Pas couché – Cathy Ytak

pas-couché-couv« Je n’ai pas couché avec Timothée. Alors ça suffit cette histoire. Timothée, c’est mon ami. Ami, vous savez ce que ça veut dire ? Ça vous arrive de réfléchir et de penser à autre chose ? C’est mon ami, c’est tout.

Et si je vais à la pharmacie avec lui, c’est pour acheter de l’aspirine et pas pour demander au pharmacien de nous expliquer comment on fait les bébés. On sait, merci. Et si on en voulait un, de bébé, c’est pas ensemble qu’on le ferait. C’est clair pour tout le monde ? Ou il faut encore que je vous fasse un dessin ? 

Vous pouvez pas comprendre… Ce qu’on vit tous les deux, c’est autre chose. De mieux. Enfin, de différent. Vous pouvez pas comprendre. C’est de l’amitié, sans embrouilles et sans larmes… Enfin… bon… De toute manière la seule chose qui vous intéresse, c’est de savoir si on a couché ou pas, alors que vous ne savez rien sur nous. »

 

Un cri. Celui de Manon. Manon qui n’est pas amoureuse de Timothée, non. Timothée c’est bien plus que ça. Un double, un frère, un ami… Mais un amoureux, non… et encore moins un amant. Alors pourquoi tout le monde autour d’elle pense le contraire ?

Ce que Manon vit avec Timothée, ça ne se décrit pas, ça se ressent, ça se vit… Une connivence, une évidence. Des mots qu’on ne dit pas, des notes que l’on fredonne ensemble, des moments partagés et des rituels rassurants, une intimité vraie, pas le genre que l’on partage dans un lit. Une amitié, une vraie. Une amitié particulière. Une amitié passionnée… Les autres là, ils peuvent bien parler et jaser tant et peu… elle le sait bien, elle, qu’eux deux c’est différent…

Alors, pourquoi ces doutes…? Pourquoi ces fourmillements, là, au bas du ventre…? Pourquoi ce cœur qui s’accélère, là, sans crier gare, au beau milieu de la nuit…?

 

Un texte qui chamboule, encore… Manon et Timothée. Timothée et Manon. Seuls contre le monde entier. Jamais seuls… Elle est belle cette histoire là, et la frontière est si mince…

Il y a ce que l’on croit être, ce dont on se persuade, les barrières que l’on dresse sans même s’en rendre compte, ces mots que l’on ne dit pas et que l’on garde en soi… Il y a ce désir sourd qui gronde et se réveille, ce désir fou qui pourrait tout briser, ce désir de l’autre que l’on refuse pour ne pas tomber du fil, si fragile…

 

Ambivalence des sentiments, avalanche de doutes qui font vaciller, douleur de la perte… Pas couché touche en plein cœur. Tellement juste, tellement vrai… Amour ? Amitié ? Qu’importe finalement. Timothée et Manon, c’est une évidence et après tout, l’amour prend les formes qu’il veut… quitte à se cacher dans les replis d’une amitié fusionnelle.

 

Conquise ! Cathy Ytak, parfaite funambule, décrit à merveille la peur du vide, le vertige des sentiments, l’équilibre fragile entre l’amitié qui rassure et l’amour, interdit, que l’on tient à distance… Une lecture tout en subtilité qui résonne longtemps…

 

 

… et une nouvelle pépite que je partage tout naturellement avec Jérôme pour notre rendez-vous du mardi.

 

 

Dans la même collection : Ma tempête de neige de Thomas Scotto – Ma nuit d’amour de Frédérique Deghelt

 

 

Le blog de l’auteure

 

 

Morceaux choisis : « Il y avait une chance sur un million pour qu’on se trouve, lui et moi, et on s’est trouvés. Comme un frère. Comme si j’avais trouvé un frère. LE frère qui me manquait. C’est tout. Alors voilà… c’est dit. » (p. 22)

 

« Et puis, merde ! En quoi ça vous regarde ? Il ne nous manque rien. On se comprend sans rien se dire, on pense en connivence. On est heureux. On rit beaucoup, on ne se fait jamais de mal. » (p. 34)

 

« Un amour, ça se termine, ça explose en vol ou ça se délite petit à petit et ça s’éteint comme un feu mal alimenté. Mais pas l’amitié, pas l’amitié. Alors c’est juste l’hiver, juste une éclipse, un malentendu. Entre l’amour et l’amitié, il n’y a rien, même pas un lit. L’un est dans l’autre, intimement lié. Mais l’amitié, elle, survit à tout, y compris aux désirs inconnus, aux désirs impromptus. Il faut cesser d’en avoir peur, et se dire que si ces désirs existent, ils existent, qu’ils sont une des multiples composantes de l’amitié, que rien de ce qui est partagé ne peut être mauvais, que seul le manque d’estime de soi est dommageable… » (p. 61)

 

 

Éditions Actes sud Junior (Février 2014)

Collection D’une seule voix

67 p.

15 commentaires sur “Pas couché – Cathy Ytak

  1. Une plume qui ne cesse de me toucher. Je dois lire ce texte donc je passe en coup de vent et reviendrai pour partager nos impressions de lecture.

  2. L’amitié homme-femme est toujours difficile à comprendre pour qui ne l’a jamais vécue…
    Avec toutes ces pépites, ton blog devient une vraie mine d’or ! 😉

  3. Encore un bon choix, n’est-ce pas ? Mon petit doigt me dit que tu voudrais me faire lire « 50 minutes avec toi », autant te dire que je suis partant, et pas qu’un peu 😉

  4. J’ai pas lu ce livre, si ca m’exonere. Mais, ma premiere reaction en voyant ce billet est « Mon Dieu, il faut sauver Noukette! ». Il faut une cure. Moi, je propose: « We need to talk about Kevin », Lionel Richie.

    • Mais pourquoi veux-tu me sauver ma chère Jaya…? Je vais très bien je te rassure, surtout quand je lis de si bons romans ! 😉
      Quant à Kevin, à voir, c’est un roman qui me tente je dois dire…

    • Je suis bien d’accord avec toi ! Ça leur donne un coup de jeune… J’ai une vraie tendresse pour cette collection, hâte de découvrir les titres à venir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *