Les filles d’Eve – Frédérique Martin

67-COUV FILLES.aiUne foire aux bestiaux. On reluque l’animal, on tâte, on soupèse, on évalue. Les blondes d’Aquitaine côtoient les Normandes et les noires de Vendée, les éleveurs mettent en avant leurs meilleurs spécimens, les acheteurs se laissent séduire, hésitent, discutent les prix, cherchent la bonne affaire. Les badauds, eux, se rincent l’œil devant ce qu’ils savent ne pouvoir s’offrir…

 

Une banale foire aux bestiaux. Bientôt, le président viendra y faire une apparition rituelle et attendue, félicitera les éleveurs et flattera quelques croupes. Reste à contenir les dissidents qui s’insurgent et souhaitent la libération des « bêtes »…

 

Caméra à l’épaule, le reporter a du mal à rester insensible. Il ne peut s’approcher de ces croupes, se repaitre de l’odeur si particulière et devenue si rare de ces femmes parquées là… Les femmes. Leurs effluves enivrantes, leurs courbes lascives, cette fièvre qu’elles font monter. Les femmes. Cette race en voie de disparition. Les femmes, « contenues » pour leur bien et pour celui de l’humanité. Et dire qu’avant elles étaient gratuites, offertes, à portée de main… Dans la chaleur de la foule, le caméraman déambule, fasciné, frustré… excité. Dans la chaleur de la foule, il ne peut que sentir la tension monter autour de lui…

 

Étonnante Frédérique Martin ! Sous couvert d’une nouvelle érotique de haute voltige, l’auteure aborde avec humour et une sacrée dose d’audace un sujet qui n’a rien de léger. Dans ce monde qu’elle imagine, les femmes sont devenues des esclaves soumises au désir sexuel des hommes prêts à payer le prix fort pour se les offrir. Dans ce monde, les femmes, privées de leurs libertés, asservies, exploitées, vendues comme du bétail, préparent leur révolte en silence…

 

Tension sexuelle, descriptions qui donnent le vertige, écriture ciselée qui ne donne pas dans l’esbroufe, Frédérique Martin va à l’essentiel et laisse son lecteur K.O. Un texte engagé, original, sensuel, vibrant, qui fait plus qu’émoustiller tout en donnant matière à réfléchir… J’ai adoré !

 

 

Une pépite découverte chez Stephie, merci mille fois miss ! L’avis de Yv

 

 

Premières phrases : « Parfaite. » Claque et mot sont assénés en même temps. Satisfait, l’homme laisse sa paume sur la croupe blanche. Caméra sur l’épaule, le reporter zoome sur les doigts, avant de remonter le long du bras jusqu’au visage glabre en plan serré. »

 

Au hasard des pages : « La tragique raréfaction du sexe féminin avait conduit les gouvernements à prendre des mesures draconiennes pour éviter sa disparition. Au début, cela n’avait pas été sans mal. Les enragées ne voulaient pas se laisser mater. Leurs pères et leurs maris les avaient mal habituées. Des droits de l’Homme, on avait glissé vers les devoirs de la Femme. Il avait fallu en sacrifier beaucoup pour tenir les autres. Contrôler les naissances, rééduquer les filles en bâillonnant leurs mères, séparer les familles. Au bout de quelques décennies et pas mal de dégâts, elles avaient fini par se calmer. Le chef de l’État et les autres ont agi pour leur bien à toutes et pour la sauvegarde de l’espèce. L’Histoire leur donnera raison, il n’en doute pas. » (p.15)

 

 

Éditions de L’Atelier In8 (Mai 2012)

Collection Porte à côté

32 p.

 

Prix : 4,00 €

ISBN : 978-2-36224-027-0

 

 

Mardi c'est permis

 

Tous chez Stéphie !

 Et vous, qu’avez-vous lu d’inavouable ce mois ci…?

16 commentaires sur “Les filles d’Eve – Frédérique Martin

  1. Bonjour Noukette et bonjour à vous toutes et tous. En effet, ce texte est avant tout politique, l’érotisme est un prétexte. Détourner les genres et mettre un enjeu là où on attend autre chose, c’est jouissif pourrait-on dire 🙂 Merci Noukette pour cette sacré chronique. Je transmets à la maison d’édition et j’espère qu’il la partageront de leur côté.

    • C’est moi qui vous remercie…! Vous continuez de m’étonner, de lecture en lecture… et je ne m’en lasse pas ! Je vais m’empresser de lire vos autres nouvelles, L’écharde du silence m’attend sur mes étagères, je m’en réjouis !

  2. Un texte très bien ; on peut aussi acheter le coffret avec trois autres nouvelles érotiques de trois autres auteurs, plutôt pas mal dans l’ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *