IMG_3889Plus de 25 ans séparent ces deux éditions de La femme de papier de Françoise Rey. Le tout premier roman estampillé « érotique » de ma bibliothèque que je possède dans sa première édition de 1989… Je crois l’avoir acheté d’occasion chez un bouquiniste, quelques années après sa sortie, sans trop savoir ce que j’allais trouver en lisant ces pages…

Je me souviens d’un choc, d’une rare impression de liberté. Et d’une plume aussi, rageuse, crue, violente et passionnée. Pour l’époque, c’était du jamais vu pour une femme…

 

La femme de papier m’a fait découvrir et aimer un monde dont j’ignorais tout. Par la suite, j’ai continué de lire Françoise Rey, toujours aussi admirative, subjuguée par son audace et sa capacité à parler des fantasmes, des désirs et du plaisir des femmes. Depuis, et après avoir exploré pas mal le genre, je crois n’avoir rien lu de mieux… C’est dire si cette relecture a un goût particulier. C’est dire si j’avais peur de me rendre compte, des années après, que ce texte que j’avais jugé sulfureux avait perdu de sa force… Mais il n’en est rien…

 

La femme de papier est une succession de lettres envoyées par une femme à son amant. Leur relation s’étiole. Ses mots vont redonner un souffle inattendu à leur histoire, ravivant un jeu de séduction qui s’était endormi. Aucune limite, aucun tabou… Souvenirs ? Rêves ? Fantasmes ? Peut-être un mélange de tout ça. On pourrait d’ailleurs se dire que ce roman se borne à un simple catalogue de pratiques sexuelles débridées (certaines vraiment très osées…). Sauf que… Parfois l’amour s’invite…

L’amour. Je pense que la vraie dimension de ce roman m’avait complètement échappée à la première lecture. La femme de papier est un cri d’amour. Et c’est l’auteure qui en parle le mieux… Lisez la postface et l’entretien avec l’auteure. Lisez-les avant de lire le roman… Les propos de Françoise Rey sur sa propre histoire sont très forts. Émouvants. Cette histoire, c’est celle d’un amour fou, d’une passion dévorante, folle et irrationnelle. C’est pour cet homme interdit que l’auteure a inventé les situations les plus audacieuses, pour lui qu’elle a couché sur papier ces déclarations torrides et sulfureuses, pour lui qu’elle a fait tomber les barricades qu’elle avait vainement tenté d’ériger, quitte à en faire trop… Un amour si fort qu’elle a choisi de le préserver en y renonçant… Impossible de lire ce roman comme un simple roman érotique quand on sait tout ça. Impossible quand on sait que ces lettres ne devaient au départ jamais sortir de la sphère privée et être publiées…

 

Un mardi différent pour moi donc… Une relecture, un éclairage nouveau, une maturité, aussi, que je n’avais pas à 20 ans pour appréhender cette dimension intime du roman. Une lecture en tandem avec mon complice de toujours que je remercie de m’avoir accompagnée sur un tel chemin…!

 

 

Éditions La Musardine (Octobre 2015)

Collection Érotiques contemporains

Illustré par Alex Varenne

268 p.

 

Prix : 18,00 €

ISBN : 978-2-84271-800-8

 

 

Mardi c'est permis

 

Tous chez Stephie !

 Et vous, qu’avez-vous lu d’inavouable ce mois ci…?


26 commentaires

Une ribambelle · 3 novembre 2015 à 09h21

J’ai lu ce livre il y a vingt ans et ça avait été une belle découverte pour moi aussi.

    Noukette · 25 novembre 2015 à 17h17

    Les sensations sont encore différentes à la relecture…

franfran · 3 novembre 2015 à 11h19

voilà de quoi donner chaud alors que je suis sous pluie battante 😉 merci ma copine d’avoir ensoleillé et réchauffé ma moche journée 😉

    Noukette · 25 novembre 2015 à 17h18

    Il faut absolument que tu découvres la plume de Françoise Rey !

Valérie · 3 novembre 2015 à 12h36

J’ai l’impression que plus le temps passe, plus des romans de qualité sont proposés pour ces mardis.

    Noukette · 25 novembre 2015 à 17h18

    Quand on a l’impression d’avoir fait le tour de la question, il est bon de revenir aux « fondamentaux »… 😉

Jerome · 3 novembre 2015 à 12h51

J’adore quand le lecteur a une vraie histoire avec un livre. Un plaisir de t’accompagner en ce mardi frisquet et pluvieux (comme tous les mardis d’ailleurs). Et ton billet est top. Vraiment.

    Noukette · 25 novembre 2015 à 17h19

    Merci à toi d’avoir bien voulu m’accompagner dans cette relecture… ♥

L'Irrégulière · 3 novembre 2015 à 16h25

Je n’ai jamais lu Françoise Rey, mais elle m’attend !

    Noukette · 25 novembre 2015 à 17h19

    Il faut à tout prix réparer ça, et au plus vite ! 😉

Cristina · 3 novembre 2015 à 18h05

 » Une passion dévorante, folle et irrationnelle. »

Ben voilà je suis foutue Noukette ! Bravo je te félicite pas 😉

Et un de plus sur ma P.A.L

Bises 😀

    Noukette · 25 novembre 2015 à 17h21

    J’espère vraiment que tu liras Françoise Rey un jour, hâte d’avoir ton ressenti !

Mo · 4 novembre 2015 à 10h26

En somme, de belles retrouvailles avec cet ouvrage que je ne connaissais pas 🙂 Tu donnes envie de le lire !

    Noukette · 25 novembre 2015 à 17h21

    Toi qui voulais lire de la « bonne » littérature érotique, tu ne peux pas faire l’impasse sur cette auteure 😉

Alex-Mot-à-Mots · 4 novembre 2015 à 10h27

Une lecture qui promet d’être intéressante.

    Noukette · 25 novembre 2015 à 17h22

    Ce texte est culte en plus, ne passe pas à côté !

yueyin · 5 novembre 2015 à 07h01

Moi aussi je suis tombé dessus plus ou moins par hasard il y a des années et il m’a causé un certain choc… Je n’avais jamais rien lu de la sorte 🙂 je ne sais pas à quoi je m’attendais note mais pas à quelque-chose d’aussi bon et d’aussi sulfureux

    Noukette · 25 novembre 2015 à 17h22

    Le choc oui, j’ai vécu la même chose ! Et à la relecture… vlan… nouvelle claque !

Gwenaëlle · 5 novembre 2015 à 19h46

C’est très intéressant de voir ton point de vue, avec ce retour vingt ans en arrière… Je ne connais pas l’auteure, mais tu m’as donné envie de découvrir sa plume.

    Noukette · 25 novembre 2015 à 17h23

    Incontournable dans le genre, ce texte a fait couler beaucoup d’encre et on comprend pourquoi…!

L'or rouge · 8 novembre 2015 à 20h06

Je n’ai pas lu ce titre mais un autre dont je ne me rappelle plus le titre, elle était très à la mode quand je l’ai lu, maintenant on en parle beaucoup moins, j’ai gardé un bon souvenir de ma lecture

Moglug · 11 novembre 2015 à 10h28

Je note ! Je cherche justement de quoi rivaliser avec Anaïs Nin ! 😀

Le premier mardi, c’est permis (54) – Mille et une Frasques · 6 novembre 2015 à 07h37

[…] vous, qu’avez vous osé ce mois-ci ? Jérôme et Noukette font dans le classique, Martine file au Québec, Parthenia fait une orgie de […]

La Femme de papier, de Françoise Rey | Cultur'elle · 1 décembre 2015 à 07h01

[…] par Noukette, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *