Enola Game – Christel Diehl

enola-game.jpg

 

Je n’aurais jamais pensé être si bouleversée par ce roman…

 

Avant d’en commencer la lecture, je n’avais lu qu’un seul avis sur Enola game, celui de Clara, c’est d’ailleurs un peu ce qui m’a poussée à accepter la gentille proposition des éditions Dialogues de le découvrir.

 

J’allais me coucher quand j’en ai lu les premières lignes, juste pour me faire une idée du style de l’auteur de ce premier roman, en pensant le commencer réellement le lendemain. Il était minuit.

Je l’ai reposé deux heures plus tard, en pleurs… Il m’a fallu beaucoup de temps pour réussir à trouver le sommeil après… 

 

Une mère et sa petite fille de quatre ans vivent cloîtrées dans leur maison depuis une catastrophe qui ne dit pas son nom. La jeune femme est sans nouvelles de son compagnon et de sa fille aînée partie rejoindre son père. A l’intérieur, plus d’électricité, aucun moyen de communication qui fonctionne, plus d’eau potable. Dehors, un ciel opaque, de la poussière de cendre, un air vicié et irrespirable. Les autorités ont intimé l’ordre à tous les habitants de rester chez eux. Régulièrement, des « cosmonautes » armés de mitraillettes circulent en camion militaire dans les rues de la ville et déposent sur chaque palier quelques conserves et de l’eau en bonbonne. Ce jour où tout a changé, la petite l’appelle « la grande lumière« , la mère, elle, parle d’Enola game ou encore d’année zéro

 

Malgré l’angoisse, malgré la peur, il faut survivre, faire semblant, rassurer… Grâce à la manie de son compagnon de tout stocker, la mère et sa fille disposent de nourriture et d’eau en quantité suffisante pour tenir deux mois sans quitter la maison. Dans la garage, il y a une réserve de petit bois qui devrait leur permettre de se réchauffer encore un moment. Mais après..?

 

A l’intérieur, la vie s’organise, faite de petits rituels, de simulacres rassurants. Un peu de gymnastique pour se réchauffer le matin, une photo par jour pour papa tant que la batterie de l’appareil numérique tient encore, un concerto ou une sonate qu’on écoute blotties dans le noir grâce à l’énergie restante du baladeur stéréo, des chants, des jeux, des câlins sous la couette au coin du feu… Quand la petite dort, la jeune femme écrit, fait ressurgir le passé et les souvenirs sans savoir de quoi le lendemain sera fait.

Mais le temps passe, la température à l’intérieur de la maison baisse de plus en plus, les vivres diminuent. Dehors, « l’histoire a pivoté du côté des ténèbres »

 

Je suis encore sous le choc de cette lecture… Impossible de lâcher ce roman une fois commencé. Dès les premières pages, on ressent l’angoisse de cette mère, une angoisse qui ne va plus nous quitter. Et c’est terrible… Terrible de ne jamais savoir ce qui se passe réellement. Terrible de savoir que tout cela ne peut que mal se finir. Terrible de se rendre compte que le pire est toujours à venir…

J’ai trouvé cette femme admirable, sa bataille pour voir naître un sourire sur le visage de sa fille m’a émue, ses efforts pour lui créer des repères rassurants alors que tout bascule m’ont impressionnée. Et la petite m’a bouleversée, elle qui, malgré tout, garde l’insouciance de ses quatre ans.

 

C’est un roman extrêmement fort qui ne peut laisser indifférent. La plume de l’auteur est précise, ciselée. Christel Diehl trouve les mots justes pour décrire la peur, jongle entre le récit des jours qui passent et les souvenirs qui ressurgissent, distille ça et là quelques notes d’espoir tout en nous faisant réfléchir à ce qui, dans la vie, compte vraiment.

Un livre court, intense, poignant qui m’a pris aux tripes et laissée KO… Un livre que je vous encourage vivement à découvrir et qui pourrait, si vous le souhaitez, devenir un livre voyageur

 

Livre voyageur EDIT : Enola game ira à la rencontre de Stéphie (son billet) Midola (son billet), Gwenaëlle (son billet), Marion (son billet), Argali (son billet), Didi (son billet), Tinusia (?), Sarah (son billet) Lucie, Alex, Agathe, Anne Sophie

Je suis ravie de toutes ces escales à venir…

 

Les avis de Clara, Praline, Canel, Zazimuth

 

Premières phrases : « Aux petites heures de l’aube, elle pleure en écoutant la respiration régulière de son enfant. Parfois, ses larmes silencieuses musèlent sa douleur et finissent par l’endormir comme une berceuse amère. Elle quitte toujours à regret le refuge illusoire de son sommeil aux mille cloisons mouvantes. Pour affronter le jour et ses contours finis. Le jour où ses yeux restent secs, sa voix ferme, ses gestes sûrs. Le jour pendant lequel elle revêt un habit qui n’est plus le sien, affiche un sourire emprunté au passé et s’interdit tout aveu de faiblesse. »

 

Au hasard des pages : « Depuis la grande lumière, on ne voit plus le soleil. Depuis la grande lumière, on ne doit pas sortir. Depuis la grande lumière, les absents nous entraînent dans le vide qu’ils ont laissé. Depuis la grande lumière je chéris ma vie révolue. Depuis la grande lumière, je n’entends plus d’autre voix que la tienne. Depuis la grande lumière, tu es mon seul rai de toute petite et de si douce clarté. » (p. 14)

 

Éditions Dialogues (Février 2012)

126 p.

 

Rentrée littéraire 2011

12/14

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-enola-game-christel-diehl-99821113.html

44 commentaires sur “Enola Game – Christel Diehl

    • Je suis bien d’accord, je ne m’attendais pas à être si bousculée je dois dire ! Une réussite ! Merci pour ton billet « tentateur »…! 😉

    • Il m’a complètement tourneboulée ce livre…, j’ai vraiment envie que d’autres le découvrent, c’est une pépite ! Envie de l’accueillir ?

    • Rhoooooo, ça alors ! Bon, ça ne me fait que 3 tags auxquels je n’ai pas encore répondu alors ! 😉 Je vais faire de mon mieux ! Merci en tous cas !

    • Va savoir…, ce n’est pas moi qui vais les chercher en tous cas ! Je reçois parfois des mails, comme c’est le cas pour ce roman là ! Et là, très bonne pioche, excellente surprise ! Je te note avec grand plaisir pour ce livre voyageur ! 😉

    • Pour moi aussi c’était une première, je ne connaissais cette maison d’éditions que de nom… Je vais suivre leur actualité de près désormais ! Souhaites-tu recevoir ce livre voyageur ? 😉

  1. Wow… juste Wow ! Il faut que je le lise ! Le résumé et ton billet m’en ont donné une envie irrépressible ! Il me fait penser à un autre roman que j’ai adoré « La petite fille qui aimait la lumière », de Cyril Massarotto <3

    Merci pour la découverte 🙂

    Cajou

    • Je suis ravie de t’avoir donné envie ! Ce livre est une petite merveille, la fin est un vrai coup de poing… Veux-tu qu’il fasse aussi escale chez toi ?

    • Avec grand plaisir Fleur ! C’est un roman qui mérite d’être connu, cette auteure a du talent, c’est un premier roman choc !

    • Avec grand plaisir ! C’est un coup de coeur que j’ai vraiment envie de partager pour le coup ! Un très beau premier roman, c’est assez rare pour le souligner !

    • De ta « gigantesque » PAL, la précision a son importance ! 😉 Blague à part, c’est un roman court, poignantt qui devrait serrer ton petit coeur de maman…

  2. Les avis semblent unanimes ! Le thème m’attire bien mais tous les extraits que j’ai lus me laissent plutôt tièdes : soit je n’accroche pas au style, soit ils me paraissent trop poétiques (enfin, je n’arrive pas à trouver le mot juste … trop émotionnels ? bien sûr, je les lis hors contexte, à froid, et mon impression est forcément faussée !). Mais en attendant, je l’ai quand même noté !

    • Le meiux est effectivement de se faire sa propre opinion… Cela dit, je comprends tous ces avis unanimes après lecture, c’est encore tout chaud pour moi et j’avoue que je repense encore souvent à cette lecture..

    • Un grand merci à vous Anne-Laure pour avoir mis cette pépite sur mon chemin… Je suis ressortie bouleversée de cette lecture qui m’a touchée en plein coeur, vous avez dégoté une auteure de grand talent ! 😉 J’espère sincèrement que ce roman rencontre un tas d’autres lecteurs, mon petit doigt me dit qu’il y aura d’autres larmes versées…

      J’ai vu le concours d’écriture, je ne sais pas encore si j’y participerais mais je vais y réfléchir ! Une belle initiative en tous cas !

      Bien à vous…

    • Je peux comprendre… Quoique je pense que tu aimerais… Garde le titre dans un coin de ta tête, on ne sait jamais ! 😉 Cela dit, je pense que ce roman a eu beaucoup d’effet sur moi car je me suis beaucoup identifiée au personnage de la mère, jutement parce que j’ai des enfants… L’histoire n’en est que plus terrifiante.

    • je suis ravie que mon billet ait cet effet sur toi ! Et je serais ravie que tu le découvres à ton tour ! Je fais le point très vite mais je te mets d’ores et déjà sur sa route ! 😉

    • Tu sais, ce n’est pas dit que tous réagiront comme moi… C’est mon petit coeur de maman qui n’a pas tenu le choc, finalement, je ne suis pas un coeur de peirre ! 😉

    • Pas de souci Sarah, j’en prend bonne note… C’est une très jolie découverte de ce début d’année, une très bonne surprise !

    • Ecoute, après coup, je continue de penser que ce roman a quelque chose de différent… Je suis contente qu’il poursuive sa route, certains vont adorer, d’autres vont détester, mais il ne pourra pas laisser indifférent ! Je te note ! 😉

    • C’est un avis très personnel mais c’est une lecture qui m’a vraiment séduite ! Veux-tu qu’il voyage jusqu’à toi ??

    • C’est une réaction très personnelle mais je pense sincèrement qu’il faut faire connaître ce premier roman ! Je suis ravie qu’il fasse un petit tour chez toi dans quelques temps, je te note ! 😉

    • Je trouve en tous cas que c’est un premier roman intéressant qui ne peut laisser indifférent ! Je t’inscris donc pour une escale, j’en suis ravie ! 😉

  3. Coucou Noukette. Et bien je n’ai pas pu résister suite à ton billet et j’ai moi aussi ou découvrir « Enola Game ». Comme toi, j’ai été très émue par cette histoire et j’ai ADORé l’écriture de Christel Diehl. Je te remercie de tout coeur de m’avoir fait connaitre ce livre !(et donc, il ne faut pas me mettre dans le voyage)

    Je me suis permis de faire un lien vers ton billet dans le mien 🙂

    Cajou

    • Je suis absolument ravie que tu aies aimé, l’auteure mérite amplement cette petite popularité pour ce livre ! J’espère qu’il rencontrera encore tout un tas de lecteurs ! 😉 Je vais de ce pas lire ton billet !

    • Que de jolis avis qui je l’espère vont faire tache d’huile et faire connaître ce premier roman qui le mérite vraiment !

  4. Coucou,

    Enola est bien chez moi, plus que quelques pages dont je vais me délecter  et il pourra à nouveau s’envoler.

    Pardon Noukette j’étais persuadée de te l’avoir dit … (peut être dans mon mail de participation au concours Sur la route…)

    Bisous je te demanderais tout bientôt le nom de la prochaine escale pour ce joli livre.

    • En attendant de de donner les coordonnées de la prochaine lectrice, que je n’ai pas encore…, je file lire ton billet ! 😉

    • Il ne faut pas résister ! Il voyage si tu veux, il est presque en fin de parcours, si ça t’intéresse, je peux t’inscrire…?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *