Jackie – Kelly Dowland

Il faut tout d’abord que je vous dise : Steph et Noukette, alors je me dévouais corps et âme à une ribambelle de nains de jardin pour l’anniversaire de mon grand de 11 ans, m’ont tendu un piège, dans lequel je suis tombée la tête la première ! OUI, mesdames et messieurs, ces délicieuses jeunes demoiselles m’ont eue ! A grands coups d’amour ! Et moi, évidemment je suis drôlement contente et émue d’avoir de si jolies personnes qui élaborent des projets à ma place héhé 😆 et je les remercie infiniment de la confiance et de l’amitié dont elles me couvrent… Et grâce à elles, je fais mon entrée dans le monde des blogs  😳

 

 

Jackie

 

Alors pour débuter, chez ma copine Noukette  (je vous ai dit que c’était ma copine d’amour ?! Parce que cette fille-là … enfin, un jour, promis je vous raconterai !), j’ai choisi un minuscule livre, absolument, absolument, ABSOLUMENT incontournable ! Si, si, vous allez voir, il vous le faut 😆 . Il s’agit de Jackie de Kelly Dowland.

 

« Si la grand-mère centenaire de Kelly Dowland n’était pas tombée malade, cette exubérante trentenaire blonde, joueuse de tuba dans un orchestre symphonique, ne se serait probablement pas mise à écrire. Tant qu’un souffle de vie animera encore Jackie, sa grand’ma, elle tiendra son journal….. »

 

 

L’auteure, Kelly Dowland raconte ses souvenirs avec sa grand-mère centenaire et son quotidien de délicieuse blonde new-yorkaise, mère d’un formidable petit garçon, Elton, fan de lego et de Star Wars… Elle a 36 ans et quelques cheveux blancs, joue du gros doré (son tuba) et depuis l’annonce de l’embolie pulmonaire de sa grand-mère, décide d’écrire chaque jour, « histoire qu’on se marre un peu ».

 

« Je suis la grande blonde qui joue du tuba et mon mec est acteur de théâtre spécialisé dans Shakespeare avec la prononciation de l’époque, s’il vous plait. Ça redore mon blason. »

 

Elle tient son journal, suspendue aux nouvelles de son aïeule, qui, un jour va mieux et un autre s’affaiblit. « Ils ont mis Grand’ma sous morphine. Ça fait pas encore d’effet, cette nuit seulement. C’est ce qu’ils ont dit. Et Grand’ma allongée sur son lit avec le peu de vie qui lui reste a appelé sa propre mère tout l’après-midi. Dans son délire qui l’emmène lentement ailleurs, le seul mot qui vaille, le seul qui reste : « Maman, maman ». »

 

Elle raconte avec humour, et dans un langage pas tout à fait « politiquement correct » son lien d’amour avec Jacky, toute cette « merde » de fin de vie, mais aussi ses aventures, son homme, son boulot, sa maternité, ses parents, ses rencontres, ses copines, ses souvenirs, ses amours… Avec une émotion rare et précieuse qui prend le pas au fil des pages…

 

Une histoire minuscule faite de petits bouts de vie, de pensées, de souvenirs, de petites joies et de gros chagrins, de bouts d’enfance, de morceaux de vie… Une histoire de départ, de bouleversements… Avec un optimisme jamais forcé, malgré le sujet grave et douloureux du récit qui s’inscrit dans la vie ! Parce que « la vie est devant nous, les gars, quoi qu’on fasse, quoi qu’il se passe… »

 

Un tout petit livre (qui tient dans un sac à main ou une poche, et qu’on peut trimbaler partout !) qui se lit dans un souffle, entre rire et émotion, humour et tendresse ! Et pour 7 euros il serait vraiment dommage de s’en priver !

Ah, vous dire aussi, que ce délicieux ouvrage s’ouvre sur une citation de John Fante, tirée de Demande à la poussière, un de mes livres chéris de tous les temps, gage du goût très sûr de cette écrivaine ! À découvrir, j’vous dis !

 

 

Premières phrases : « Grand’ma a cent ans. Elle veut mourir, mais elle y arrive pas. J’ai passé toute la nuit à me demander pourquoi c’était si compliqué de mourir. Pourquoi, quand le moment est venu, on te bourre de médicaments. Alors, j’ai décidé d’écrire jusqu’au bout. »

 

 

Au hasard des pages : « A midi, on était à table avec Elton. Il m’a regardée, les yeux pleins d’amour, et il m’a demandé : « Maman, tu sais pourquoi je t’aime le plus ? – Non, mon amour, dis-moi. – Parce que tu es la meilleure cuisinière ! » Dans son assiette : de la purée de la veille réchauffée et une tranche de jambon. A quel âge on perd notre émerveillement ? » (p.56)

                                                               

                                                                                                         

Jackie de Kelly Dowland

Chez Sabine Wespieser éditeur, 2015, 7€.

31 commentaires sur “Jackie – Kelly Dowland

  1. Whaouuuu, quelle émotion, mon tout premier commentaire sur ton tout premier billet dans ce salon ! Suis toute retourneboulée…! Et en plus sur une nouvelle collection qui m’intrigue beaucoup chez un éditeur que j’adore, très bon choix madame ! Bien envie de le lire tiens ! 😉

    • Suis toute chose que tu sois émotionnée ! Si tu me voyais, là, dans mon salon, le sourire aux lèvres, toute « molle » de tant d’amour et de chance (parce que tu sais, j’en ai drôlement de la chance… merci mon amie, ma blonde, manamour <3 )

    • Suis sûre que tu vas te régaler, un petit rien qui fait un bien fou, tu me diras ….
      Mille bizzzzz belle âme sœur 😉

  2. Bein voilà, on est pas déçue…il est juste parfait ce billet!!Tu es toujours formidable ma poule.
    Ah je te laisse, je fais l’ouverture de Charlemagne, j’ai un tout petit livre à acheter…

  3. Oh, j’ai repéré cette nouvelle collection de poche, et ce titre en particulier chez un de mes libraire. Ravie d’avoir un avis dessus !

    • Oui, il est génial ! Et Franchement, tout est très bon ! Et ce qui fait la force je crois de ce petit livre, ce sont toutes ces phrases mises bout à bout …

  4. Un billet enthousiaste et pétillant grâce auquel je découvre une collection qui m’avait échappé (chez un éditeur gage de qualité) : merci Framboise 🙂 !

    • Merci beaucoup…
      Il y a 5 ouvrages dans cette collection, et d’après mon charmant libraire, 5 excellents livres, en ai encore 2 en ma possession héhé je vous raconterai 😉 à bien vite

  5. Une citation de John Fante, tirée de « Demande à la poussière », tu sais parler aux hommes toi 😉
    Un premier billet qui va déjà me faire succomber et alourdir ma pal. Le premier d’une longue liste, j’en suis persuadé !

    • héhé je le savais, dès que j’ai vu cette phrase : » Mon Dieu, il faut absolument te tirer d’ici, vraiment c’est pas possible », j’me suis dit que ça fleurait très bon voire que j’avais p’têtre une chance de te conquérir 😉

  6. Bienvenue sur le blog de Noukette! Jolie plume et enthousiasme contagieux ! Heureuse et longue route en compagnie de ma blagueuse de fille !

    • Qu’il est joli ce lapsus 😉 tout à fait Noukette ça !
      Merci merci pour votre petit mot…. Elle me gâte votre divine fille !
      à bien vite

  7. Ooohhhhhhh merciiii merciii Princesse !!!!
    Tu sais vraiment parler à l’âme d’une lectrice toi !
    Ton billet m’a donnée des frissons d’émotion et des tonnes d’envie de me jeter sur Kelly …
    Vive Noukette qui nous découvre une Framboise toute fraîche.
    Grâce à Framboise je lisais Noukette et grâce à Noukette je lis Framboise, jolie bouclette

  8. si je n’avais pas une flemme aussi aiguëe, je sauterai dans ma voiture direction la librairie !! Ton billet donne super envie/besoin 😉

    • Merci merci 😉 il faut trouver une âme charitable pour courir à la librairie (un enfant ça peut aussi très bien marcher, un chien, une grand-mère ?!)

  9. Encore plus de billets à lire chez Noukette/Framboise, quelle chance ! Bienvenue alors Framboise et au plaisir de lire tes enthousiastes billets !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *