La succession – Jean-Paul Dubois

la-succession

« Existait-il d’ailleurs d’autres lignées semblables à la mienne, capable de réaliser de pareils scores, de garantir une dégénérescence simultanée sur deux branches séparées, l’une glanée en URSS, l’autre près de la Garonne, et d’accroître sans cesse la qualité et l’inventivité de ses performances ? Car chez les miens, au-delà d’une commune quête macabre, il ne fallait pas oublier le facteur spectaculaire mis en œuvre par chacun d’eux pour sublimer sa fin. »

 

Contrairement à de nombreux lecteurs, je découvre Jean-Paul Dubois avec ce titre, visiblement très différent des précédents, même si l’auteur n’a pu totalement passer sous silence ses obsessions. N’ayant aucun point de comparaison, je me suis délectée de sa plume : écriture vivifiante, humour doux-amer, personnages hauts en couleur, et surtout, équilibre parfait entre la drôlerie de certaines situations et la profonde mélancolie dans laquelle baigne son héros, héritier bien malgré lui d’une « malédiction » familiale qui pèse bien lourd sur ses épaules…

 

Pour fuir la fatalité, Paul Katrakilis s’est éloigné de sa famille curieusement touchée par une vague de suicides. Son grand-père, sa mère, son oncle… tous ont choisi de mettre fin de façon assez spectaculaire à leurs jours. Une bizarrerie de plus à rajouter à leurs agissements aussi farfelus qu’inexplicables auxquels tout le monde avait fini par s’accoutumer avec le temps.

 

« J’avais passé mon enfance à travailler, étudier, apprendre des choses inutiles et insensées sous le regard étrange d’une famille restreinte de quatre personnes totalement déroutantes, déboussolées et parfois même terrifiantes. »

 

Exilé à Miami, Paul fait de sa passion un métier et devient joueur de cesta punta (pelote basque), au grand désespoir de son médecin de père qui le voyait prendre sa suite. Quatre années d’éloignement et de pur bonheur jusqu’à cette nouvelle qui remet tout en perspective : son père est mort, il s’est suicidé. Paul retourne en France, retrouve la maison familiale et les odeurs du passé refont surface, lourdes de secrets enfouis. On échappe difficilement à son destin…

 

La succession, l’auteur n’aurait pu choisir meilleur titre pour ce roman profondément désabusé qui dissèque sans en avoir l’air les liens et les chaînes qui unissent bien malgré eux les membres d’une même famille. Faire partie d’une « lignée », échapper ou non à son héritage… à quel point peut-on réellement choisir sa vie..?

J’ai aimé cet anti-héros à la sauce Dubois, ses tentatives désespérées pour tracer sa propre route, ses échecs et ses petites victoires. Tout ça n’a pas l’air très gai dit comme ça mais l’auteur nous ménage quelques lumineuses éclaircies et autres parenthèses délectables qui rendent cette lecture hautement réjouissante. C’est intelligent, classe, tout ce que j’aime. Nous n’allons pas en rester là vous et moi monsieur Dubois…!

 

Une lecture que je partage avec Jérôme qui lui est un habitué et un inconditionnel de l’auteur.

 

Les avis de Clara, Delphine-Olympe, Jostein, Krol, Mior, Pr Platypus, Valérie, Violette, Virginie

 

Éditions de l’Olivier (Août 2016)

240 p.

 

Prix : 19,00 €

ISBN : 978-2-8236-1025-3

 

challenge12016br

36/18

Challenge 3% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout »

chez Hérisson et Léa Touch Book

21 commentaires sur “La succession – Jean-Paul Dubois

  1. Je viens de lire le billet de Jérôme – j’ai un peu de mal avec ces auteurs qui reprennent à chaque fois la même formule si je puis dire. Bon j’avoue, que même si je vois que l’écriture est sublime, le sujet lui ne me tente pas du tout.
    Et puis ma pàl est en train d’exploser…..

  2. J’ai un peu laissé tomber Jean-Paul Dubois ces dernières années, pourtant j’avais adoré Une vie française mais ensuite, j’ai eu plus de mal… Alors encore une fois il est passé à l’as cette fois-ci mais, on ne sait jamais, si l’occasion se présente plus tard…

  3. Bon, ce n’est pas la olà des grands jours mais vous êtes tout de même enthousiastes ! 😆 J’ai demandé à Jérôme (puisqu’il semble spé en JP Dubois), quel était le titre à lire absolument et je vais peut-être franchir le pas cette année ! 😉

  4. Je ne l’ai toujours pas découvert moi, haha, mais ça se fera, un jour, un jour. En tout cas, le film Le fils, adapté d’un de ses romans, m’a laissé entrevoir son univers, et ça me plaît assez.

  5. J’ai moi aussi découvert cet auteur avec ce roman et j’ai vraiment apprécié ma lecture. J’ai souvent lu que ce n’était pas son meilleur roman, ce qui me poussera sans doute à en lire d’autres de lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *