La nuit tombée – Antoine Choplin

La-nuit-tombee  « Il y a eu la vie ici

Il faudra le raconter à ceux qui reviendront

Les enfants enlaçaient les arbres

Et les femmes de grands paniers de fruits

On marchait sur les routes

On avait à faire

Au soir

Les liqueurs gonflaient les sangs

Et les colères insignifiantes

On moquait les torses bombés

Et l’oreille rouge des amoureux

On trouvait du bonheur au coin des cabanes

Il y a eu la vie ici

Il faudra le raconter

Et s’en souvenir nous autres en allés. »

 

Tout ça c’était avant… Avant la catastrophe. Avant l’explosion. Avant les lueurs dans la nuit. Avant l’expulsion loin de chez soi…

Gouri est parti lui aussi. Il habite loin maintenant, à Kiev, avec sa femme et sa fille. Derrière lui, il a laissé des compagnons de galère, des gars qui bossaient avec lui à la centrale de Tchernobyl. Il est devenu écrivain public, alors il écrit des lettres, des courriers administratifs pour des sans-logis, des paumés. Il n’a pas arrêté pour autant d’écrire des poésies, une par jour depuis qu’il a quitté la « zone », et toutes parlent de la catastrophe, parce qu’on ne peut pas oublier une chose pareille..

 

Mais aujourd’hui, Gouri revient. Sur sa moto à laquelle il a accroché une remorque tant bien que mal. Et il est bien décidé à se rendre dans son ancien appartement, à Pripiat, en plein cœur de la zone interdite gardée par la police, une zone qui a depuis été dévalisée par les pillards. Il doit y aller, il a une mission… Récupérer quelque chose dans la chambre de sa fille, et le lui ramener. En chemin, il s’arrêtera à Chevtchenko chez de vieux amis, Vera et Iakov. Iakov lui, est mal en point, il n’a pas eu la chance de son ami Gouri. Chez eux, en compagnie de rares personnes à être restées à proximité de la fameuse « zone », il reviendra sur ce jour d’avril 1986 qui a fait basculer sa vie à jamais…

 

Je découvre avec ce court roman la plume d’Antoine Choplin. Et j’aime. Une écriture simple en apparence, qui ne s’embarrasse pas de fioritures inutiles. Une écriture qui va à l’essentiel et dit le strict nécessaire. Parfois ça a du bon… Une économie de moyens qui colle à merveille à ce récit aux allures de fin du monde qui m’a fait pensé, par certains côtés, à Skoda, un de mes coups de cœur de l’année dernière. Même intensité, même émotion, même réflexion nécessaire sur l’humain et ce qu’il y a d’essentiel. Une écriture sensible qui parle d’un monde défunt qui vit encore durablement dans les souvenirs de tous ceux qui ont vécu de près ou de loin la catastrophe…

Un roman de cette rentrée littéraire de septembre dont on a pas assez parlé à mon sens et qui a logiquement obtenu le Prix France Télévisions 2012 du meilleur roman. Une pépite qu’il est encore temps de découvrir…

 

Les avis de Leiloona, Agathe, Mimi, Cathe, Val, A propos de livres, Cécile, Hélène, Nina

 

Premières phrases : « Après les derniers faubourgs de Kiev, Gouri s’est arrêté sur les bas-côtés de la route pour vérifier l’attache de la remorque. Avec force, il essaie de la faire jouer dans un sens puis l’autre et, comme rien ne bouge, il finit par se frotter les mains paume contre paume, l’air satisfait. »

 

Au hasard des pages : « Au début, quand tu te promènes dans Pripiat, la seule chose que tu vois, c’est la ville morte. La ville fantôme. Les immeubles vides, les herbes qui poussent dans les fissures de béton. Toutes ces rues abandonnées. Au début, c’est ça qui te prend les tripes. Mais avec le temps, ce qui finit par te sauter en premier à la figure, ce serait plutôt cette sorte de jus qui suinte de partout, comme quelque chose qui palpiterait encore. Quelque chose de bien vivant et c’est ça qui te colle la trouille. Ca, c’est une vraie poisse, un truc qui t’attrape partout. Et d’abord là dedans. De son pouce, il tapote plusieurs fois son crâne. Je sais de quoi je parle. » (p. 60-61)

 

Éditions La fosse aux ours (Août 2012)

128 p.

 

Une nouvelle lecture

pour le challenge 1% rentrée littéraire !

Challenge 1% littéraire 20128/14

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-la-nuit-tombee-antoine-choplin-114067782.html

22 commentaires sur “La nuit tombée – Antoine Choplin

    • On l’a fini en même temps dis donc, les grands esprits se rencontrent ! 😉 C’est beau non…? Et je veux un billet, si, si madame !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *