l_immeubledesfemmescouvAvec l’été arrivent les envies de lectures-doudou, de celles qu’on déguste tranquillement alanguie dans un transat les doigts de pieds en éventail. L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes me paraissait idéal dans le genre roman « light ».

 

De fait, c’est léger, très léger… Les pages se tournent toutes seules, on a l’impression de dévorer le roman en question, et au final… il n’en reste pas grand chose. Typiquement le genre de roman « périssable » à consommer sur place, on a l’impression d’être rassasié… et on se précipite dès la dernière page tournée sur le bon gros pavé consistant qui nous fait de l’œil depuis des lustres.

 

Pas inoubliable donc, pas une punition non plus. On sourit, on note quelques petites phrases de ci de là, on se plait à suivre ces femmes en mal d’amour, on se reconnait un peu dans chacune d’entre elles et on se dit que ma foi elles feraient une belle bande de copines avec qui papoter autour d’un cocktail ou d’un bon repas. Et après tout, ce n’est déjà pas si mal…

 

L’idée de départ est originale, plutôt cocasse et très cinématographique. Un immeuble où ne vivent que des femmes. Délaissées, mal aimées, paumées, en colère, revendicatrices ou revanchardes, une poignée d’irréductibles qui ont décidé de tirer un trait sur l’amour après des échecs cuisants avec la gente masculine. Point d’homme dans cet immeuble, aucun, c’est la règle dictée par celle que toutes appellent la « Reine ». Même pas un fiston qui rendrait visite à sa vielle mère ou un gentil frangin. Le seul mâle de la maisonnée est un chat surnommé Jean-Pierre… Le plombier se doit d’être une femme, le postier aussi, et évidemment les éventuels amants de passage restent à la porte. Ce qui est loin d’enchanter la nouvelle arrivante, qui elle, est loin d’avoir renoncé à l’amour… et encore moins aux hommes.

 

Voilà, on passe un bon moment mais on passe vite à autre chose. Les clichés attendus sur les hommes et l’amour sont tous ou presque au rendez-vous, c’est un roman très féminin, écrit par une femme, pour les femmes… et ça se sent. Un peu trop sirupeux à mon goût pour en faire le roman « feel-good » de l’été. Nul doute qu’on le croisera pourtant moult fois dans les sacs de plage…

 

 

Les avis contrastés de Antigone, Argali, Faelys, Leiloona, Païkanne

 

 

Au hasard des pages : « Juliette est heureuse de se joindre aux activités des abeilles. Dès les premiers jours, elle a eu envie d’appeler comme ça les habitantes de la Casa Celestina, peut-être à cause de la Reine, qui vit au dernier étage comme dans une ruche. Elle est ravie de les accompagner au cinéma, au marché, d’apprendre le nom des légumes oubliés avec Rosalie ou Simone, d’aller dire bonjour à Giuseppina sur son stand aux Puces. Elle aime l’odeur du pain grillé et les cris des mouettes dans la cage d’escalier. Ça lui plaît de rentrer le soir dans une maison habitée et de passer ses dimanches à bourdonner. Mais ça ne tient pas chaud la nuit. » (p. 157-158)

 

 

Éditions Michel Lafon (Mai 2014)

256 p.

 

Challenge premier roman

Nouvelle participation au challenge Premier roman

chez Fattorius !


48 commentaires

Cajou · 4 juillet 2014 à 02h10

Mouais…. light c’est sympa en été…. mais ça me semble tout de même trop light à mon gout ^^ Je passe mon tour…
Des bisous !

    Noukette · 4 juillet 2014 à 18h02

    Je peux comprendre. Cela dit, beaucoup y ont trouvé leur compte…

Aifelle · 4 juillet 2014 à 07h47

Même pour les vacances, ça me paraît dispensable …

Radicale · 4 juillet 2014 à 08h23

Mwai, pas plus emballée que ça… Pourtant il me tentait assez, mais je voudrai du léger qui sorte un minimum des clichés !

    Noukette · 4 juillet 2014 à 18h03

    Si tu veux y jeter un œil je peux te le filer quand tu veux ! 😉

Hélène · 4 juillet 2014 à 08h51

Un immeuble sans hommes ? Mais qu’est ce qui t’a pris de lire ça ? UN IMMEUBLE SANS HOMMES ! On est en plein cauchemar non ?

Gwenaelle · 4 juillet 2014 à 08h56

Hélène a raison… on s’ennuie vite dans les hommes, non? 😉

luocine · 4 juillet 2014 à 08h57

Tout est dit dans ton billet. Je laisse ce livre à côté du transat…
Luocine

    Noukette · 4 juillet 2014 à 18h05

    Si tu le laisses au pied du transat on risque de te le piquer ! 😉

keisha · 4 juillet 2014 à 09h16

Radical! Je vois un chat sur la couverture (euh, une chatte, sans doute), a-t-elle aussi renoncé aux jolis matous du quartier? ^_^

    Noukette · 4 juillet 2014 à 18h06

    Tss tss tss, tu n’as pas bien lu ! 😉 Ce chat est le seul mâle de l’immeuble et s’appelle Jean-Pierre ! M’est avis qu’il doit s’échapper de temps en temps pour aller conter fleurette ! 😉

Manu · 4 juillet 2014 à 10h00

Je dois dire que même s’il y a un chat, je ne suis pas tentée par ces femmes qui ont renoncé aux hommes 😉

    Noukette · 4 juillet 2014 à 18h07

    Quelle drôle d’idée nous sommes d’accord ! 😉

Céline · 4 juillet 2014 à 11h01

Je l’ai trouvé sympa aussi, sans plus 😉

    Noukette · 4 juillet 2014 à 18h08

    Ce n’est pas le roman du siècle mais on passe tout de même un moment sympathique…

Marion · 4 juillet 2014 à 11h02

Boooon… Pas vraiment emballée… Je passe pour cette fois ! 😉

jerome · 4 juillet 2014 à 12h28

Pouah !!! En voila un qui ne passera pas par moi. J’aime bien par contre l’idée du roman périssable. Si je me penchais sérieusement sur le contenu de ma bibliothèque, je suis certain que j’en trouverais pas mal devenus impropres à la consommation.

    Noukette · 4 juillet 2014 à 18h11

    Pareil, il faudrait que je fasse du ménage dans ma PAL, certains titres qui me faisaient envie à l’époque ne me disent plus rien du tout !

Anne Sophie · 4 juillet 2014 à 13h30

J’ai quand même envie de tenter l’aventure !

Brize · 4 juillet 2014 à 13h42

Ah ! Ah ! J’ai comme qui dirait l’impression que, à la fin du bouquin, il y en a un certain nombre qui auront cessé d’avoir renoncé aux hommes 🙂 !

    Noukette · 4 juillet 2014 à 18h11

    Certaines irréductibles le restent jusqu’au bout tout de même ! 😉

Alex-Mot-à-Mots · 4 juillet 2014 à 14h10

Le titre me rebute un peu, tout de même.

    Noukette · 4 juillet 2014 à 18h12

    Très chick litt oui mais je n’ai rien contre le genre de temps en temps. Là, la mayonnaise n’a pas pris…

cartonsdemma · 4 juillet 2014 à 15h30

Je passe mon tour également même si je n’ai rien contre une lecture légère de temps en temps

    Noukette · 4 juillet 2014 à 18h13

    C’est aussi mon avis, de temps en temps c’est parfait pour se détendre !

vicim /Sophie · 4 juillet 2014 à 22h05

Ton avis est trop mitigé, je vais passer mon tour

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h36

    Ce n’est pas un roman indispensable mais on passe un bon moment malgré tout…

Leiloona · 6 juillet 2014 à 15h03

Du léger, oui. La mayo a pris chez moi, grâce aux personnages avec leur caractère bien trempé ! 🙂
Bon, ça ne reste pas inoubliable. 😀

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h37

    J’avoue qu’à la longue j’ai fini par m’ennuyer…

Géraldine · 6 juillet 2014 à 21h10

Même s’il n’en reste pas grand chose à la fin, ce bouquin me tente bien, moi qui évolue dans une bande de copine qui ont, contraintes et forcée, renoncé à l’amour !

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h37

    Alors oui, tu risques de t’y retrouver… 😉

Cynthia · 7 juillet 2014 à 17h49

Le titre est accrocheur (on dirait du Pancol ^^) mais heu… j’ai beau être une femme, je ne suis pas fan du light 😉

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h39

    C’est pas très appétissant le « light » il faut bien le dire ! 😉

Lilibook · 7 juillet 2014 à 22h30

Oui pourquoi pas en lecture d’été… Je suis attirée par la couv moi 😉

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h40

    C’est vraie qu’elle est sympa cette couverture ! 😉

Yv · 9 juillet 2014 à 13h53

Un immeuble qu’avec de filles, j’irais bien moi…

    Noukette · 9 juillet 2014 à 18h25

    Ben voyons… Pourquoi ça ne m’étonne pas ? :-p

lasardine · 9 juillet 2014 à 22h11

j’avais passé un moment pas désagréable dans cet immeuble, mais force est de constater que je n’en garde que peu de souvenirs…

    Noukette · 12 juillet 2014 à 10h24

    C’est tout le problème de ce genre de roman…

Philippe D · 10 juillet 2014 à 21h12

On le rencontre beaucoup, celui-là mais je ne crois pas qu’il soit pour moi…
Bonne fin de semaine.

antigone · 20 juillet 2014 à 11h58

J’ai bien aimé ce petit roman distrayant (comme Leiloona les caractères des personnages)… mais il est à prendre pour ce qu’il est, effectivement ! 😉

    Noukette · 25 juillet 2014 à 15h47

    Pas inoubliable c’est certain… mais distrayant…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *