L’élixir d’amour – Eric-Emmanuel Schmitt

L'élixir d'amour

 

Une éternité que je n’avais pas lu cet auteur, ce roman signe donc mes retrouvailles avec Eric-Emmanuel Schmitt.

 

Englouti en moins de deux heures il y a une dizaine de jours, je dois avouer qu’il m’en reste malheureusement peu aujourd’hui. Pourtant, c’est ce qu’il me fallait : une lecture courte, légère et divertissante.

Le roman est très court, effectivement, basé uniquement sur un échange de lettres entre les deux personnages principaux. C’est cette idée d’une relation épistolaire un peu particulière qui m’a attirée au départ. Une romance moderne, une réflexion sur l’amour et ses aléas, c’est ce que j’attendais en me lançant dans cette lecture. Et là, c’est plutôt léger…

 

Adam et Louise se sont aimés pendant 5 ans, puis quittés. Si Adam vit à Paris, Louise vit désormais à Montréal. C’est Adam qui est à l’origine de cette correspondance : « Louise, si tu m’écoutes, bonjour. Si tu ne m’entends pas, adieu. Selon ta réaction, cette lettre constituera le début ou la fin de notre correspondance. » Adam est persuadé qu’une amitié sereine est possible entre eux, comme si cette nouvelle relation était la suite logique de leur amour. « Quand un sentier se termine, un autre se profile. D’amants, devenons amis. Pourquoi pas ? Entre nous l’amitié n’a jamais existé. »

Pour Louise, l’exercice semble insurmontable, et au départ absolument inenvisageable. Pourtant, c’est elle qui a mis fin à leur histoire. Et cette histoire, maintenant, est derrière elle… du moins en apparence. Les lettres se multiplient, les ex-amants se souviennent, parlent d’amour, de désir, de sexe, d’infidélité, de caprice des corps et d’envies contrariées. L’amour peut-il se provoquer ? De quoi naît l’attirance et le sentiment amoureux ? Peut-on dissocier sexe et amour…?

 

Bon, vous voyez à peu près de quoi je parle… Pas grand chose de nouveau sous le soleil, et la plume agréable de E.E. Schmitt n’y change rien. Rien de franchement percutant, malgré quelques phrases qui claquent et quelques bon mots… Et puis surtout, impossible pour moi de m’attacher un tant soit peu aux personnages. Adam est une caricature à lui tout seul, cumulant, le pauvre, toutes les tares masculines. Lâche, misogyne, menteur, imbu de lui même et extrêmement sûr de lui, ça fait beaucoup pour un seul homme non…? Un homme qui a néanmoins le sens de la formule et sait à merveille noyer le poisson. Quant à Louise, elle semble presque transparente…

 

Reste que ce roman se lit tout seul, et je ne peux pas nier avoir passé un bon moment. Mais bien trop court… Il y avait de belles idées. Et puis j’aime moi, quand on parle d’amour… Et j’aime bien E.E.Schmitt. Sauf que je m’attendais à quelque chose de plus piquant. La joute verbale entre les deux anciens amants est certes enlevée mais semble cousue de fil blanc. Cette conversation réserve pourtant son lot de surprises et quelques petits retournements de situations plutôt bien vus. Pas suffisant pour rendre cette lecture inoubliable…

 

 

J’ai embarqué mon complice Jérôme dans cette lecture commune, mon petit doigt me dit qu’il ne va pas être tendre…

 

 

Les avis de l’Irrégulière, Sylire, Val

 

 

Morceaux choisis : « Adam,

Tu as du charme, un corps souple, des épaules sécurisantes, tu sens bon, ta main chaude électrise le bras qu’elle frôle, ta galanterie honore les femmes, ta compagnie plaît par sa culture mêlée d’humour, tes yeux savent signifier le désir en flattant celle qu’ils fixent et tu te révèles un excellent amant, mais ces qualités, quoique nombreuses, sont résistibles, mon cher, même si celle qui t’écrit ne sut s’en protéger naguère. N’imagine pas que toutes mes amies auraient voulu prendre ma place… Qu’est-ce qui te ferait triompher ?A part une fatuité hors du commun… Une ancienne victime. » (p. 43)

 

« Ma chère Louise,

Notre liaison a cessé de durer parce qu’elle durait. Le temps n’est pas l’allié de l’amour, il ne favorise que l’amitié. Lorsqu’on rencontre de vieux mariés dont les corps ont moins soif de volupté, on suppose que l’accoutumance assèche l’envie, mais je crains qu’il s’agisse d’un tarissement autrement grave : l’attachement élimine l’ardeur. Plus le lien croît, plus il quitte l’épiderme. Quelle traîtrise insidieuse ! Alors que l’attrait conduit les amants à se cajoler, s’embrasser, s’unir, l’affection mutuelle évince peu à peu le contact. L’amour vient par la chair puis l’écarte. » (p. 107)

 

 

Éditions Albin Michel (Avril 2014)

120 p.

 

28 commentaires sur “L’élixir d’amour – Eric-Emmanuel Schmitt

  1. Je n’aime pas bien EES. A une époque, j’aurais bien fait un autodafé avec tous les exemplaires de « Oscar et la dame rose » tellement tout le monde en parlait les larmes aux yeux alors que c’est aux miens un des pires livres que j’ai lus dans ma vie…

  2. mouais… j’ai lu un bon Schmitt dernièrement mais j’ai l’impression que c’est plus c’est récent, moins c’est bon… et dieu sait que j’ai encore de ses romans dans ma PAL!!!

  3. J’aime beaucoup EES, et ce texte m’a touchée mais je pense qu’il repose beaucoup sur le « non dit » justement (ce qui, je le concède, peut paraître embêtant pour un romancier…)

  4. oh mince alors, j’aime aussi bcp EES et j’avais pris plaisir à le retrouver avec les nouvelles « les deux messieurs de Bruxelles » mais là je vais passer mon chemin du coup, effectivement rien de nouveau. Il faudra réussir à re-convaincre Jérôme 🙂

  5. Je rejoins Sandrine (plus haut) dans ce qu’elle dit de Oscar et la dame en rose. Le seul livre que j’ai lu de EES; ça m’a dégoûtée, alors je ne suis certainement pas objective et devrait retenter une expérience de lecture. Mais pas avec ce titre

  6. Suis pas sûre qu’E-E Schmitt en pseudo philosophe de l’amour me tente beaucoup… Pas vraiment fan de cet auteur qui bâcle un peu ses livres je trouve.

  7. J’étais également intriguée par cet échange épistolaire. On me l’avait proposé, j’avais accepté et puis je n’ai plus jamais eu de nouvelles de l’éditrice malgré mon 2ème mail. Apparemment j’ai donc eu de la chance 😛
    Moi qui pensais retrouver ce que j’aimais avant chez cet auteur, je crois que ce n’est pas encore pour demain 🙂

  8. J’ai lu tout à l’heure l’avis de Sylire, voilà bien longtemps que je n’ai pas lu cet auteur, je ne sais pas si je lirai celui-ci, dans tous les cas, j’en ai un dans ma Pal mais je ne sais plus lequel….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *