Le lynx – Silvia Avallone

le_lynx.jpg

 

La nuit, les routes deviennent le domaine de Piero… A bord de sa grosse cylindrée volée, il avale le bitume avec la sensation d’être enfin libre, vivant. Tout vaut mieux que de se retrouver chez lui aux côtés de sa femme qui a depuis des années cessé de l’être. Lassée de sa vie de petit malfrat, des arrestations et de tout le reste, Maria a fini par se réfugier dans la religion et le point de croix, pour tenter d’oublier cet enfant qu’elle n’aura jamais eu…

 

Piero, lui, aime sa vie. Et voler, c’est sa vie. Quelque chose qui lui donne enfin l’impression d’exister, sans doute la raison pour laquelle il ne cache jamais son visage lors de ses braquages… Tant mieux si on se souvient de lui.

 

Mais ce soir là dans le restoroute dans lequel il s’arrête, il n’est pas seul avec la caissière comme il le croit. C’est sans compter le môme blond assis sur le rebord du lavabo des toilettes à lire une BD en fumant une clope. Un môme oui, 17 ans tout juste, qu’est-ce qu’un môme de cet âge peut bien faire dans un restoroute à une heure et demi du mat’ ? Un ado paumé à la beauté atypique et insolente qui l’attire comme un aimant. Et qui bouleversera tous ses plans.

 

Étrange l’attraction que peut procurer ce tout petit roman. Étranges aussi tous les non-dits et tout ce qu’on croit lire entre les lignes. Qu’importe si cette curieuse amitié n’en est pas vraiment une. Qu’importe finalement de savoir ce qui lie ou pas ces deux hommes cabossés…

L’histoire est belle, jamais malsaine, et changera à jamais ce bon gros macho de Piero, finalement plutôt antipathique. Andrea l’androgyne, encore empêtré dans une adolescence bancale et insolente, pas encore un homme mais pourtant sûr de son pouvoir, fera tout basculer. L’air de rien. A quel jeu joue Andrea ? Comment expliquer cette curieuse emprise qu’il exerce sur un Piero qui se croit invulnérable, intouchable ? Difficile à dire…

Une seule chose est sûre : Le lynx est un petit roman subtil et maîtrisé dont on tombe instantanément sous le charme…

 

Un petit bijou insaisissable repéré chez Jérôme. Les avis de Clara, Mélo, Hélène

 

Premières phrases : « Ils se rencontrèrent pour la première fois dans un restoroute, en pleine nuit. Une de ces nuits, toutes pareilles, qui flottent lourdes comme du pétrole sur la lande silencieuse entre Novara et Vercelli. »

 

Au hasard des pages : « Piero avait l’impression que le souffle régulier du garçon se confondait avec le ronronnement du moteur. De temps en temps il le regardait, à la dérobée, comme gêné. Sa tête blonde ébouriffée, ses lèvres entrouvertes. Et tout ce métal sur la figure, il comprenait pas ça. On aurait dit une fille à qui un coup de poing dans la tronche aurait déformé les traits : des pommettes asymétriques, un nez de travers et partout des petites cicatrices blanches. A le regarder, il avait des picotements dans le ventre. Assister au sommeil de quelqu’un, c’est trop intime comme spectacle. Et là, dehors, tout était froid, et vide. » (p. 19-20)

 

Éditions Liana Levi (Août 2012)

Collection Piccolo

59 p.

 

Une nouvelle lecture

pour le challenge 1% rentrée littéraire !

Challenge 1% littéraire 20123/7

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-le-lynx-silvia-avallone-110162191.html

19 commentaires sur “Le lynx – Silvia Avallone

    • Ah misère… Je suis d’une nullité crasse en tags… Je crois que j’ai des cadavres de tags sous mon tapis ! Bon, je ne te promets rien hein mais merci d’avoir pensé à moi ! 😉

    • Oui, c’est plus une nouvelle qu’un roman c’est vrai… Du coup, il y a une vraie puissance dans ce récit je trouve ! Très envie de lire D’acier du coup !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *