La liste de mes envies – Grégoire Delacourt

La-liste-de-mes-envies.jpg

Ce roman faisait partie de ma liste de « points d’interrogation »… Des avis enthousiastes, des critiques élogieuses dans la presse et sur les blogs… mais aussi quelques jolis coups de griffe comme celui de miss Sara au meilleur de sa forme, difficile de savoir si ce roman allait me plaire. Un roman à lire donc, histoire de voir…

 

Court, léger, La liste de mes envies a rejoint mes lectures estivales, option neurones en vacances et zéro prise de tête. Torpillé en moins de deux heures, je l’ai refermé perplexe et un brin énervée. Grégoire Delacourt a écrit sans nul doute un roman à succès, jouant avec brio sur la corde sensible et les désirs enfouis de la ménagère de moins de 50 ans.

 

Et je me suis ennuyée. Tout ça pour ça…

 

De quoi parle donc ce roman que vous risquez de trouver un bon moment en tête de gondole et très vite adapté au cinéma ? D’une femme simple qui voit sa vie bouleversée par un gros gain à l’euromillions. D’une petite mercière d’Arras qui du jour au lendemain peut s’offrir une vie de rêve et réaliser ses moindres caprices… et qui finalement va hésiter à encaisser un chèque de plus de 18 millions. Parce que l’argent peut tout gâcher, y compris une vie plan plan faite de cruelles désillusions et de déceptions. Parce que finalement, mieux vaut peut-être se contenter d’une vie cabossée plutôt que risquer de tout perdre… Soit. J’ai beaucoup de mal à y croire…

Mal mariée à un homme mal dégrossi avare de sentiments qui trime à l’usine, sans enfants depuis le départ de ses aînés, inconsolable depuis la perte d’une petite princesse qui n’aura même pas ouvert les yeux, Jocelyne a accepté que ses rêves se soient enfuis. Celui de devenir styliste. Celui d’être vraiment heureuse. Mais il y a des « compensations » : la mercerie, son blog « dixdoigtsd’or » au succès inattendu, ses amis les jumelles qui tiennent le salon de coiffure d’à côté… et son mari, qu’elle aime malgré tout. Cette somme tombée du ciel, Jocelyne ne sait pas quoi en faire, alors, pour se faire tout doucement à l’idée, elle fait des listes, des listes de besoins d’abord, pragmatiques, utiles… puis des listes d’envies. Tout ça en cachette de tout le monde, son mari en premier…

 

Ne vous méprenez pas, La liste de mes envies n’est pas une lecture désagréable, non. Il regorge pourtant de toutes ces petites choses qui m’agacent généralement dans un roman. Trop de clichés, de complaisance, trop de philosophie de prisu, un style simplissime et presque froid… à la longue, ça hérisse les poils. Et pourtant, la lecture coule toute seule, c’est simple, trop simple, par moment franchement caricatural mais on se laisse porter, on s’interroge sur le devenir de ce chèque et sur la décision de notre héroïne. On se surprend même à faire des listes de trucs complètement futiles et inutiles et donc rigoureusement indispensables qu’on s’empressera d’acheter si la fée magot nous agitait sa baguette sous le nez… De là à dire que ce roman est un chef d’oeuvre…

Non, vraiment, voilà une lecture qui ne sera pas inoubliable. Une gentille bluette tout au plus qui ne m’a finalement jamais étonnée…

 

Les avis enthousiastes de Clara, Cathulu, Sandrine, Cajou, Sophielit, JosteinA propos de livres, Isa, FransoazMimi Pinson, Aifelle, Bauchette, GambadouAntigone, GéraldineLucie, Jules, Mirontaine, Laure, Sylire, Mrs Peppys, Natiora

 

Sara, Canel, Praline, Noann, Hélène, Brize et Théoma sont des coeurs de pierre…

 

 

Premières phrases : « On se ment toujours. Je sais bien, par exemple, que je ne suis pas jolie. Je n’ai pas des yeux bleus dans lesquels les hommes se contemplent ; dans lesquels ils ont envie de se noyer pour qu’on plonge les sauver. Je n’ai pas la taille mannequin ; je suis du genre pulpeuse, enrobée même. Du genre qui occupe une place et demie. J’ai un corps dont les bras d’un homme de taille moyenne ne peuvent pas tout à fait faire le tour. Je n’ai pas la grâce de celles à qui l’on murmure de longues phrases, avec des soupirs en guise de ponctuation ; non. J’appelle plutôt la phrase courte. La formule brutale. L’os du désir, sans la couenne ; sans le gras confortable. Je sais tout ça. »

 

Au hasard des pages : « A la maison, je relis la liste de mes besoins et il m’apparaît que la richesse serait de pouvoir acheter tout ce qui y figure en une fois, de l’économe à l’écran plat, en passant par le manteau de chez Caroll et le tapis antidérapant pour la baignoire. Rentrer avec toutes les choses de la liste, détruire la liste et se dire que ça y est, je n’ai plus de besoins. Que des envies. Mais ça n’arrive jamais. Parce que nos besoins sont nos petits rêves quotidiens. Ce sont nos petites choses à faire, qui nous projettent à demain, à après-demain, dans le futur ; ces petits rien qu’on achètera la semaine prochaine et qui nous permettent de penser que la semaine prochaine, on sera encore vivants. » (p. 127)

 

Éditions JC Lattès (Février 2012)

186 p.

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-la-liste-de-mes-envies-gregoire-delacourt-109233612.html

34 commentaires sur “La liste de mes envies – Grégoire Delacourt

    • Ecoute… comment dire… je ne voudrais pas te disuader totalement de le lire mais ce n’est peut-être pas une priorité…

  1. Je n’avais pas entendu parler de ce livre (parfois, je dois vivre dans un autre monde), mais ton billet ne me donne pas du tout envie de le découvrir. Déjà, l’histoire ne me dit trop rien … alors si, en plus, il y a plein de clichés, je préfère ne même pas y penser, d’autant plus que ma LAL est suffisamment longue comme ça!

  2. Eh bien, toujours pas lu !! J’aais bien aimé la rencontre en librairie avec l’auteur, à la sortie de celui-ci, et j’ai bien aimé aussi son premier roman « L’écrivain de la famille ». On verra, je laisse passer un peu le temps pour celui-ci… Les avis divergent, en effet !

    • Oui, les avis divergent ! Je suis quand même curieuse de découvrir son premier roman, on ne sait jamais, il pourrait bien me plaire celui là ! 😉

    • Ah non…! Je lui ai déjà donné mon RIB, dommage ! 😉

      Blague à part, ce n’est franchement pas une lecture inoubliable…

    • Non, ça ne suffit pas en effet… J’irai lire tes articles, chouette, un blog que je ne connais pas à découvrir ! 😉

  3. Je me retrouve complètement dans ce que tu écris là! Mes impressions sont les mêmes: « Quoi, ce n’est que ça! » Tellement déçue que pour la première fois en trois ans je n’ai pas eu envie de parler d’un livre à peine terminé!  J’avais déjà ressenti cette impression de creux, de vide, de clichés, en lisant un autre auteur à succès pourtant, Yasmina Khadra et son Olympe des infortunes.  

    • Ah oui, à ce point ? Si je comprends bien, tu ne rédigeras pas de billet sur ce roman…, j’ai bien failli faire de même figure toi ! 😉

    • C’est au contraire le nombre d’avis enthousiastes qui m’avait poussé à lire ce roman… La déception a vite pointé le bout de son nez !

  4. Moi j’ai adhéré à fond ^^ Mais en lisant le billet de Sara, que je trouve un peu caricatural mais bon, elle le fait exprès ;), je trouve qu’elle a mis le doigt sur beaucoup de choses très justes qui m’avaient échappées à la lecture. Et même si subjectivement je ne partage pas ton avis, objectivement tu es dans le vrai 😉

    • Oui, il y a du bon, du moins bon… et du très mauvais dans ce roman je trouve… Mais ce n’est que mon avis ! 😉

  5. J’ai lu cet article plusieurs fois depuis quelques jours… Ca me fait réfléchir… et Je comprends du coup certains point que je n’avais pas aimé, sans avoir pu les exprimer…

    Je suis assez d’accord, cet ouvrage ne me laissera aucune trace. J’aime bien l’article de Sara aussi, parce qu’elle ne fait pas dans la dentelle… C’est vif et bien balancé !

     

    • Oui, Sara met le doigt sur plein de petites choses qui chatouillent à la lecture…! Personnellement, je trouve que tu as fort bien exprimé ce qui a pu te gêner à cette lecture…! 😉

  6. Oui, mais en lisant d’autres avis, parfois on réalise seulement pourquoi on a aimé ou pas. On se dit, tiens, oui, c’est ça, je ne savais pas comment l’exprimer mais une autre a mis le doigt dessus…

    Je t’ai ajoutée à ma liste de liens.

    A+

     

    • C’est aussi la raison pour laquelle je vais à la pèche aux autres avis quand j’ai fini de rédiger mon billet… C’est assez étonnant parfois, toujours intéressant en tous cas…! 😉

    • Non mais franchement, ce n’est pas l’effet que ça t’a fait à toi…? J’assume moi aussi mon côté coeur de pierre en tous cas ! 😉

  7. Voici un avis que j’ai été content de lire, car je me sens souvent un peu seul dans mes critiques , perçues comme trop exigeantes.

    Certes le livre de G Delacourt n’est pas désagréable à lire . Il est même facile et rapide … à lire comme , j’imagine, il l’a été à écrire; jai lu quelque part que le précédent et premier livre de l’auteur lui avait pris beaucoup d’années. Ce deuxième doit être plus proche de sa pratique professionnelle de publicitaire. Ce livre n’est pas sans charme ni tendresse, et tirera bien une larme à des lecteurs, mais l’écriture est en général relâchée: losque, parfois, l’auteur use d’un passé simple ou de l’indicatif avec « après que », par exemple, du coup cela fait bizarre,  voire sonne pédant ! l’auteur a bien conscience de tout cela, et il luiaarrive même de s’excuser après avoir écrit un cliché . Comme l’écriture, le scénario du roman reste modeste, profil bas.

    Bref, un livre facile et sympa, qui fait passer unbon moment de détente;  bien dans une certaine veine actuelle ( voir la philosophie Delerm) mais qui ne restera pas au Panthéon de l alittérature.

  8. Merci, Noukette, de votre réponse à mon commentaire: j’ai effectivement posté un avis un tout petit peu plus long sur le blog « bibioclub » auquel je collabore de temps en temps. Du coup, je ne résiste pas à en profiter pour vous signaler un roman, paru l’an passé et qui, pour moi, est le top de la décennie ( je pèse mes mots): « la Lanterne d’Aristote » de Thierry Laget.

  9. Il y a malentendu: La Lanterne d’Aristote est bien pour moi le plus beau livre depuis des années ( le top, c’est le mieux): cf mon avis sur le blog « BIBLIOCLUB« . Ne vous contentez pas d’en entendre parler: précipitez-vous et dites-nous en des nouvelles!

  10. bon je l’ai lu…pourquoi je nesais pas,ton billet datait et je me souvenais plus du contenu!!bon bein pas conquise non plus et en plus,y a des incohérences incroyables!!il ne la touche plus ,elle est un ballon vide et soudain 20 pages plus tard,ils font top bien l’amour!!non les approximations sur le cul c’est pas possible.

    • De sacrés incohérences oui…! Et des approximations que tu fais bien de souligner, non mais, on ne nous la fait pas à nous hein…?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *