Le fil – Sophie Lemp

le filA quoi tient une vie ? A ces instants partagés, ces moments de joie presque banale, ces petits riens du quotidien qui font la trame des souvenirs… 

 

Des réminiscences d’un bonheur simple et vrai, presque impalpables sur l’instant, qui rejaillissent des années plus tard et n’en deviennent que plus précieuses. C’est le cadeau inestimable que recevra Sophie à la mort de sa grand-mère. Trois carnets dans lesquels elle a consigné tous ces petits instants magiques depuis la naissance de sa petite-fille, trois carnets pour dire l’amour, la tendresse, la complicité… et tellement plus encore. Pour que rien jamais ne s’efface, pour que demeurent les traces, intactes, de ces fulgurances de bonheur vrai. Pour que le fil continue à se dérouler…

 

« Tu vois quand on vieillit, le passé revient souvent en mémoire, et il y a comme une espèce de fil conducteur qui vous mène de l’enfance à la vieillesse, ce fil, ce quelque chose qui fait que nous sommes « nous », un être unique entre tous les autres, j’ai l’impression que c’est ce qui restera et sera dans notre éternité. »

 

Se souvenir des jolies choses. Si essentiel finalement. Des souvenirs qui construisent, apaisent les craintes, aident à affronter les lendemains et à vaincre les peurs qui nous empêchent d’avancer. Des souvenirs béquille, des souvenirs baume au cœur qui aident à grandir et à avoir confiance en l’avenir. Des provisions d’amour pour canaliser le chagrin et supporter l’absence…

 

Difficile de parler de ce formidable premier roman tant il semble si personnel et si profondément intime. On y entre sur la pointe des pieds tant on se doute qu’il fera remonter à la surface ses propres souvenirs… mais très vite l’émotion submerge, malgré le bouclier qu’on tente vainement de brandir. Tout sonne juste, tout sonne vrai. Le fil, c’est un livre sur le temps. Le temps qui passe, le temps du deuil, celui qui mène doucement de la douleur à la consolation. Le temps qu’on voit défiler et qu’on aimerait pouvoir ralentir…

 

Le fil est un texte bouleversant qui parle de la mort, de l’amour, de la famille, de la vie aussi. Le lien qui y est décrit est le plus beau qui soit… Sophie Lemp nous offre un premier roman qui ne ment pas, pudique, émouvant. Simple et essentiel…

 

 

Les avis de Charlotte, le petit carré jaune

 

 

Premières phrases : « Son visage penché vers moi, souriant, son regard bienveillant, le col de son chemisier boutonné, sa peau douce, ferme, peu ridée. Elle est petite, porte des lunettes dont les verres foncent au soleil, ses mollets sont galbés, sans varicosités. Elle marche d’un pas alerte, a souvent les mains et les pieds glacés. Elle prend le métro, retrouve sa cousine dans des salons de thé, va au cinéma, déjeune avec ma mère « aux magasins ». Je l’appelle presque chaque soir. Elle semble toujours d’humeur égale, ne se plaint jamais de rien. Parler avec elle, sentir qu’elle m’écoute avec une attention sans faille, m’apaise. Elle est ma colonne vertébrale, mon repère. »

 

 

Au hasard des pages : « A la première lecture, j’avais aimé la simplicité de ces trois carnets, le quotidien qu’ils décrivaient. Le récit de nos journées ensemble, les petits et les grands évènements de sa vie et de la mienne. Tous ces souvenirs, livrés ainsi, me bouleversaient. En les relisant, je découvris qu’ils étaient aussi emplis de petites phrases sur la vie, glissées ça et là comme autant de clés et de pistes de réflexion. Aujourd’hui je me dis que dans ces carnets, il y a tout ce qu’elle m’a apporté. » (p. 54)

 

 

Éditions de Fallois (Mai 2015)

93 p.

 

Prix : 15,00 €

ISBN : 978-2-87706-891-8

24 commentaires sur “Le fil – Sophie Lemp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *