Les reliques – Jeanne Benameur

Les-reliques.jpgLire un roman de Jeanne Benameur est vraiment une expérience à part. Quand ma libraire m’a annoncé la sortie en poche de ce titre, je n’ai même pas pris la peine de lire la quatrième de couverture pour savoir de quoi il était question. Le soir même j’ouvrais ce court roman que j’ai lu d’une traite… Nouveau Benameur, nouveau coup au coeur, je crois même que Les reliques m’a encore plus marquée que Les demeurées, c’est dire ! On y retrouve cette écriture si souple, si profonde et si belle, chaque phrase vous transporte, c’est lumineux !

 

« Quand on se réveille,

c’est toujours comme si rien n’était encore arrivé ».

 

 

Hésior le magicien,  Zeppo le clown, Nabaltar le soigneur de fauves… Trois hommes unis par le souvenir d’une femme aimée, trois vies cabossées sur qui le temps n’a plus de prise depuis la mort de Mira, la « femme de l’air ». Depuis, le temps s’est arrêté, la montre d’Hésior indique une heure fixe pour toujours, les aiguilles ont stoppé leur course folle, à quoi bon ? Débarqués par le cirque qui les embauchait, les trois hommes habitent une vieille cabane de chantier près d’une décharge. Leur seul trésor, c’est ce coffre de bois enfoui sous la terre, dedans, ce qui leur reste de Mira la trapéziste, un costume de scène, des ballerines usées De temps en temps, quand le besoin se fait trop fort, il déterrent leurs souvenirs et fabriquent des fausses reliques qu’ils enterrent à leur tour dans des endroits choisis avec soin. Non, Mira n’est pas morte, elle vit derrière leurs paupières fermées quand ils dorment, dans chacun de leurs gestes, dans leurs silences ou leurs chants. Mira était insaisissable, un souffle qui passe qu’on ne peut garder, une amante volage et passionnée. Hésior, Zeppo et Nabaltar l’ont aimé totalement, intensément, aujourd’hui encore, Mira vit en eux

 

Mon dieu que c’est beau ! Une fois de plus, j’ai été totalement embarquée par la plume magique de Jeanne Benameur. Oui, Jeanne Benameur est une magicienne, sinon, comment expliquer cette puissance à chaque phrase, cette intensité dans chaque mot ? Cette histoire d’amour fou est tout simplement splendide, les personnages sont émouvants, troublants, comment survivre à la mort de celle qu’on a aimé ? Par moments, on a l’impression de lire un conte, pourtant, l’histoire est triste et irrémédiablement sombre, l’issue est même tragique. Comment oublier Nabaltar qui disparaît la nuit pour confier sa peine aux arbres ? Comment oublier Zeppo qui pénètre dans les maisons pour « remettre » à l’endroit les albums de photographies, pour éviter la mort, « on commence par la fin et on remonte. C’est tout. C’est simple. » Comment oublier Hésior, sa montre arrétée, son « désaccord avec le temps » ? Comment oublier Mira, entre ciel et terre, virevoltante et magnifique ? Ce roman laisse des traces, c’est un petit miracle, ne vous en privez pas !

 

Les avis de Pascale, Antigone, Bellesahi, Libouli, Krol

 

Premières phrases : « Ils sont trois. Ils sont vieux. Dans le camion brinquebalant sur la route de campagne, pas d’autre chaleur que celle de leurs corps. Il n’y a plus qu’à s’y tenir. Doigts engourdis pressés sous les bras, les deux à l’arrière sont empaquetés dans le sommeil. Le troisième, à l’avant, près du chauffeur, dos dressé à l’équerre des jambes maigres, scrute. Il fallait voir tout ce blanc quand ils sont arrivés. On ne voyait plus ni maison ni route ni bord de la route. Tout était pareil. C’est ce que s’est dit Hésior sans baisser les paupières. Ca y est. Il n’y a plus de bord. La neige avait tout recouvert. Les pancartes, les noms sur les pancartes, tout avait disparu. Dans le blanc. On ne pouvait plus rien nommer. C’était étrange ce sentiment de blanc jusqu’à l’intérieur du crâne. Là non plus on ne pouvait plus rien nommer. »

 

Au hasard des pages : « L’amour c’est une forêt autour d’une clairière. Les arbres sont serrés. Ils protègent. De quoi ? Au centre, il y a toujours un trou. Et que le soleil pénètre ou que la neige recouvre, cela n’a pas d’importance. Chaque arbre de la forêt est lié au vide qu’il protège. De loin, de très loin parfois. Peut-être les arbres ne poussent-ils que pour ça ?

Il y a dans le monde des hommes qui marchent seuls le long des routes. Ils sont de ces pauvres que rien jamais ne pourra abriter. Ils portent en eux cet amour là que personne n’approche. On les prend pour des dupes. Leur ignorance n’est pas là où on le pense. Ils savent l’élan. Ce qu’ils ignorent, c’est la boussole. Mais pour le reste, ils voient, ils entendent, ils savent. Et ils acceptent. Il n’y a pas d’histoire. L’maour ne fait pas d’histoire. » (p. 51-52)

 

Éditions Actes Sud (Mars 2011)

Collection Babel

101 p.

Paru précédemment aux éditions Denoël (Avril 2005)

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-les-reliques-jeanne-benameur-73267074.html

14 commentaires sur “Les reliques – Jeanne Benameur

    • Oh oui ! J’ai adoré tout ce que j’ai lu d’elle, Laver les ombres, Les demeurées, Les insurrections singulières… J’ai prévu de tout lire ! 😉

    • Comment ???? Mais il faut très vite rémédier à ça !!! Je te conseille aussi Les demeurées ou Laver les ombres. J’ai aussi adoré son dernier !

  1. Je usis tout à fait d’accord avce toi ! Lire Jeanne Benameur, c’est accéder à des moments rares et privilégiés…

    On se coupe du monde, on est dans une bulle : en phase avec son écriture, ses personnages.

    Je vais l’acheter car je sais que je lirai et relirai ce livre !

    • Ce n’est pas loin d’être aussi mon préféré maintenant !! J’ai adoré Les insurrections singulières, à lire de toute urgence !!

    • Quelle chance tu as d’avoir encore à la découvrir, c’est une expérience à part de lire du Jeanne Benameur…

    • Ahhh, Benameur, c’est tout bon ! Les demeurées ou Les reliques, deux petits livres très forts… Sinon, j’ai beaucoup aimé Laver les ombres et son dernier Les insurrections singulières. Mais je ne suis pas objective ! 😉 Belle découverte à toi !

  2. suis dedans, là, tout de suite ! me disais, plus fort que « Les demeurées » ????
    je suis entrain de vivre cette histoire, ciel com c’est bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *