Le chapeau de Mitterrand – Antoine Laurain

Le-chapeau-de-Mitterrand.jpg

 

Ne vous privez pas de ce succulent roman, un petit bonbon à laisser fondre doucement sous la langue… 

Le chapeau de Mitterrand fait partie de ces livres inattendus qui cueillent le lecteur dès les premières pages. Point de départ original, plume alerte et pleine d’humour, on ne boude pas son plaisir ! Quand on tourne la dernière page, c’est le sourire aux lèvres, avec déjà des tas d’idées de personnes à qui on a envie de l’offrir. Parce que oui, ce livre doit voyager, de mains en mains, autant que possible, tout comme ce fameux chapeau… Quelle histoire…

 

Daniel Mercier est un anonyme, le genre d’homme qu’on remarque à peine. Un type banal, sans histoires, qui verra sa vie bouleversée par un chapeau. Un chapeau oui, mais pas n’importe quel chapeau, celui de Mitterrand alors président depuis 5 ans. Un banal chapeau de feutre noir qui ne l’est pas tant que ça vu qu’il porte les initiales F. M. imprimés au fer d’or sur sa bande de cuir intérieure…

C’est tout à fait par hasard que Daniel Mercier entre en possession de ce chapeau. Un repas en solitaire dans une brasserie parisienne, un plateau de fruits de mer… et ce voisin surprise qui vient s’installer et dîner tout près de lui, aussi incroyable et irrationnel que cela puisse paraître. Mais ce soir là, c’est Daniel Mercier qui repart de la brasserie avec le chapeau du président sur la tête. Ce n’est pas du vol, non. Le président l’a oublié, il l’a récupéré, voilà tout. Un petit souvenir, un témoignage de cette étrange soirée, c’est tout ce que représente ce chapeau. Sauf que ce chapeau va faire de Daniel Mercier un homme nouveau, un homme différent, confiant, sûr de lui, qui ose… Hélas, lui, le deuxième « propriétaire » du chapeau de Mitterrand va le perdre à son tour… et le chapeau poursuivra sa route. Magique ? Qui sait… Il bouleversera en tous cas des tas d’autres destins, chamboulera et éclairera des vies apparemment toutes tracées, voire même cloisonnées, étriquées… Ah oui, quelle histoire, quelles histoires !

 

Je me suis tout simplement régalée ! Je découvre avec ce roman la plume d’Antoine Laurain et je m’en réjouis ! Le chapeau de Mitterrand s’est vu décerner cette année le Prix Landernerau découvertes et tout récemment le Prix Relay des voyageurs, les lecteurs ne se sont pas trompés ! Il y a quelque chose de formidablement réjouissant à ce plonger dans cette jolie fable. J’ai aimé l’idée de départ, toute simple, j’ai adoré suivre les pérégrinations de ce chapeau et découvrir toutes ces tranches de vies. Bien sûr, Daniel Mercier connaît le véritable propriétaire du chapeau, ce n’est pas le cas des autres « propriétaires » successifs… Et pourtant, ce chapeau, curieusement, leur donnera des ailes… Alors oui, Daniel a pu se persuader du « pouvoir magique » de ce chapeau, mais les autres…?

Et puis oui, j’avoue, j’ai adoré me replonger dans cette époque des années 80, quel agréable bond dans le passé ! Culture, politique, musique, publicité, mode, télévision…, j’ai pris un plaisir fou à revivre tous ces souvenirs ! Rassurez-vous, on est bien loin du catalogue indigeste visant à titiller la nostalgie des trentenaires. Antoine Laurain a du talent, de l’humour et manie fort bien l’ironie. C’est intelligent, pétillant et véritablement inattendu, à l’image de cette fin en forme de pirouette qui boucle la boucle de bien belle façon. Jubilatoire !

Monsieur Laurain, je vous sais insomniaque… Je croise les doigts pour que vos courtes nuits de sommeil donnent bien vite naissance à un nouveau petit bijou aussi jouissif que celui ci…! En attendant, pour calmer l’impatiente que je suis, je m’en vais me procurer au plus vite vos trois autres romans…

 

Les avis de Stéphie, Leiloona, Liliba, Mango, Géraldine, la Pyrénéenne, Cécile, Ys, Emeraude, Jostein, Daniel, Cryssilda, Sophie, Sophitlit, Cathulu, Emma

 

Le blog de l’auteur

 

Premières phrases : « Daniel Mercier monta les escaliers de la gare Saint-Lazare à rebours de la foule. Des hommes et des femmes descendaient autour de lui, attachés-cases dans la main et même valises pour certains. Ils avaient le même front soucieux et la démarche rapide. dans la cohue, ils auraient pu le bousculer, mais il n’en fut rien, bien au contraire il lui semblait que tous s’écartaient sur son chemin. »

 

Au hasard des pages : « Le chapeau. Lui seul était responsable des derniers évènements qui bouleversaient son existence. Daniel en était persuadé. Depuis qu’il le portait, sa seule présence l’immunisait contre les tourments de la vie quotidienne. Mieux encore, il aiguisait son esprit et le poussait à prendre des décisions capitales (…) Il le sentait obscurément, quelque chose du Président était resté dans ce chapeau, sous une forme immatérielle, peut-être de l’ordre de la microparticule, mais cette chose portait en elle le souffle du destin. » (p. 43)

 

Éditions Flammarion (Janvier 2012)

211 p.

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-le-chapeau-de-mitterrand-antoine-laurain-106539193.html

18 commentaires sur “Le chapeau de Mitterrand – Antoine Laurain

    • Que de compliments…, merci ! 😉 Blague à part, c’est vraiment un très bon roman, j’ai passé un excellent moment et je te le recommande !

  1. Bel été à vous mes très chères lectrices et merci pour cette belle critique sur le blog. Amitiés. A bientôt dans un autre roman.  A.L

     

     

    • Merci à vous cher Antoine… Ce commentaire de nuit me va droit au coeur…! L’insomnie vous va bien…, continuez d’écrire, vite, vite ! J’ai hâte de vous lire encore ! 😉 Votre roman est un vrai cadeau, son succès est mérité…! Belle nuit à vous…

    • Je suis allée à la médiathèque tout à l’heure, ils n’avaient aucun titre de lui ! Je leur ai gentillement suggéré de réparer cet oubli très vite, non mais ! 😉

  2. évidemment, je l’ai acheté, evidemment je me suis régalée… merci ma belle pour ce joli moment … et m’en vais farfouiller dans tes dernières trouvailles littéraires pour me trouver un ptit rien ! du baiser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *