La porte de la salle de bain – Sandrine Beau

salledebainIls se faisaient attendre. Et tous les jours, face au miroir, Mia guettait l’arrivée de ces petits bouts de rien qui commenceraient à se deviner un peu sous le tissu du tee-shirt. Patience. Mia le sentait. La Grande transformation était enfin en marche… Petit à petit, elle devenait une femme. C’était grisant, excitant, un peu effrayant aussi…

D’abord des tout petits pois qu’elle était la seule à voir. Puis des petits œufs au plat. Et c’est là que les choses ont vraiment changé… Les réflexions un peu amusées des adultes, les regards un peu plus appuyés des hommes dans le bus qui mène au collège… et Loyd, l’amoureux de maman, qui se met à entrer dans la salle de bains à chaque fois que Mia est sous la douche…

 

« Moi qui adorais passer des heures dans la salle de bain, à partir de ce moment-là, cette pièce est devenue mon cauchemar… »

 

Et les mots qui ne sortent pas. Cette boule au ventre, chaque soir, quand vient l’heure de prendre sa douche. Ces petits subterfuges pour esquiver ce moment qu’elle appréhende autant qu’elle redoute… Et toujours, ce sentiment de honte qui la ronge, cette peur, lancinante et ce malaise qui enfle…

 

Une collection de romans pour ados plus que précieuse (Lire aussi Vibrations, Trop tôt, Mauvais fils). Des titres courts, forts et percutants qui interrogent le monde et soulèvent des problématiques aussi difficiles que nécessaires. « Des romans pour réfléchir, comprendre, s’émouvoir, se libérer. » Des textes intelligents qui vont à l’essentiel sans en faire des tonnes, sans jouer exagérément sur la corde sensible, tout en restant à hauteur d’enfant.

 

La porte de la salle de bain ne fait pas exception. La voix de Mia est d’une grande justesse, partagée entre le doute et le sentiment diffus qu’il se passe quelque chose qu’elle devrait dénoncer. Un texte comme une mise en garde, une sonnette d’alarme pour mettre des mots, ériger des barrières et dénoncer des comportements qui n’ont pas lieu d’être. Une réussite !

 

Une nouvelle pépite jeunesse que je partage avec Jérôme, comme chaque mardi (ou presque)…

 

Les avis de Enfantipages, Hélène, Leiloona, Liyah, Nadège

 

Le blog de l’auteure

 

 

Premières phrases : « Ça c’est passé le dix-sept octobre, à neuf heures deux, neuf heures trois, par là. Je le sais parce que Maman et Loyd écoutaient la radio dans la voiture et on venait juste d’entendre la trompette qui disait qu’il était neuf heures. Ça m’a fait comme une douleur du côté du cœur, mais pas vraiment là. Juste au-dessus. A l’endroit précis où, un jour, j’aurai les seins qui poussent. C’est ce jour-là, le dix-sept octobre, à neuf heures deux minutes et quelques secondes, que ça a démarré. Le tout début du commencement du départ des seins qui poussent. »

 

Au hasard des pages : « Moi, je n’arrivais toujours pas à sortir les mots qui auraient mis fin à tout ça. J’avais le cœur et la tête prêts à exploser, mais rien ne réussissait à franchir mes lèvres. J’écoutais maman se mettre en colère, j’avais envie de pleurer et la seule chose que j’arrivais à faire, c’était la regarder avec des yeux noirs, lourds de reproche. J’aurais tellement voulu qu’elle comprenne sans que j’aie besoin de raconter ce qui m’arrivait… » (p.47)

 

Éditions Talents Hauts (Octobre 2015)

Collection Ego

95 p.

 

Prix : 7,00 €

ISBN : 978-2-36266-133-4

 

 

pepites_jeunesse

14 commentaires sur “La porte de la salle de bain – Sandrine Beau

    • Je pense qu’une fin positive est tout de même nécessaire dans ce genre d’ouvrage, de là à dire qu’elle banalise la gravité du sujet, je ne pense pas. C’est un roman nécessaire qui trouvera son public je n’en doute pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *