Notre château – Emmanuel Régniez

bm_CVT_Notre-chateau_3925« C’est à 11h03, le samedi 2 avril, que l’on a sonné à la porte de Notre Château.

C’était extraordinaire. Cela n’arrive jamais. On ne sonne pas chez nous. On ne sonne jamais à la porte de Notre Château. »

 

C’est sur ces premiers mots que j’entre, non sans un brin d’appréhension mêlée à une joie toutafé immense dans ce roman ! Et dans cette incroyable aventure des « 68 premières fois ». Il faut dire aussi que ce 1er ouvrage reçu il y a déjà quelques jours s’accompagne d’un délicieux message de Charlotte et d’Églantine qui dit notamment ceci : « Attention, angoisse assurée ! »…. Et moi qui suis une vraie « caguette » comme on dit chez nous (vient du mot « caguer », trivialement « se chier »…), j’ai eu vite fait, bien fait, rien qu’en regardant la sublime couverture du livre, le nœud au ventre, le cœur serré, les larmes dans les yeux, les lèvres tremblotantes … J’avais déjà peur !

 

« Peut-être que tout n’allait pas si mal. Mais le pire n’est pas toujours sûr, il devenait certain. Et ce fut le samedi matin que le pire arriva. »

 

Ce curieux roman raconte l’histoire d’une sœur et d’un frère, qui vivent (survivent ?) reclus dans un château reçu en héritage, seuls, hors du monde et ce, depuis 20 ans…

Véra et Octave….

 

« Nous sommes des solitaires. Nous sommes devenus des solitaires. Nous vivons ensemble. Elle pour moi. Moi pour elle. Nous n’avons pas besoin du monde extérieur. Nous n’avons pas besoin des autres.  Nous nous suffisons. Pour tout. »

 

Relation étrange, totale, fusionnelle…. Scandaleuse ? Dérangeante… Presque irréelle …

 

« Véra et moi sommes des solitaires car nous avons pris des chemins autres. Car nous avons décidé un jour, il y a vingt ans, de nous couper de tout. Et maintenant nous nous arrangeons avec ce monde comme nous le pouvons, avec l’idée que nous nous faisons de ce monde. Nous avançons doucement. Nous avançons en solitaire. Loin de tout. Loin de tout le monde.

Peut-être que tout cela est une illusion. Un autre monde. Je ne sais pas comment le nommer. Mais nous essayons, Véra et moi, de nous tenir debout. De ne pas fléchir. De ne pas nous écrouler. Nous sommes dans Notre Château et nous sommes debout. »

 

Jusqu’à ce qu’un évènement vienne fissurer cette curieuse vie de « couple »…

 

La narration, brève, sèche, fragmentée, sans ornement, participe à la montée de l’étrangeté, du grand frisson ! Le quotidien de cette fratrie, les faits, rien que les faits… répétés, comme scandés… Et les silences qui entourent chaque mot font monter, par petites touches, troubles et émotions !

Ahhhhhhhh…. Bonté divine ! Me suis dit tout au long du récit, il va se passer quelque chose de tragique ! Je le sais… Je le sens … Et puis,  la partie III du récit …

 

J’ai fait durer longtemps ce petit livre (qui pourrait aussi se lire dans un souffle mais je n’ai pas voulu, surtout je n’ai pas pu !). Ai pris tout mon temps… Des respirations nécessaires… Tout doucement, j’ai savouré cette lecture, qui oscille entre réalité et folie. J’ai adoré frissonner et imaginer tout un tas de possibilités  😉

Une première lecture qui dépote et dont je me souviendrai longtemps …. Et dont, vous aussi, vous ne sortirez pas indemne !

 

 

Avec des baisers et des mercis infinis aux divines organisatrices de cette formidable aventure des « 68 premières fois » ♥

 

Les avis de Cachou, Charlotte, Nicole, Pr. Platypus

 

 

Extrait (je n’en ai pas causé, mais la lecture et les livres ont une place considérable dans ce petit roman toutafé fascinant !)

«Notre monde est contenu dans Notre Bibliothèque. Notre monde est notre bibliothèque.

Une maison qui contient beaucoup de livres est une maison ouverte au monde, est une maison qui laisse entrer le monde. Chaque livre qui entre est un fragment du monde extérieur et, tel un puzzle, quand nous posons ensuite le livre dans les rayons de Notre Bibliothèque, nous recomposons le monde, un monde à notre image, à notre pensée.

Ma sœur et moi sommes hantés par les livres. Si nous avons décidé de nous retirer du monde, c’est pour lire, uniquement lire. Nous passons nos journées à cela, à lire et encore lire. »

 

  ob_fa2de0_logo

 

Notre Château, Emmanuel Régnier, Le Tripode, 2016, 15€

39 commentaires sur “Notre château – Emmanuel Régniez

    • C’est un très beau 1er roman, très étonnant, dérangeant, formidable oui dans une très chouette maison d’édition 😉

  1. Content que ça t’ait plu ! Tu en parles bien et ces quelques petits extraits suffisent à me replonger dans l’ambiance du roman (que j’avais dévoré dans une maison de campagne en Berry, au milieu de la nuit, avec le bois de la charpente qui grinçait : quand le contexte de la lecture se marie divinement au contenu…) !

  2. Pour retrouver cette ambiance, je te conseille « Nous avons toujours vécu au château » de Shirley Jackson, que l’auteur a certainement lu tant il y a de points communs avec ce roman. Littérairement, il est aussi plus abouti, même si celui-là est certes bien angoissant.

  3. Une collègue m’avait déjà mis en appétit avec ce livre, en plus chez le Tripode, de plus en plus difficile de leur résister, et tu confirmes que ça vaut le détour. Surligné !

  4. Je lis le billet et je me dis « Ben merde, Noukette parle comme Framboise, maintenant ». Forcément, c’est un billet de la miss Framboise, mdr !
    J’espère qu’il passera chez moi, du coup celui-ci 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *