Moi et toi – Niccolò Ammaniti

Moi-et-toi.JPG

 

 

Dès les premières pages, j’ai été séduite par cet enfant étrange qui vit dans un mensonge permanent…

 

A 14 ans, Lorenzo est un adolescent qui ne rentre pas dans le moule, au grand dam de ses parents. Petit, il préférait jouer seul enfermé dans sa chambre. A l’école primaire, il pouvait fait preuve d’un comportement agressif et violent si on ne le laissait pas tranquille. Le professeur Masburger diagnostiquera chez lui un « dysfonctionnement narcissique » qui l’empêche d’éprouver une quelconque empathie pour ses congénères… Lorenzo a « l’ego grandiose »…

Alors Lorenzo décide de mentir histoire de ne pas faire de vagues, histoire de paraître « normal ». Pour se fondre dans la masse. Pour que ses parents lui fichent la paix. Quitte à prétendre avoir des tas d’amis alors qu’il préfère se réfugier chez sa grand-mère Laura. Avoir des amis, c’est important pour ses parents. Lorenzo lui n’aspire qu’à une chose : la tranquillité. Et pour être tranquille, la solution est toute trouvée : imiter les autres, se mettre au foot, vanner les filles, devenir populaire… Derrière cette carapace, il est à l’abri, au moins pour un temps.

 

Un jour, en rentrant du collège, Lorenzo lâche une bombe : Alessia, la plus belle fille du lycée, l’a invité à passer une semaine au ski dans le chalet de ses parents. Sa mère en pleure de joie enfermée dans la salle de bain. Un énorme mensonge sur lequel Lorenzo ne peut plus revenir. Un bobard incroyable qui lui permettra de se retrouver enfin seul, planqué dans la cave de ses parents. Matelas, boites de conserve, Coca, quelques comics et trois romans de Stephen King, Lorenzo a pensé à tout. Ce qu’il n’avait pas prévu, c’est de voir débarquer sa demi-soeur Olivia avec qui il n’a aucun contact. Paumée, à la dérive, elle cherche elle aussi un refuge…

 

Moi et toi est un bijou de finesse. Un livre qui ne manquera pas de parler à l’adolescent qui sommeille en chacun de nous et qui rappelle cruellement ce que peut être la douleur de ce passage vers l’âge adulte. La « rencontre » entre Lorenzo et sa soeur est celle de deux inadaptés, de deux êtres fragiles qui peinent dans leur rapport aux autres. Et elle est de toute beauté…

Ne comptez pas sur moi pour vous raconter ce qui se passera dans cette cave… Sachez seulement que Lorenzo et Olivia s’en trouveront changés à jamais… et peut-être « sauvés »… Un bel hymne à la vie.

 

Un grand merci à Christelle et aux éditions Robert Laffont pour cette belle découverte !

 

L’avis d’Asphodèle

 

Premières phrases : « Le mimétisme batésien se produit lorsqu’une espèce animale inoffensive exploite sa ressemblance avec une espèce nocive ou venimeuse qui vit sur le même territoire, allant jusqu’à imiter ses motifs, couleurs et comportements. De cette façon, aux yeux des prédateurs, l’espèce imitatrice est associée à l’espèce dangereuse, ce qui augmente ses chances de survie. »

 

Au hasard des pages : « Quelque part sous les tropiques vit une mouche qui imite les guêpes. Elle a quatre ailes comme toutes celles de son espèce, mais elle les pose l’une sur l’autre, du coup on dirait qu’elle n’en a que deux. Elle a un abdomen rayé jaune et noir, des antennes et des yeux saillants et elle a même un faux dard. Elle ne fait rien, elle est gentille. Mais, déguisée en guêpe, les oiseaux, les lézards et même les hommes la craignent. Elle peut entrer tranquillement dans les essaims de guêpes, l’un des endroits les plus dangereux et surveillés du monde, et personne ne la reconnaît. Je m’étais trompé sur toute la ligne. Voilà ce que je devais faire. Imiter les plus dangereux. » (p. 43-44)

 

Éditions Robert Laffont (23 août 2012)

162 p.

 

  Et c’est reparti pour le challenge 1% rentrée littéraire !

Challenge 1% littéraire 20121/7

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-moi-et-toi-niccolo-ammaniti-109316769.html

19 commentaires sur “Moi et toi – Niccolò Ammaniti

  1. Je regardais justement les parutions de cet éditeur il y a moins d’une heure et pour être honnête, je n’avais pas lu le synopsis car la couverture ne m’attirait pas du tout. Oui, je sais, c’est bête. En tout cas, tu m’as fait changer d’avis. C’est un roman que je lirai à coup sûr. Merci pour la découverte.

    • Je suis bien d’accord, la couverture n’est pas une réussite, et à mon avis et ne rend pas justice à ce petit bijou !

    • Oui, ce passage est assez emblématique ! Je découvre cet auteur avec ce roman, j’ai bien envie de réitérer l’expérience ! J’ai aimé sa sensibilité…

    • Oui, c’est un petit roman très étonnant… J’attends ton avis sur Mazetti, j’ai lu des avis très variés sur cette fameuse trilogie…!

  2. Je t’avais fait confiance avec « Enola Games » et j’avais ressenti tellement d’émotions durant cette lecture que je te fais à nouveau confiance pour celui-ci. Je l’ai reçu aujourd’hui et j’ai hâte de le lire ^^

    Bisous et merci pour la découverte,

    Cajou

    • J’espère qu’il te plaira… Mais difficile d’égaler Enola game en terme de coup de coeur, ce n’est pas du tout le même registre même si les deux paumés sont « enfermés » dans cette cave…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *