La science des cauchemars – Véronique Ovaldé / Véronique Dorey

science des cauchemars

« J’ai sonné, on m’a ouvert et fait descendre dans le sous-sol, je ne sais pas à quoi je m’attendais mais certainement pas à ce vieil homme albinos affalé dans son fauteuil comme une sorcière plantureuse (il était torse nu), une sorcière dévoratrice qui ne sortait plus depuis des années, et habitait dans une obscurité quasi parfaite.

 

Le sous-sol dans lequel il vivait ressemblait à un souterrain du Pentagone, il y avait des milliers de cassettes dans les étagères de métal, sa gloire en toutes versions, de tous pays.

 

Ce n’est qu’à la fin de notre entretien que j’ai compris ce qu’il attendait de moi. (…)

Ce qu’il voulait c’était me raconter ses cauchemars. »

 

Quand on pénètre dans le nouvel album pour adulte de Véronique Ovaldé, on est un peu comme son héroïne lors de sa première rencontre avec l’énigmatique Roberto Apolinario. Impossible de savoir à quoi s’attendre. On avance sur la pointe des pieds, on regarde autour de soi, on a presque un peu peur de se qui va bien pouvoir surgir d’entre ces pages…

 

Le monde de Véronique Ovaldé est toujours aussi étrange et pénétrant. Un monde à la frontière du réel, surréaliste et hypnotique, profondément sombre et intrigant. On accepte les règles du jeu, subtilement contraint de sortir de sa zone de confort. On est bien dans un univers connu, on retrouve ses repères… mais habilement distordus par une auteur mi ange mi démode…

 

Nous sommes dans une station balnéaire mexicaine sur la côte Pacifique. Une ville désertée, comme morte, habitée par quelques chiens errants et de rares surfers. Une plage sur laquelle va dormir une jeune femme avant de pouvoir trouver de quoi subvenir à ses besoins. Elle trouvera… Écouter un ancien acteur porno aveugle hanté par des cauchemars. Trouver une solution à ces obsessions et ces peurs qui habitent et tourmentent chacune de ses nuits. Et enfin les dissiper…

 

Après Quatre cœurs imparfaits l’année dernière, Véronique Ovaldé s’associe à nouveau avec Véronique Dorey pour un album peut-être encore plus inclassable. Il s’en dégage quelque chose d’assez indéfinissable. C’est à la fois raffiné et effrayant. A l’image des illustrations aussi fascinantes que dérangeantes qui nous font voyager dans les eaux troubles de l’âme humaine…. Un bijou à part !

 

Une expérience de lecture que j’ai à nouveau le plaisir de partager avec ma copine Framboise

 

[slideshow]

 Éditions Thierry Magnier (Septembre 2016)

56 p.

 

Prix : 14,90 €

ISBN : 978-2-36474-939-9

 

 

challenge12016br

19/18

Challenge 3% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout » réussi

chez Hérisson et Léa Touch Book

11 commentaires sur “La science des cauchemars – Véronique Ovaldé / Véronique Dorey

  1. J’avais déjà eu un petit avant-goût dans nos échanges mais là… oui, curieuse, tentée, encore plus intriguée. Bref… je veux découvrir 🙂

  2. Je ne savais pas que Thierry Magnier publiait des albums pour adultes. Je ne suis pas fan d’Ovaldé. Il faudrait que je le trouve à la bibliothèque…

  3. J’adore ces roamns, vraiment, vraiment, vraiment, d’abord l’objet-livre est une merveille et oui, exactement comme tu dis, c’est sortir de sa zone de confort pour vivre une expérience toutafé étrange et fascinante !
    Mais ce que j’aime plus que TOUT c’est lire tout contre toi <3

  4. J’ai lu un roman de Véronique Ovaldé dont j’avais entendu beaucoup de bien (je ne sais plus le titre) et j’ai été totalement hermétique à son univers. Du coup, je n’ai pas vraiment envie de refaire une tentative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *