Folles de Django – Alexis Salatko

Folles de DjangoQuand on connait un peu le phénomène Django Reinhardt, pas étonnant qu’il devienne un personnage de roman. Figure emblématique du jazz manouche, on fête cette année les 60 ans de la mort de celui qui restera aux yeux de tous un artiste de génie. De sa vie mouvementée, Alexis Salatko a choisi de faire un roman donc, et quel roman…!

 

Un roman qui m’a passionnée dès les premières pages. Mes lectures récentes des albums de Renaud Dillies, amoureux du jazz, n’y sont évidemment pas étrangères. Mélodie au crépuscule est d’ailleurs le titre d’un des célèbres morceaux du guitariste…

 

Encore imprégnée de cette ambiance particulière, je n’avais qu’une envie, découvrir l’homme derrière l’artiste. Et je ne suis pas déçue ! De la naissance de Django en 1910 à sa mort en 1953, le roman (car il s’agit bien d’un roman et en aucun cas d’une biographie…) s’attache à sa personnalité si originale et à celles qui ont participé à sa construction en tant qu’artiste, des femmes, toutes « folles de Django ». Maggie, Jenny… puis Dinah. De vrais personnages de fiction qui permettent au lecteur de comprendre qui était cet homme si charismatique. Des femmes qui ont toujours cru dans le génie de ce gamin séducteur et capricieux né dans une roulotte et que rien, absolument rien, ne prédisposait à devenir l’un des plus grands guitaristes de jazz de tous les temps…

 

Analphabète, incapable de lire la musique, handicapé de la main… mais libre, culotté, moderne et incroyablement brillant. Habité. Un grand qui jouera avec les plus grands, souvent imité, jamais égalé… Un destin passionnant, un personnage fantasque, égocentrique, sûr de lui, au sommet de son art au moment même où l’Europe traverse une de ses périodes les plus sombres. L’entre-deux guerres, les virevoltantes années 30 puis la seconde guerre mondiale dans la dernière partie du roman, sûrement le passage qui m’a le plus plu d’ailleurs…

 

Peu importent les incohérences que les puristes et les connaisseurs ne manqueront pas de souligner. Folles de Django est bel et bien une fiction, mêlant les évènements marquants de sa vie à des personnages qui ont ou non croisé sa route. Le résultat est un roman absolument passionnant, aussi rythmé que la musique à qui il rend un bien bel hommage…

 

Les avis de Stéphie et Leiloona

 

Au hasard des pages : « Jazz manouche, disait-il, qu’est-ce que c’est que cette bestiole ? Moi, il y a deux choses que je déteste : la soupe aux fèves et le folklore tzigane. Parce que, quand j’étais petit, qu’est-ce qu’on a pu m’en faire avaler… Quant au jazz, je n’ai jamais vraiment su ce que c’était… Une musique que les Noirs ont inventé pour pouvoir traiter de singes tous les Blancs qui cherchaient à les imiter. Moi, je ne suis ni blanc ni noir et quand on me traite de singe, j’y vois comme un compliment… Pour en revenir à la musique, la mienne, après s’être nourrie d’un peu tout, ne ressemble à rien. D’ailleurs, je ne joue jamais deux fois la même chose. J’arrête pas de chercher….

– Quoi ? demandait Jenny.

– Et bien, le temps qui s’est foutu le camp, le vin de la jeunesse évaporé, ces fugitifs moments de félicité dont les enfants, les bêtes et les fous ont la perception immédiate et qu’ils gardent en eux longtemps… Ce genre de bonheur qu’on éprouve en marchant seul dans la forêt ou en contemplant un joli minois comme le tien. Ces petits plaisirs que les mots sont impuissants à communiquer, tu vois, je les confie à ma guitare qui trouve ensuite les notes justes, qui fait résonner les octaves comme des carillons. » (p. 106-107)

 

 

Éditions Robert Laffont (Août 2013)

276 p.

 

Rentree-litteraire-2013.png

Nouvelle lecture pour le challenge 1% Rentrée littéraire

chez Hérisson !

 5/6

16 commentaires sur “Folles de Django – Alexis Salatko

  1. Je suis ravie de lire ton avis enthousiaste! Il était déjà noté 🙂 Amatrice de la culture manouche sans en connaître beaucoup de choses, emballée par la bio-fiction en BD « jeangot » que j’avais adoré (mais pas chroniqué…), je ne peux pas passer à côté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *