La vie – Régis de Sá Moreira

La-vie.jpgLa vie n’est pas un roman… C’est au contraire une multitude de romans possibles…

Des instantanés de vies, des petits bouts pris sur le vif, autant de clichés qui mis bout à bout forment une chaîne ininterrompue…

 

D’abord perplexe, j’ai finalement lu ce « roman » d’une traite… Force est de constater pourtant qu’un mois après lecture il ne m’en reste pas grand chose, et pour cause…

 

Régis de Sá Moreira s’amuse, jongle avec les mots et avec les destins de ses personnages. Un concept somme toute original mais qui n’a rien de révolutionnaire. Jeu de cours de récréation, les vies s’additionnent les unes aux autres, les personnages passent devant nous pour être aussitôt remplacés par d’autres et oubliés…

 

On lit La vie le sourire aux lèvres, on rit même franchement parfois… et puis on oublie. A force de rester en surface de toutes ses vies qui se croisent, même reliées par un fil invisible, on finit par s’y perdre. Frustrant ? Oui… Déroutant ? Absolument… Et puis finalement, ce genre de « roman »…, n’importe qui peut l’écrire non…?

 

Les avis contrastés de Jérôme, Théoma, LaureClara, George, Cynthia, Hérisson, Emeraude, MyaRosa, Syl, Cajou, Cathulu

 

Mango a abandonné…

 

Morceaux choisis…

 

« C’est tout mon mari, ça. Les autres hommes partent avec la baby-sitter, lui il veut rester avec. Et moi je vais où ? Je retourne chez ma mère ?..

 

Ah non ! Pourquoi pas dans mon ventre aussi ? Aujourd’hui que je suis enfin seule j’aimerais bien en profiter, j’ai déjà quatre livres en retard pour mon club de lecture, j’ai peur que la présidente commence à s’en douter…

 

Je l’ai su dès que je l’ai vue qu’elle ne tiendrait pas le rythme. Nous sommes des lectrices professionnelles, pas des ménagère romantiques. Même les auteurs ont peur de nos invitations, ils préfèrent se cacher chez eux et envoyer leurs romans à ces connes de blogueuses…

 

Si j’ai envie que le monde entier sache que mon plat préféré est le rôti de porc aux pruneaux, c’est mon droit, non ? Il faut bien s’occuper quand on n’a personne dans son lit… » (p. 13)

 

***

 

« Maudit soit Internet. Avant il y avait la télé, c’est vrai, mais la télé on pouvait l’ignorer, faire l’amour devant même. La télé c’était personne, Internet c’est tout le monde. On n’est jamais entre nous, jamais tranquilles, jamais seuls. Je ne dis pas que c’était mieux avant, je dis que c’est pire maintenant. Si j’avais l’inventeur d’Internet là tout de suite dans ma cuisine, j’attraperais le rouleau à pâtisserie, non, la poêle à frire, et je lui ferais voir ma façon de penser…

 

Pardon, je ne savais pas ce que je faisais. J’aurais mieux fait de sombrer dans l’alcool. Je ne peux plus me regarder en face, je n’ai plus un seul ami, j’ignore par quel miracle mon épouse est encore là…

 

Je l’aime. Il fallait bien que quelqu’un l’aime et c’est tombé sur moi. Je n’ai pas choisi, c’est la vie qui me l’as mis dans les bras, je n’ai pas choisi mais disons que j’ai accepté. Je ne peux pas m’empêcher de penser qu’il vaut mieux aimer un gros con que ne pas aimer un type génial. C’est l’amour qui compte, pas les petites personnalités, sinon il y a longtemps que tout le monde se détesterait. Ou resterait tout le temps seul comme la voisine d’en face… » (p. 86)

 

Editions Au Diable Vauvert (Août 2012)

119 p.

 

Une nouvelle lecture

pour le challenge 1% rentrée littéraire !

Challenge 1% littéraire 201212/14

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-la-vie-regis-de-sa-moreira-116650374.html

13 commentaires sur “La vie – Régis de Sá Moreira

    • Oui, j’ai vu que les avis à sa sortie étaient plutôt enthousiastes… Je ne dis pas que je n’ai pas aimé, mais ce côté « catalogue » devient assez lassant à la longue…

    • Je suis d’accord avec toi, l’auteur s’est amusé et il a bien raison… Après, ce n’est pas ce que j’attends d’un « roman »… Mais je suis prête à poursuivre ma découverte de l’auteur avec un autre titre !

  1. Ce genre d’exercices  présenté comme de la littéarture, non merci bien. Tu as raison, Tout le monde peut y jouer,  entre amis ,  en famille, un jour de pluie, n’importe où, n’importe quand. Ce n’est pas ce que j’attends d’un bon roman! je n’ai pas pu  aller jusqu’au bout!

    • J’ai vu que tu avais abandonné, tu es la seule je crois à ne pas avoir été au bout. J’ai lu ce « roman » sans déplaisir mais en me demandant où l’auteur voulait aller… Ce qui me gêne plus c’est que finalement il ne m’en reste pas grand chose…

    • Sur le coup cette lecture est plutôt agréable… Après, le côté « exercice de style » finit par lasser…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *