 16h53

Coucou Noukette,
J’ai reçu ce livre juste avant l’été et je me réjouis de le découvrir 😀
Quelle belle critique tu as fait!
Je m’étais régalée avec « Le soleil des Scorta » et « La porte des Enfers »
Bonne journée à toi
Nadine

    Noukette · 9 septembre 2015 à 23h44

    Gaudé est vraiment un écrivain à part, son écriture me subjugue je dois dire…!

Philippe D · 14 août 2015 à 21h43

Gaudé est un auteur un peu spécial, différent des autres; il a son genre propre.
Je ne connais pas ce titre. Je suppose que c’est son dernier roman en date.
Bon weekend.

    Noukette · 9 septembre 2015 à 23h43

    Gaudé est un immense écrivain, il a une vraie voix… J’adore…!

laurielit · 15 août 2015 à 15h47

Maintenant que j’ai découvert Gaudé, il me tente même si ce mélange réel / surnaturel me freine un peu moi qui ne suis pas sensible au surnaturel. Est ce que cela t’a gênée toi?

    Noukette · 9 septembre 2015 à 23h42

    Non, pas franchement, j’ai l’habitude il faut dire… Et puis quand c’est fait avec autant de grâce… 😉

jerome · 15 août 2015 à 23h49

Tu sais qu’il m’attend. Mais après une telle déclaration d’amour à l’auteur et à son texte, il ne va plus m’attendre longtemps 😉

    Noukette · 9 septembre 2015 à 23h42

    Tss, je te connais, tu vas oublier Laurent sous une pile de nouveautés. Tu mérites le fouet, comme Stephie ! 😉

Stephie · 17 août 2015 à 08h24

Il est sur la PAL… Je devrais être fouettée de le faire attendre…

    Noukette · 9 septembre 2015 à 23h41

    On ne fait pas attendre Laurent vilaine…! 😉

Edelwe · 1 octobre 2015 à 15h55

J’ai adoré!

Rentrée Littéraire hiver 2015 - Bilan Challenge n°1 | Micmélo LittéraireMicmélo Littéraire · 19 août 2015 à 08h30

[…] Les appréciations sont très diverses, et vous les trouverez chez Canel, Folavoine, Virginie, Noukette ou Laure. Avec J’aimais mieux quand c’était toi, de Véronique Olmi, le voyage est […]

Challenge Rentrée littéraire janvier 2015 - Bilan final | Micmélo LittéraireMicmélo Littéraire · 28 décembre 2015 à 00h18

[…] Les appréciations sont très diverses, et vous les trouverez chez Canel, Folavoine, Virginie, Noukette ou Laure. Avec J’aimais mieux quand c’était toi, de Véronique Olmi, le voyage est […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *