La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi… – Rachel Joyce

lettre-allait-changer-destin-dharold-fry-arri-L-mitP1a

 

C’est curieux l’effet que peut nous faire une lecture alors même qu’on n’en attend pas forcément grand chose… Le fait est que ce roman m’a prise par surprise, intriguée, émue aussi, si je vous disais que j’ai même eu le coeur serré en le refermant…?

 

Et pourtant… Ce livre peut agacer, par sa lenteur, par son côté il est vrai complètement improbable, par son côté « leçon de vie » et bons sentiments en pagaille. Mais qu’importe. Moi j’ai couru. J’ai marché plutôt, aux côtés de ce bon vieux Harold Fry pourtant pas très folichon au départ il faut bien le dire.

 

Et ça fait du bien.

 

Un mardi donc, Harold, retraité pantouflard, part comme chaque jour récupérer le courrier à la boîte aux lettres. Dedans, une lettre inattendue d’une vieille collègue avec qui il n’a plus aucun contact depuis des années, une collègue qui fut un temps une amie inespérée. A 800 kilomètres de là, Quennie Hennessy lui apprend qu’elle va bientôt mourir. Pour Harold, c’est le choc, le passé, insidieux, lui revient en rafale. 20 ans. Il s’en est passé des choses en 20 ans. Harold s’empresse de répondre à Quennie, il faut faire vite. L’enveloppe cachetée, il sort de chez lui pour se rendre à la boite aux lettres la plus proche. Sa femme, Maureen, continue de faire le ménage à l’étage, bien loin de s’imaginer que celui-ci s’apprête à partir pour un long voyage…

Pourquoi Harold continue-t-il sa route après la première boîte, après la seconde, après toutes les autres…? Lui-même ne le sait pas. La seule chose qu’il sait c’est qu’il doit continuer à marcher. Queenie l’attendra, elle doit l’attendre, elle ne peut pas mourir…

 

Incroyable destin que celui d’Harold Fry, parti poster une lettre et finissant par traverser l’Angleterre à pied, sur plus de 1000 kilomètres, de Kingsbridge tout au sud à Berwick-upon-Tweed à la frontière écossaise… 627 miles… en 87 jours. Sans aucune préparation ni équipement adéquat, seulement chaussé de chaussures de bateau. Sur sa route, il croisera une faune bigarrée, tantôt aimable, tantôt barrée, tantôt juste intéressée, l’éloignant temporairement de sa solitude de marcheur qui finalement lui convient bien. Depuis combien de temps Harold n’a-t-il pas été seul avec lui-même ? Le fait est que ce voyage imprévu est surtout celui de l’introspection : les souvenirs reviennent en pagaille, les bons et les moins bons moments refont surface sans crier gare. Il repense à sa femme, Maureen, avec qui il cohabite plus qu’il ne vit. A l’amour qui semble s’être fané au fil des années, laissant place aux reproches et aux non-dits qui sclérosent le quotidien… Il repense à son fils, David, qu’il n’a pas revu depuis des années et qui lui manque plus qu’il ne saurait le dire…

 

Oui, cette lettre arrivée un mardi changera le destin d’Harold Fry mais bouleversera aussi celui de sa femme, suivant de loin les péripéties de son mari. Une lettre qui sonne peut-être le renouveau d’un couple condamné. Un pèlerinage libérateur. Et une jolie réflexion sur l’amour, le couple et ses aléas… Un beau premier roman…

 

Un grand merci à XO éditions pour cette belle découverte !

 

Les avis de Mya Rosa, Keisha, Mango, Plume, Kathel, Jules, Liliba, Alex, ..

 

Premières phrases : « La lettre qui devait tout changer arriva un mardi. C’était une matinée de la mi-avril comme les autres, qui sentait le linge fraîchement lavé et l’herbe coupée. Rasé de près, en chemise et cravate impeccables, Harold Fry était installé à la table du petit déjeuner devant une tartine de pain grillé à laquelle il ne touchait pas. Par la fenêtre de la cuisine, il contemplait la pelouse bien entretenue, transpercée en son milieu par le séchoir téléscopique de Maureen et limitée sur les trois côtés par la palissade du voisin.

– Harold ! lança Maureen par-dessus le bruit de l’aspirateur. Le courrier ! »

 

Au hasard des pages : « En ville, la ronde des pensées d’Harold s’était figée. Mais, maintenant qu’il était revenu en plein air, les images naviguaient de nouveau librement dans son esprit. En marchant, il libérait le passé qu’il cherchait à éviter depuis vingt ans, et ce passé bavardait et folâtrait comme un fou dans sa tête avec son énergie propre. Harold n’envisageait plus la distance en termes de kilomètres. Il la mesurait avec ses souvenirs. » (p. 115)

 

XO éditions (Septembre 2012)

368 p.

 

 

Une nouvelle lecture

pour le challenge 1% rentrée littéraire !

Challenge 1% littéraire 20125/7

 

Defi-Premier Roman 5/5

Contrat rempli pour le challenge Premier roman

organisé par Anne !

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-la-lettre-qui-allait-changer-le-destin-d-harold-fry-arriva-le-mardi-rachel-joyce-111007380.html

15 commentaires sur “La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi… – Rachel Joyce

    • C’est un roman étonnant dans lequel on rentre sans s’en rendre compte… Tu passeras un joli moment ! Merci de ta visite, j’en ai profité pour visiter ton joli blog que j’ai aussitôt rajouté à mon GR… A très vite ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *